Images de page
PDF
ePub

sité de 1,063; bout à 120; cristallise en lames blanches à + 10°; à odeur caractéristique de sel de vinaigre; ne précipite pas l'albumine, les sels de baryte, d'argent. Il dissout la fibrine, et donne, avec la potasse, un acétate déliquescent.

ACIDE OXALIQUE (CO',HO). Solide, blanc, cristallisé en prismes quadrilatères, d'une saveur acide, piquante; se volatilise, à chaud, en vapeurs blanches. Soluble dans 8 p. d'eau et dans l'alcool; le soluté donne, avec l'eau de chaux, un précipité blanc, insoluble dans un excès d'acide; avec le sulfate de cuivre un précipité blanc bleuâtre; avec le nitrate d'argent, un oxalate blanc, qui, chauffé sur un fragment de verre, se décompose avec légère explosion. Il réduit à chaud les sels d'or.

Enfin les acides tartrique et citrique sont cristallisés en prismes hexaédriques ou rhomboïdaux, décomposables, par la chaleur, en produits charbonneux et empyreumatiques. Solubles dans l'eau, le premier donne, par l'eau de chaux, un précipité blanc, soluble dans un excès d'acide et l'acide azotique; il ne précipite pas le sulfate neutre de chaux comme l'acide oxalique. L'acide fluorhydrique est fumant à l'air et corrode le verre.

L'oxalate et le tartrate acides de potasse, offrant la réaction acide, peuvent être confondus avec les acides oxalique et tartrique. Par l'évaporation on les obtient cristallisés ; décomposés ensuite à chaud ils donnent du carbonate de potasse (voyez cette base), Le tartrate noircit préalablement.

B.-Si la liqueur ramène au bleu le papier rouge de tournesol, ou est sans action sur le papier bleu et rouge, ne précipite pas par la potasse, et surtout par l'acide sulfhydrique, c'est un poison à base de potasse, de soude, d'ammoniaque, de chaux, de strontiane, de baryte. Si la réaction est alcaline, c'est une de ces bases ou de leurs carbonates. Les trois premières ne précipitent pas par un courant d'acide carbonique ou d'air expiré; l'ammoniaque a une odeur caractéristique; la potasse précipite en jaune par le chlorure de platine, non la soude; celle-ci est précipitée en blanc par l'antimoniate de potasse. Les trois dernières précipitent par l'acide carbonique. La baryte et la strontiane donnent, par l'acide sulfurique, un sulfate blanc, insoluble dans l'eau avec la première , soluble dans une grande quantité de ce liquide avec la seconde. Enfin la chaux ne précipite pas par l'acide sulfurique et donne, avec l'acide oxalique,un oxalate blanc, insoluble dans un excés d'acide. Voici du reste les caractères essentiels de ces bases.

AMMONIAQUE ( AzH®, 12HO). Liquide , incolore ; densité de 0,85; odeur ammoniacale, urineuse, acre, suffocante; il donne des vapeurs très-épaisses avec le gazchlorhydrique, précipite en jaune le chlorure de platine. Le sesquicarbonate, qui offre les mêmes caractères, si ce n'est qu'il fait effervescence avec les acides , est en petits pains blancs , fibreux, à odeur fortement ammoniacale. Le chlorhydrate (AzH®,HCl) cristallisé en longues aiguilles, est blanc, inodore, donne de l'ammoniaque par la potasse, et un chlorure d'argent caractéristique par le nitrate de ce métal. ." POTASSE (KO,HO) en plaques blanches, dures, trèshygrométriques. Son soluté, savonneux au toucher, donne, par l'acide tartrique en excès, un tartrate 'acide, blanc, grenu; par l'acide perchlorique, un perchlorate, blanc, cristallin; par le chlorure de platine , un chlorure double, jaune, grenu, insoluble dans l'alcool. Le carbonate (KO,CO) est en poudre blanche, cristalline, déliquescent; il dégage de l'acide carbonique par les autres acides; le nitrate (KO, AzO'), qui est en cristaux blancs, prismatiques, fuse sur les charbon's ardents, donne des vapeurs nitreuses par l'acide sulfurique et la limaille de cuivre; l'hypochlorite ou eau de Javelle, est liquide, incolore ou rose, détruit le papier rouge de tournesol après l'avoir ramené au bleu, et dégage du chlore par l'acide sulfurique; le polysulfure, foie de soufre, est solide ou liquide, jaune verdâtre ou brunâtre; il noircit les métaux, dégage du gaz hydrogène sulfuré et dépose du soufre blanc par l'acide chlorhydrique. Les sels de potasse colorent la flamme du chalumeau en violet.

SOUDE (NaO,HO). Elle offre les mêmes caractères physiques que

la potasse, dont elle se distingue en ce qu'elle ne précipite pas par les réactifs indiqués, et donne, par l'hyperiodate de potasse concentré, un précipité blanc; par l'antimoniate de cette base, un antimoniate de soude, blanc, grenu. Les sels de soude colorent la flamme du chalumeau en jaune; l'hypochlorite de soude ou liqueur de Labarraque est liquide et se reconnait aux mêmes caractères que celui de potasse.

BARYTE (BaO,HO). En masses grisâtres, et en poudre blanche, à l'état d'hydrate; le soluté donne, par l'acide sulfurique, les sulfates, un précipité blanc, insoluble dans l'eau, l'acide azotique et non colorable en noir par l'acide sulfhydrique; par le chromate de potasse, un précipité jaune; elle colore en rouge la flamme d'une lampe à alcool. Le carbonate (BaO,COP) est en masses ou rognons, ou poudre blanche, insoluble; le chlorure (BaCl,2HO), en lames carrées, blanches, soluble dans l'eau et insoluble dans l'alcool.

STRONTIANE (StO,HO), solide, en poudre blanche à l'état d'hydrate; son soluté donne, avec l'acide sulfurique, les sulfates, un précipité blanc, soluble dans une grande quantité d'eau; avec le chromate de potasse, pas de précipité; elle. colore en rouge pourpre la flamme alcool ; son chlorure est blanc, cristallisé en longues aiguilles.

CHAUX (CaO,HO). En masses grisâtres ou en poudre blanche; son soluté donne , par l'acide oxalique, un précipité blanc , insoluble dans un excès d'acide, et réduc

en

tible en chaux par la calcination; parl'acide sulfurique, pas de précipité; elle communique un éclat éblouissant à la flamme du chalumeau; l'hypochlorite de chaux est solide, en poudre blanche ou liquide, et offre les mêmes réactions que celui de potasse.

Nota. Le nitrate de potasse, les chlorures de baryte, de strontigne, d'ammoniaque, sont neutres au papier de tournesol, ne précipitent ni par la potasse, ni par l'acide sulfhydrique; le premier fuse sur les charbons ardents; le dernier est volatil à chaud et dégage de l'ammoniaque par une base fixe; les deux autres se distinguent par les mémes réactifs que leurs bases.

C.- Que les liqueurs soient neutres, acides ou alcalines, st elles précipitent par la potasse et surtout par l'acide sulfhydrique, le sulfhydrate d'ammoniaque, c'est une préparation de zinc, d'arsenic, d'antimoine, d'étain, de mercure,

de cuivre, de plomb, de bismuth, d'argent, d'or, de fer,

de chróme.Par l'acide sulfhydrique, le sulthydrated'ammoniaque, le précipité est : 1° blanc, avec les sels de zinc; 2° jaune, avec les sels d'arsenic, d'antimoine , les deuto-sels d'étain; le sulfure d'arsenic est jaune-citron,complétement soluble dans l'ammoniaque sans la colorer; celui d'antimoine est jaune rougeâtre, incomplétement soluble dans l'ammoniaque, à la. quelle il donne sa couleur; le sulfure d'étain est d'un jaune plus clair et insoluble dans l'ammoniaque. 3° Les autres préparations donnent un sulfure noir par l'acide sulfhydrique, le sulfhydrate d'ammoniaque. On les distingue par la potasse, qui précipite en blanc bleuâtre, les sels de cuivre; en noir,les proto-sels de mercure; en jaune rougeâtre, les deutosels; en brun-olive, les sels d'argent; en brun jaunâtre, les sels d'or; en blanc verdâtre, les proto-sels de fer; en brun rougeâtre, les sesqui-sels; en blanc, les proto-sels d'étain, de plomb, de bismuth; avec les deux premiers, le précipité est soluble dans un excés de réactif. Les proto-sels d'étain don

nent le pourpre de Cassius avec les selsd'or, et ceux de plomb un précipité jaune avec l'iodure de potassium. Enfin les sels de chrome sont colorés en jaune, vert ou rouge. Voici d'ailleurs les caractères physiques et chimiques de ces diverses préparations.

PRÉPARATIONS ARSENICALES. Toutes, à l'état solide, donnent, sur les charbons ardents, l'odeur alliacée, et, chauffées avec du flux noir, dans un tube de verre, de l'arsenic métal, qui se condense surles parois en petites incrustations d'un gris d'acier, solubles dans l'acide azotique; le soluté, évaporé à siccité, laisse un résidu blanc d'acide arsénique, qui passe au rouge-brique par l'azotate d'argent. Sont solubles l'acide arsenieux et arsénique, les arsénites et arséniates de potasse, de soude et d'ammoniaque. Les insolubles sont ramenées à l'état d'acide arsénique par l'acide azotique.

Les solutions arsenicales sont à l'état d'acide arsenieux et arsénique. Elles donnent :

A l'appareil de Marsh, des taches arsenicales, un anneau arsenical (voyez page 77);

2° Par l'acide sulfhydrique et quelques gouttes d'acide chlorhydrique, un précipité jaune-citron (sulfure d'arsenic), soluble dans l'ammoniaque sans la colorer. Avec les dissolutions d'acide arsénique le dépôt ne se forme qu'au bout de 6,24 heures, ou après ébullition ;

zo Par le nitrate d'argent, un précipité jaune clair, avec les arsénites; rouge-brique, avec les arséniates (arsénite ou arséniate d'argent);

Par le sulfate de cuivre ammoniacal, un précipité vertpré (arsénite de cuivre), avec les dissolutions d'acide arsenieux; blanc bleuâtre (arséniate de cuivre), avec les solutés d'acide arsénique;

go Par l'eau de chaux, de baryte, toutes forment un précipité blanc (arsénite ou arséniale de chaux, etc.).

L'acide arsenieux (AsO) est en masses blanches , opa

« PrécédentContinuer »