Journal helvétique: ou, Annales littéraires et politiques de l'Europe et principalement de la Suisse

Couverture
la Société Typographique, 1770
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 350 - Cette maniere de fe battre eft trësancienne en Angleterre. Dans la fameufe entrevue de François I avec Henri VIII à Boulogne , ce dernier prit un jour le roi de France" au collet, & lui propofa de lutter.
Page 207 - Tremble, un dieu te poursuit : pour venger ses douleurs , Orphée a sur ta tête attiré ces malheurs ; Mais il n'a pas au crime égalé le supplice. Un jour tu...
Page 206 - La faible brebis meurt, le fier taureau succombe, Les daims sont engloutis , et le cerf aux abois Découvre à peine aux yeux la pointe de son bois. Contre ces animaux, désormais moins agiles, Les rets sont superflus, les chiens sont inutiles : Tandis que, rugissant dans leurs froides prisons, Ils soulèvent en vain le fardeau des glaçons , Le barbare les perce, et, mugissant de joie, Dans ses antres profonds court dévorer sa proie.
Page 206 - Termine vers le nord son oblique retour, Aucun troupeau ne sort de son étable obscure : Là les champs sont sans herbe et les bois sans verdure ; Là le temps l'un sur l'autre entasse les hivers...
Page 198 - On le reçoit au palais ; & il y eft employé à faire du fel. Reconnu au bout de quelque tems , & conduit devant Fridlef, ce prince lui demande de quelle mort il veut mourir ? « Par le duel , ré
Page 205 - L'insensé, pour jouir de l'objet qu'il adore, La nuit, au bruit des vents , aux lueurs de l'éclair, Seul traverse à la nage une orageuse mer...
Page 202 - Czarine avoit avancé les jours de 1 empereur ; & l'on fe confirma dans ce foupçon , par l'empreffement avec lequel elle rappella fa favorite , immédiatement après la mort de fon époux ; ce qui marquoit en effet aflez peu de refpeft pour la mémoire & pour les volontés d'un fi grand prince.
Page 209 - C'en est fait, un coup-d'osil a détruit son bonheur : Le barbare Pluton révoque sa faveur, Et des enfers charmés de ressaisir leur proie , Trois fois le gouffre avare en retentit de joie. Orphée ! ah ! cher époux ! quel transport malheureux ¿ Dit-elle ! ton amour nous a perdus tous deux. Adieu ; mes yeux flottans de nouveau s'obscurcissent ; L'horrible mort jetant son voile autour de moi.
Page 244 - ... indigne d'une alliance qui fera mon bonheur & ma gloire. Si je vous ai jufqu'à préfent caché de quel fang je fuis né, c'eft que je n'en avois ni les biens ni les titres, depuis long- tems perdus dans les ravages dont les fureurs de la ligue ont défolé la France.
Page 381 - Canning qu'on joue toute la nuit chez cette femme , & que c'eft un vrai coupegorge , où tous les jeunes gens vont perdre leur argent. ... « Ah ! un vrai coupe-gorge, >, répondit Elizabeth Canning.

Informations bibliographiques