Histoire de France, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 373 - Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple, et qu'on ne nous en arrachera que par la puissance des baïonnettes.
Page 194 - M. de Louvois dit l'autre jour tout haut à M. de Nogaret : « Monsieur, votre compagnie est en fort mauvais état. — Monsieur, dit-il, je ne le savais pas. — II faut le savoir, dit M, de Louvois; l'avez-vous vue? — Non, Monsieur, dit Nogaret. — II faudrait l'avoir vue, Monsieur. — Monsieur, j'y donnerai ordre.
Page 217 - Je pleurai d'abord beaucoup ; mais je trouvai le lendemain la messe du roi si belle que je consentis à me faire catholique , à condition que je l'entendrois tous les jours , et qu'on me garantiroit du fouet. C'est là toute la controverse qu'on employa , et la seule abjuration que je fis.
Page 121 - Je ne vous ai point appelés, comme faisaient mes prédécesseurs, pour vous faire approuver leurs volontés. Je vous ai assemblés pour recevoir vos conseils, pour les croire, pour les suivre, bref, pour me mettre en tutelle entre vos mains, envie qui ne prend guère aux rois, aux barbes grises et aux victorieux.
Page 436 - La liberté , dit-il , est devenue créancière de tous les citoyens; les uns lui doivent leur industrie, les autres leur fortune; ceux-ci leurs conseils, ceux-là leurs bras; tous lui doivent leur sang.
Page 218 - Vous aurez vu. sans doute, l'édit par lequel le roi révoque celui de Nantes. Rien n'est si beau que tout ce qu'il contient, et jamais aucun roi n'a fait et ne fera rien de plus mémorable
Page 253 - plus fortement est de n'oublier jamais les obliga« tions que vous avez à Dieu... Souvenez-vous que « vous lui devez tout ce que vous êtes.... « Tâchez de conserver la paix avec vos voisins. « J'ai trop aimé la guerre : ne m'imitez pas en cela, « non plus que dans les trop grandes dépenses que
Page 430 - Je meurs innocent de tous les crimes qu'on m'impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France.
Page 181 - On sait les malheurs qu'ont produits vos assemblées; j'ordonne qu'on cesse celles qui sont commencées sur mes édits. Monsieur le premier président, je vous défends de souffrir des assemblées, et à pas un de vous de les demander*.
Page 121 - que je puisse endosser. Mes chemises sont toutes « déchirées; mes pourpoints troués au coude; ma « marmite est souvent renversée; et depuis deux

Informations bibliographiques