Poésies choisies de Gresset, Volume 8

Couverture
A. Quantin, 1883 - 278 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 200 - Si ma chambre est ronde ou carrée , C'est ce que je ne dirai pas; Tout ce que j'en sais, sans compas, C'est que , depuis l'oblique entrée , Dans cette cage resserrée On peut former jusqu'à six pas; Une lucarne mal vitrée, Près d'une gouttière livrée A d'interminables sabbats, Où l'université des chats , A minuit , en robe fourrée , Vient tenir ses bruyants états ; Une table mi-démembrée , Près du plus humble des grabats ; Six brins de paille délabrée , Tressés sur deux vieux échalas...
Page xvii - Quemque Poetarum limae labor et mora. Vos, O Pompilius sanguis, carmen reprehendite quod non Multa dies et multa litura coercuit, atque Praesectum decies non castigavit ad unguem...
Page 160 - Une société peu nombreuse , et qui s'aime , Où vous pensez tout haut, où vous êtes vous-même, Sans lendemain , sans crainte , et sans malignité , Dans le sein de la paix et de la sûreté ; Voilà le seul bonheur honorable et paisible D'un esprit raisonnable, et d'un cœur né sensible. Sans amis , sans repos , suspect et dangereux , L'homme frivole et vague est déjà malheureux : Mais jugez avec moi combien l'est davantage Un méchant affiché , dont on craint le passage ; • Qui , traînant...
Page 108 - L'important est d'abord que l'oncle vous déteste ; Si vous y parvenez, je vous réponds du reste : Or, notre oncle est un sot , qui croit avoir reçu Toute sa part d'esprit en bon sens prétendu...
Page 159 - C'est ordinairement à de foibles rivaux Qu'il adresse les traits de ses mauvais propos. Quel honneur trouvez-vous à poursuivre , à confondre, A désoler quelqu'un qui ne peut vous répondre? Ce triomphe honteux de la méchanceté Réunit la bassesse et l'inhumanité. Quand sur l'esprit d'un autre on a quelque avantage, N'est-il pas plus flatteur d'en mériter l'hommage , De voiler, d'enhardir la foiblesse d'autrui, Et d'en être à la fois et l'amour et l'appui?
Page 91 - Vous savez que mon goût tient plus à vous qu'à lui ; Et que vos seuls conseils sont ma règle aujourd'hui. Vous êtes honnête homme, et je n'ai point à craindre Que vous proposiez rien dont je puisse me plaindre ; Ainsi, confiez-moi tout ce qui peut servir A combattre Géronte, ainsi qu'à nous unir.
Page 162 - Consultez, écoutez pour juges, pour oracles, Les hommes rassemblés; voyez à nos spectacles, Quand on peint quelque trait de candeur, de bonté , Où brille en tout son jour la tendre humanité, Tous les cœurs sont remplis d'une volupté pure , Et c'est là qu'on entend le cri de la nature.
Page 167 - Et réalisez-vous cet être imaginaire, Ce petit préjugé qui ne va qu'au vulgaire ? Pour moi, je n'y crois pas : soit dit sans intérêt, Tout le monde est méchant, et personne ne l'est...
Page 5 - J'ai lu qu'on perd à trop courir le monde ; Très rarement en devient-on meilleur : Un sort errant ne conduit qu'à l'erreur. Il nous vaut mieux vivre au sein de nos lares , Et conserver, paisibles casaniers , Notre vertu dans nos propres foyers , Que parcourir bords lointains et barbares ; Sans quoi le cœur, victime des dangers , Revient chargé de vices étrangers.
Page xxx - D'être au collège un bel esprit mondain, Et dans le monde un homme de collège ; Gresset dévot ; longtemps petit badin, Sanctifié par ses palinodies, II prétendait avec componction Qu'il avait fait jadis des comédies, Dont à la Vierge il demandait pardon. — Gresset se trompe, il n'est pas si coupable : Un vers heureux et d'un tour agréable Ne suffit...

Informations bibliographiques