Mémoires accessoires, tome 1 : 1921-1946

Couverture
Place des éditeurs, 30 oct. 2014 - 490 pages
0 Avis

Acteur et témoin privilégié de l'épopée gaulliste, l'amiral Philippe de Gaulle rompt ici le silence qu'il s'était imposé jusqu'alors. Aves ses mémoires qu'il dit " accessoires ", non sans humour, il nous livre en réalité un document historique de premier ordre. Homme de combat et d'engagement, se destinant très tôt à une carrière de marin – " le but de ma vie ", écrit-il – dût-il contrarier pour cela quelque peu le projet paternel, Philippe de Gaulle s'est tenu tout au long de sa vie à la consigne de discrétion qu'il donnait à son entourage durant la campagne de la France Libre : " Ne jamais dire mon nom, prétendre ignorer qui je suis au juste et ne rien faire qui puisse attirer l'attention sur moi. " Ce faisant, cet observateur délibérément en retrait était mieux placé que tout autre pour capter la vérité de près et la restituer le moment venu avec une imparable et précieuse exactitude.
Le général de Gaulle a occupé dans la vie de tous les siens une place non moins imposante que dans l'histoire de ce siècle. Le témoignage de son fils, à travers les instantanés d'une vie de famille souvent bousculée par les exigences de la vie militaire, nous rend soudain plus proches de ce géant que nous voyons dans le même temps happé par une destinée immense. C'est avec le même mélange de pudeur et de précision sans fard que l'auteur évoque la personnalité de sa mère ou le sort tragique de sa sœur Anne.
Brûlant de l'esprit de revanche qui anima les résistants de la première heure, le jeune Philippe de Gaulle s'enrôle dans la marine de la France Libre, promotion 1940, qui continue la lutte aux côtés de nos alliés. Il rend un hommage émouvant à ses équipages de l'ombre qui contribuèrent aussi à libérer Paris et à refouler l'ennemi de l'Alsace.
Sur le Paris de la Libération, sur l'œuvre réformatrice engagée par le chef du gouvernement provisoire et les entraves qui lui sont aussitôt opposées, enfin sur les circonstances du départ du général de Gaulle en 1946 et son retrait des affaires, ce sont autant de révélations, de mises au point désormais incontournables qui nous sont ici apportées, nécessaires à la compréhension d'une époque et de ses protagonistes.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

À propos de l'auteur (2014)

Le destin du Général de Gaulle est lié de manière intrinsèque à celui de la France du XXème siècle. Sous-secrétaire à la Défense nationale pendant la Seconde Guere Mondiale, il s'oppose à l'armistice et lance le fameux appel du 18 juin 1940 en faveur de la poursuite de la lutte armée, et organise la Résistance. Paris fête son retour en août 1944. Il forme alors un gouvernement provisoire, dont il démissionne deux ans plus tard. Commence une "traversée du désert", qui s'interrompt en 1958, en pleine guerre d'Algérie. Président du Conseil disposant des "pleins pouvoirs", il fait approuver la nouvelle constitution : il est élu premier président de la Ve République en décembre. Réélu en 1965, il décide de se retirer du jeu politique un an après. Il décède le 9 novembre 1970.

Informations bibliographiques