Cultures urbaines et sportives alternatives: socio-anthropologie de l'urbanité ludique

Couverture
L'Harmattan, 2010 - 238 pages
Les activités sportives qui s'inscrivent de manière légale et/ou illégale dans les espaces urbains centraux et périphériques soulèvent des interrogations qui ne sont pas nouvelles. Les différentes institutions urbaines regroupent alors l'éventail de ces pratiques dans un même groupe homogène, les " sports urbains ". Cette homogénéité culturelle n'est pas sans soulever quelques problèmes d'ordre identitaire notamment. Elles sont foison et plurielles, visibles ou invisibles, ne jouent pas de la même manière avec les règles mais font toutes parties de notre environnement urbain. Les politiques urbaines et sportives se succèdent mais n'offrent que peu de solutions convenables pour garantir un vivre-ensemble entre pratiquants, citadins, décideurs locaux, etc. Des tensions résultent de ces usages alternatifs et vertigineux de l'espace public (au sens où J. Habermas le définit) et des espaces de la ville (rue, jardin, trottoir, jardin public, place publique, immeuble, toit, parking, etc.). Les problématiques inhérentes aux " sports urbains " sont donc nombreuses : politiques, sociales, culturelles et sécuritaires entre autres. En combinant les acquis de la sociologie urbaine et de la sociologie du sport, nous avons porté notre attention sur quatre pratiques urbaines à la fois légales et illégales : spéléologie urbaine, parkour, street-golf et base-jump urbain. De ce fait, la (re)qualification sociologique de la ville et de son espace sociétal peut être analysée de deux manières. La compréhension fine des projets individuels et collectifs (en termes d'organisation), d'une part, puis l'analyse des logiques internes aux communautés pratiquantes, d'autre part, conduisent ces citadins et néo-sportifs à créer une urbanité ludique caractéristique de notre société contemporaine. Nous pouvons alors nous demander quels sens revêtent ces différentes utilisations de l'espace urbain. Comment qualifier ces " appropriations " de l'espace ? Quels sont les acteurs qui participent à la mise en scène de la ville contemporaine et au détournement des usages quotidiens ? Comment sont régulées ces pratiques ?

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques