Mercure de France

Couverture
1767
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 158 - Naturelle éclaircie dans une de fes Parties principales l'Ornithologie , qui traite des Oifeaux de Terre de Mer & de Rivière, tant de nos Climats que des Payg étrangers; Ouvrage traduit du...
Page 88 - Tel jour if adopta leurs fils , les réun nit dans" le même afyle , & voulut que , » fous les mêmes aufpices , ils y appriffent » à la fois les loix de la religion , de la » probité, de l'honneur & de la guerre. » Tel jour , en telle année , on lui dit...
Page 66 - N'importe; je me sacrifie Au cher objet de mes amours : Trop heureux, en perdant la vie, Si je conserve ses beaux jours! ll part, et va joindre l'armée Dans les pays les plus lointains; Elle étoit alors occupée A combattre les Sarrasins. Il se met d'abord à la tête De deux cents chevaliers choisis ; Avec leur secours il arrête.
Page 94 - Tribunaux, & qu'il lui a été préfenté jufqu'à trois fois. Apparemment que les crimes dignes de mort font plus rares à la Chine qu'en Europe, où une procédure fi lente feroit fujette à de grauds inconvéniens.
Page 70 - Bientôt je vais cesser de vivre, Sans cesser de vous adorer, Content si ma mort vous délivre Des maux qu'on vous fait endurer. Elle n'a rien qui m'épouvante ; Sans vous la vie est sans attraits. Un regret pourtant me tourmente : Quoi ! je ne vous verrai jamais ! « Recevez mon cœur comme un gage Du plus vif, du plus tendre amour; De ce...
Page 72 - J'Ai vu depuis cette belle Afpafie, La couronnant de rofes , je lui dis : Quand reviendra la douce fantaifie ? Car ce jouf-là c'eft le feul où je vis. LORS j'apperçus cette belle Afpafie, Qu'un doux fouris coloroit fes attraits ! Elle reprit fa douce fantaifie , Et me donna même le jour d'après.
Page 103 - Toute leur efpérance eft de parvenir aux premiers emplois du Tribunal des Mathématiques., dont le revenu fuffit à peine pour un modique entretien.
Page 100 - écude principale fe tourne vers la fcien5>ce des mœurs; &, au fond, c'eft ce qu'il "•ya de plus digne de l'homme , & de
Page 72 - Ce n'eft point fur fes bords qu'habité la richefle. Aux plus fçavans Auteurs , comme aux plus grands Guerriers , Apollon ne promet qu'un nom & des lauriers. Mais , quoy ? dans la difette une Mufe affamée 180 Ne peut pas , dira-t-on , fubfifter de fumée. Un Auteur , qui prefl'é d'un befoin importun , Le foir entend crier fes entrailles à jeun , Goûte peu d'Helicon les douces promenades.
Page 73 - J'ai mandé à m. Lecat, secrétaire de l'Académie de Rouen, de mettre...

Informations bibliographiques