Images de page
PDF
ePub

XCIX. LETTRE.

De l'Abbc de Choify au
Comte de Bufly.

À Parii, ce 10. Septembre iéjo.

MOnseigneur est campé à «ne lieiie de Fribourg,à trois de Brisac, 5c à quatre du Rhin. Il a sçeu que Monsieur de Baviere marchoit par les montagnes pour se saisir de la pleine de Stoloffen où il y a beaucoup de fourages, c'est ce qui la obligé d'occuper les passages, & présentement les Ennemis ont a passer doure lieues d'un pais ruiné avant que de joindre Monseigneur qui a touc en abondance. On ne doute point que les Ennemis ne se séparent. Monsieur de Saxe fait cuire du pain à Heidelberg.

Le Tekely a forcé les passages de Transilvanie, défait quatre mille Allemans, & six mille Tranfìlvains Sc pris le Genéral Heuster. Le prince de Bade, sur cette nouvelle a fait passer le Danube à son armée a Semendria sans plus songer à secourir Nissa. On croit que le grand Visir laissera Nissa Bloqué Sc

marchera marchera en Transi!vanie. Les Venitiens pressent toujours Napoly de Malvaisie.

Le Roy d'Angleterre a eu nouvelle que Monsieur de Lauíun s'est jette dans Limerick avec six cens draçous & trois cens chevaux; que les Vaisseaux François on fait entrer dans la Place soixante milliers de poudre , & qu'on croit que les Anglois en leveront le siege. Le bruit est plus grand que jamais que le Prince d Orange est retombé malade. Il a paru quelques jours au siege de Limerick & puis il a disparu , mais constamment il n'est pas mort. U est arrivé en Irlande un Portugais de l'ancienne maison de Tirconel qui prétend suivant une prophetie rétablir le Roy Jacques. Les peuples le suivent, il a déja rassemblé dix mille hommes dans le Nord d'Irlande. Les Anglois ont pris l'Ifle de saint Christophle, ils y ont mis huit mille cinq cens hommes à terre. Le Chevalier de C uittaut qui y commande , s'est jetté dans un Fort avec cinq cens François. Les sucreries vont cesser,& nos autreslses courent fortune. Les Anglois & les Hollandois ont quarante Vaisseaux en mer. Nous en avons Tome V11. H

[ocr errors]

íùr les costes d'Irlande quinze gros 5c

vingt fregates.

Le Roy d'Espagne a tauricidé pour la victoire de Fleurus Nous lui permettons auíïï de faire chanter le Te Dmm à pareil prix.

Monsieur le Comte de Saint.Ruth a défait douze cens Savoyards, commandez par le Comte de Sales qui a été pris ; deux cens tuez , quatre cens prisonniers, le reste en fuite. Moutier, Sc saint Jean de Morienne ont envoyé les clefs. On mene des bombes à Montmelian. Les lrlandois ont fait merveille. Milord Mont-Cassel a eu un coup de mousquet à la mamelle.Mr.deCatinat attend quelques Troupes pour aller attaquer Monsieur de Savoïe à Montcallier , où il se retranche. Saint-Silvestre a forcé l'épée à la main le Bourg de Sommerive , où cinq -cens hommes ont été tuez , & le Bourg pillé. On ne l'a pas brûlé , pareequ'il appartient au Marquis d'Urfcy. Le Marquis de Clerambaut a été échangé avec des Piedmontois. L'Electeur Palatin est mort. Madame de Tirconel s'est mise dans un Couvent auprés de Brest , le Roy a donné à Saint-Pierre , Exempt, un petit Gouvernement sur le Rône, qui vaut deux mille cinq cens livres. Messieurs deChoiseuil &C de Tilladet sont guéris. Madame de Boiiillon est arrivée a Marseille; Sc le Prince de Tu'renne est allé joindre Monsieur de Catinat. Monsieur le Cardinal de Boiiillon est encore à Rome.

Le Comte de Grammont est allé en poste trouver Monseigneur , croïanc voir encore une fois en sa vie , une Bataille. Il y a plus de cinquante ans qu'il n'en a vû.

Monsieur le Duc du Maine ayant écrit à Bruxelles pour avoir des dentelles , Monsieur de Castanaga lui a envojé dans une ehaise^r.oulame , une belle Marchande avec toute sa Boutique.

Les Anglois. donnerent le.9. de ce mois un assaut à Limerick. Boistelot les laissa monter sur la brèche, où il leur fit lâcher du canonchargé à carcouches, en tua deux mille , & reprit sa Contrescarpe. II mande au Roy, que les Irlandois sont devenus des Césars.

Madame de Senneterre vient de perdre son Procés contre le Chevalier de Senneterre , Madame de Florensac est à plaindre.

C. LETTRE.

Du Comte de Buslsy à l'Abbé de Choisy.

A Chaseu , Ce 14. Septembre 169o.

JE ne pense pas qu'il y ait cette année de grande action en Allemagne; &en l'état où sont les affaires, ce seroit moins à Monseigneur de gagner une Bataille, que d'empêcher , comme il fait, les Ennemis de faire aucun propres. A ce que je vois, les affaires de Hongrie vont encore plus mal pour l'Empereur, que celles du Rhin ; le nouveau Vifir & Tekely embarraísent fort le Prince de Bade.

Napoli de Malvaisie dure long-tems; mais je n'entends rien dire de mon ami Gadagne qui est à ce Siége, & qui assurément y fait son dévoir.

Le Tirconel Prophete est un des évemens qui peuvent quelquefois avoir de grandes suites, quand il plaît à la Providence d'entêter les peuples d'une Pucelle d'Orleans.

A propos des réjouissances qu'on a faites à Madrid pour la Bataille de Fleu

« PrécédentContinuer »