Rhétorique françoise, Volume 2

Couverture
Chez Saillant, rue Saint Jean de Beauvais, vis-à-vis le Collège [et] Desaint, rue du Foin, la Ire porte cochère en entrant par la rue S. Jacques, 1765 - 384 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 136 - Allez, honneurs, plaisirs, qui me livrez la guerre : Toute votre félicité, Sujette à l'instabilité, En moins de rien tombe par terre; Et comme elle a l'éclat du verre, Elle en a la fragilité.
Page 76 - Au pied de ses remparts quel intérêt m'appelle? Pour qui, sourd à la voix d'une mère immortelle, Et d'un père éperdu négligeant les avis, Vais-je y chercher la mort tant prédite à leur fils? Jamais vaisseaux partis des rives du Scamandre Aux champs thessaliens osèrent-ils descendre?
Page 128 - Qu'on parle mal ou bien du fameux Cardinal, Ma prose ni mes vers n'en diront jamais rien : II m'a fait trop de bien pour en dire du mal, II m'a fait trop de mal pour en dire du bien.
Page 120 - L'antonomase est une espèce de synecdoque, par laquelle on met un nom commun pour un nom propre ou bien un nom propre pour un nom commun.
Page 76 - Qu'ai-je à me plaindre? où sont les pertes que j'ai faites? Je n'y vais que pour vous, barbare que vous êtes ; Pour vous, à qui des Grecs moi seul je ne dois rien ; Vous, que j'ai fait nommer et leur chef et le mien ; Vous, que mon bras vengeait dans Lesbos enflammée, Avant que vous eussiez assemblé votre armée.
Page 78 - ... au milieu des riantes prairies. Il apprit ainfi aux Bergers quels font les charmes de la vie champêtre, quand on fait goûter ce que la fimple nature a de gracieux. Bientôt les Bergers avec leurs flûtes fe virent plus heureux que les Rois, & leurs cabanes attiroient en foule les plaifirs purs qui fuyent les palais dorés. Les jeux, les ris, les graces, fuivoient par-tout les innocentes Bergeres (a).
Page 278 - Mon Dieu, quelle guerre cruelle ! Je trouve deux hommes en moi : L'un veut que plein d'amour pour toi Mon cœur te soit toujours fidèle. L'autre à tes volontés rebelle Me révolte contre ta loi. L'un tout esprit, et tout...
Page 172 - Pourquoi faire , après tout ? — Pour courir l'Océan de l'un à l'autre bout , Chercher jusqu'au Japon la porcelaine et l'ambre, Rapporter de Goa ' le poivre et le gingembre. — Mais j'ai des biens en foule , et je puis m'en passer. — On n'en peut trop avoir ; et pour en amasser II...
Page 95 - Ils savent que sur eux prêt à se déborder, Ce torrent, s'il m'entraîne, ira tout inonder; Et vous les verrez tous, prévenant son ravage, Guider dans l'Italie et suivre mon passage.
Page 276 - ... l'autre, et par l'avantage d'une si haute naissance, et par ces grandes pensées que le ciel envoie, et par une espèce d'instinct admirable dont les hommes ne connaissent pas le secret, semble né pour entraîner la fortune dans ses desseins et forcer les destinées. Et, afin que l'on vît toujours dans ces deux hommes de grands caractères, mais divers, l'un, emporté d'un coup soudain, meurt pour son pays comme un Judas...

Informations bibliographiques