"Sirventes Joglaresc": ein Blick auf das altfranzösische Spielmannsleben

Couverture
N.G. Elwert, 1891 - 73 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 14 - Roget, le mellor de me carue ; si le vois querant, si ne mengai ne ne bue trois jors a passés ; si n'os aler a le vile, c'on me metroit en prison, que je ne l'ai de quoi saure : de tot l'avoir du monde n'ai je plus vaillant que vos veés sor le cors de mi.
Page 117 - Le soller li eust baisié , Mais li rois l'a amont drecié. Errant son bornage pris a De la tere qu'il devisa; 4990. Et en après l'en a saisi D'un gant, dont il se dessaisi ; Folie Jehan demenast Se il le roi n'en merciast.
Page 71 - Car es Bretz o Normans, E vei en homes tans Per qu'es a'ls pros dampnatges, E mi par nescïatges 25 Qu'om lor mesca ni talh En cort de pro vassalh; E s'en sui encolpatz, Car los ai acusatz, Vos cortes que anatz...
Page 8 - Qu'il n'i avoit ne lin ne lange, Einz ot a son col atachiez Deus cuirs de novel escorchiez De deus toriaus ou de deus bués.
Page 10 - L'onneur et le preu leur seignours. Tel gent pour leur seignour morroient, Là où li vilain s'en fuiroient; Car li vilains par droit ne crient Honte quant de vilain lieu vient...
Page 38 - Li rois li dit : «Ne celez mie Conment ce te donna t'amie.
Page 68 - Ni no sabetz d'Aripodes l'efan Qui'l det lo colp su'l pe ab lo cotel, Ni de'l bon rey Neptanabus prezan Per que laisset...
Page 26 - Quar bien sot que desmariee Fu sa fille et desvirgenee. Quar ce pas sanblant non estoit Que li buens cuens qui tant valoit 3712 (Fol. 65 r°) Deignast avoir itel moillier, Fille de vilain renevier. Li cuens ne voust plus tarder mie Por la novele qu'ot oïe, 3716 Qu'il non alast en son païs. Et quant ce vit li rois Henris, Que le conte aler en convient, Iriez i fu et a lui vient, 3720 Si li a dit : ,,Biaus sire cuens...
Page 38 - Ne entrister ne laidengier. Governal est venuz au cri, En sa main tint un vert jarri Et fiert Ivain qui Yseut tient. Li sans li chiet, au pié li vient. Bien aïde à Tristran son mestre, Yseut saisist par la main destre.
Page 95 - Ainz veïssiez toz avant traire Ces jogleors et maint jou faire. Li uns dançoit des esperons: Bien s'en regardent les talons, Qu'il ne rechoit; li autre saut...

Informations bibliographiques