Images de page
PDF
ePub

Vendôme Lieutenant général , Monsieur le Grand Prieur Volontaire, avec une très-florissante jeunesse d'Aides de Camp. Tout est hors de Paris & des Provinces Monsieur l'Intendant va aux coups & étoit à la redoute d'Heidelberg: enfin tout est déchaîné.

Hier Pfbrzeim se rendit à Monsieur de Choistul & fut brûlé aufll-bien que le Château de Stafort. Aujourd'hui la Ville de Bretten & Dourlac ont été prises. Dans ces quatre Places on a faic douze cens prisonniers de guerre & pris huit piéces de canon. On envoïe demain un détachement de l'armée à Es. linguen & à Baden. On dit qu'il y a dans ces deux Places mille hommes de pied , qu'on prendra encore comme les autres , auílì-bien que ce qui ser» dans StolofFea.

XVI. LETTRE.

De J'Abbc de Brosses au Comte de Bussy.

A Paris, ce 10. Aoust 16S9.

MOnsieur de Duras est toíijcurs campé à Rastat près de Stoloffen, où il restera jusqu'à ce que les vivres & les fourages qui sont au-delà du Rhin , & eu-deçà du Necre soient consommez &c les Places entierement détruites. La Princesse de Bade fait abattre elle-même les murailles & les fortifications de Baden, & les habirans de la Ville d'Oberkiiken font de même , croïant par là se sauver de l'incendie; mais on ne croit pas qu'ils réussissent ni les uns ni les autres.

Maïence se défend avec beaucoup de vigueur. Les Ennemis firent attaquer les dehors & le chemin couvert par quatre mille hommes le dix - sept du courant sur la minuit , & ils s'en rendirent maîtres; mais sur les huit heures du matin les assiegez sortirent avec deux mille hommes & chasserent les Ennemis de tous les postes qu'ils avoient pris $ ce ne fut pas sans perte de part & d'autre : ('infanterie Allemande est fort rebutée.

Le Roy a nommé Monsieur le Duc de Ecauvilliers, Gouverneur de Monsieur le Duc de Bourgogne ; & l'Abbé de Fenelon Precepteur.

Le Cardinal de Bonzy part de la Cour pour une nouvelle exaltation. Il emmene avec lui la fleur du Clergé, les Abbez de Beuvron, de Castres , de Polignac & autres. Il va passer en Allemagne plus de vingt-cinq mille hommes de troupes de Catalogne, de Guien* ne, de Languedoc & de Dauphiné. De sorte que Monsieur de Duras se trouvera dans trois semaines à la tête de quatre-vingt mille hommes.

XVII. LETTRE.

Du Comte de Bussy au Dac de Beauvilliers.

A Colligny, ce a 7. Aoust 16 8 9.

DE tous les Courtisans 5c de mille autres gens qui vous feront compliment, Monsieur, sur la place où le Roy vient de vous mettre, pas un ne vous en fera un plus sincere que le mien; & ce qui me réjouit davantage, c'est que je suis seur que vous en êtes persuadé. Sa Majesté ne pouvoit rien faire en cette rencontre qui marquât mieux son bon jugement ; rien de plus avantageux pour Monsieur le Duc de Bourgone , rien de plus honorable pour vous. Ce choix ne m'a pas surpris, Monsieur; dès que je vis que vous étiez choisi pour être auprès de Monseigneur à sa premiere campagne, je ne doutai pas que le conseil du pere ne devint le Gouverneur du fils. Encore une fois, Monsieur, j'en suis ravi, car je vous honore , je voui estime & je vous aime plus que personne.

, B iiif

XVIII. LETTRE.

Du Marquis de Termes au Comte de Bussy.

A Versailles , ce a f. Aoust 1689.

IE Maréchal d'Humieres a fait attaquer Valcour qui étoit sur la droite & proche le Camp des Ennemis. Il y a perdu bien du monde; l'entreprise ttoit trop hardie d'attaquer une Ville soutenue d'une armée.

Monsieur de Boufflers avec une armée de quinze mille hommes, les troupes de la Maison du Roy, une partie des garnisons de Luxembourg & de Mont-Royal, quatre bataillons tirez de Landau, tout cela doit joindre Monsieur de Duras pour tenter le secours de Mayence.

L'armée du Maréchal de Duras est campée en trois postes , à Erlach , à Obetkirken , & à OfFembourg, qu'on doit brûler en les quittant.

Un Commandant des troupes de Saxe aïant refusé d'obéir au Prince de Lorraine , celui-ci le tua d'un coup de pistolet.

« PrécédentContinuer »