Le pays et la société kabyle: (Expédition de 1857)

Couverture
A. Bertrand, 1837 - 28 pages
1 Commentaire
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Erreur dans la date d'édition : 1857 (et non 1837)

Table des matières


Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 28 - D'OEIL RAPIDE sur les informations obtenues depuis la fin du XVIII' siècle au sujet de l'intérieur de l'Afrique septentrionale, comparées avec les découvertes faites jusqu'à ce jour dans la même région ; suivi...
Page 88 - J'ai dû accepter cette tâche, et je me fais un devoir de vous rendre compte de la mission que vous avez bien voulu me confier.
Page 13 - Voici une anecdote qui prouve quelle est la force de l'opinion à cet égard : Un Kabyle est assassiné , ses biens sont immédiatement placés sous le séquestre. Le frère de la victime a recours au chef du bureau arabe , se plaignant non-seulement de la confiscation des bien» de son parent, mais encore des siens propres ; la Djéma fut appelée à comparaître devant l'officier français, arbitre souverain.
Page 13 - Cependant la djemmâ kab\le ne prononce jamais une sentence de mort : l'exécuteur des hautes œuvres n'est pas connu dans cette société barbare. Le meurtrier cesse d'appartenir à sa tribu ; sa maison est détruite, ses biens sont confisqués, un exil éternel le frappe : voilà la 'vindicte publique. Mais le champ reste encore libre à la vengeance particulière : c'est aux parents de la victime à appliquer le talion dans toute sa rigueur. La loi ferme les yeux sur ces sanglantes représailles...
Page 25 - Geslin, ancien élève de l'École vétérinaire d'Alfort, et maintenant employé au bureau arabe de Laghouat, ville située au midi d'Alger, à une distance de plus de cent lieues : c'est le tableau des dialectes du nord-ouest de l'Afrique, depuis les régences de Tunis et de Tripoli jusqu'à l'océan Atlantique, depuis la Méditerranée jusqu'au pays des nègres. M. Geslin ne s'est pas borné aux dialectes berbers; il a embrassé, dans son travail, les idiomes des peuplades voisines, qui, bien...
Page 6 - ... font croire que, quoique ces gens-là soient mahométans, et qu'ils parlent la langue des Kabyles, ils sont quelques restes des Vandales qui trouvèrent moyen de s'établir dans quelques quartiers. » « Je vis sur l'Auras, à mon grand étonnement, dit Bruce1, une tribu d'Africains qui, si je ne puis dire qu'ils étaient beaux comme des Anglais, avaient du moins le teint aussi clair que les habitants du midi de la Grande-Bretagne; ils avaient aussi les cheveux rouges et les yeux bleus. J'en...
Page 2 - Leur langue, dit cet historien , est une espèce de » jargon barbare, dans lequel on distingue plusieurs » dialectes (ce qui est encore réel de nos jours).
Page 3 - Augustin et de ses correspon» dants nous montrent que le terme Barbari était » employé par la population latine de l'Afrique pour » désigner les peuplades indigènes qui repoussaient » l'autorité de l'empire et les doctrines du christia
Page 10 - montagne est une de leurs retraites les plus diffi» ciles à aborder et les plus faciles à défendre. De là > ils bravent la puissance du gouvernement (de Bou» gie), et ils ne payent l'impôt qu'autant que cela « leur convient. De nos jours ils se tiennent sur cette » cime élevée et défient les forces du sultan , bien » qu'ils en reconnaissent cependant l'autorité (1).

Informations bibliographiques