Histoires de la nuit

Couverture
Minuit - 607 pages
Il ne reste presque plus rien à La Bassée : un bourg et quelques hameaux, dont celui qu’occupent Bergogne, sa femme Marion et leur fille Ida, ainsi qu’une voisine, Christine, une artiste installée ici depuis des années. On s’active, on se prépare pour l’anniversaire de Marion, dont on va fêter les quarante ans. Mais alors que la fête se prépare, des inconnus rôdent autour de la maison. Laurent Mauvignier livre un roman magistral. Dans le thriller façon Mauvignier, le suspense n’est pas, ou si peu, affaire d’action. C’est une histoire de langage. Si l’un des compliments que l’on adresse fréquemment aux bons polars a trait à la concision de leur style, à l’efficacité d’une langue ramassée tout entière occupée à décrire ce qui a lieu, Histoires de la nuit mérite une pluie d’éloges pour des raisons absolument inverses. Plus la phrase s’allonge, plus l’angoisse augmente, et plus le lecteur est attentif à ses ondulations, ses changements de rythme, ses relatives et autres volutes digressives – et plus, à nouveau, le suspense s’accroît. Une seule phrase de l’écrivain peut charrier à la fois les pensées d’un personnage, ce qu’il dit (qui échoue toujours à transmettre l’essentiel), ses déplacements dans l’espace, la lumière, tant de sensations, sans oublier, parfois, une fausse piste pour égarer le lecteur. Certaines scènes, même pas particulièrement porteuses d’enjeux narratifs, sont ainsi étirées au maximum. Cette dilatation produit un effet étonnant, qui teinte d’étrangeté le réalisme du roman, lui donne les allures cauchemardesques d’un conte. Un conte qui pourrait être tiré de l’épais recueil Histoires de la nuit, dans lequel Marion pioche ce qu’elle lit à Ida au moment du coucher, même si ce n’est pas toujours de l’âge de l’enfant, qui en sort tremblante. (Raphaëlle Leyris, Le Monde)

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

À propos de l'auteur (2022)

Laurent Mauvignier est né en 1967. Il es l'auteur de plusieurs romans parus aux Éditions de Minuit, dont Apprendre à finir (2000), Dans la foule (2006), Des hommes (2009), Continuer (2016) et Histoires de la nuit (2020).

Informations bibliographiques