Images de page
PDF
ePub
[merged small][merged small][ocr errors]

Q

Voir le Destin jaloux, do le Tems inflexible Et LOUIS triomphant de cent Peuples divers , Ne fera point un jour connu dans l'Univers?

Ne le permettez pas, vous dont la main sçavante Grave sur les métaux fon Histoire éclatante: Témoins de ses grandeurs , Herauts de ses exploits, Du Tems dos du Destin forcez les dures loix, La Vertu , pour porter son nom dans tous les âges, Contre l'oubli du tems a choisi vos suffrages. Que d'autres à l'envi tracert sur le papier Les penibles travaux de ce Prince guerrier: Que d'une forte haleine ils fonnent la trompette : Le papier est fragile, de la voix imparfaite Ne peut d'un fon leger égaler ses hauts faits. Vous seuls pouvez répondre à nos juftes souhaits Et jusqu'où l'Univers a caché ses limites, Celebrer de concert sa gloire do fes mérites. LOVIS offre à vos soins un champ vaste go pompeux. Les Arts recompensez fous fon empire heureux, Suivent les mouvemens

que votre ardeur inspire, Et reçoivent les loix que vous sçavez prescrire.

Voyez qu'en cent façons les plus riches métaux
Ajustent leur figure au gré de vos travaux.
Des plus hautes forêts les arbres inutiles
A la main du Tourneur prêtent leurs troncs dociles,
Et le marbre au ciseau n'osant plus refifter,
Pour les traits de Louis semble se présenter.
Animez, du beau feu de votre heureux génie,
Ces ouvrages muets, ces figures sans vie.

Faites plus, la Nature à ses exploits nouveaux s'empresant d'applaudir par des arcs triomphaux,

Ouvre le vaste sein des goufres de la Terre,
Et l'art tirant soudain les masses qu'elle enferre,
Les étale à nos yeux, les joint étroitement,
Et pour former un arc, les courbe artistemear.
Ces monumens pompeux aiment votre langage,
Joignez à leurs travaux ce dernier avantage.

Cet emploi vous est ; mais ne le bornez pas
A ces Inscriptions dignes de ses combats.
Ce Roi victorieux, de qui l'ardeur guerriere
Vit nu gré de ses vœux trembler l'Europe entiere,
Ņe regneroit qu'au sein d'une seule Cité.
Qu'en ce fiecle de guerre ainsi représenté,
Du citoyen tranquille il repaise la vûe ;
Sa gloire veut voler sans être retenue ,
Et le rapide effor qu'elle prend dans les airs,
Ne sçauroit se borner qu'au bout de l'Univers.

Voulez-vous consacrer ses vertus éclatantes,
Tous ces métaux fondus en des flames ardentes,
Vous demandent l'image do le nom de LOVIS.
Gravez-les, cette empreinte en rehausant leur prix,
Aux plus lointains climats portera leur matiere,
Les Médailles n'ont rien d'une maße groffiere.
Le Destin og l'Envie en respectent les traits,
Qu'ils fappent à leur gré les plus riches Palais,
Que les plus hautes tours, les murs les plus solides
Tombent sous la fureur de leurs coups homicides,
Ce que vous produisez est un bien de l'esprit ,
Qui brave le Deftin, do que rien ne détruit.

Par vous, Troupe sçavante , immortelle Aferablée Qui rappellez des jours la memoire écoulée, Et qui sçavez

fixer la vitesse des ans, Par vous ses faits gravez sur les métaux brillans , En dépit des fureurs du Tems des de l'Envie , Inftruiront l'avenir d'une fi belle vie. Ces métaux animez d'un sincere discours, Que nos Neveux liront de reliront toujours , Mieux qu'un volume entier d'une Histoire étendue, offriront tous ses faits à la premiere vue, Et par eux les Lecteurs fars peine des fans ennuis, Seront de les grandeurs heureusement instruits.

Ainsi toujours prefert LOUIS dans vos Médailles, An soldat attentif apprendra fes batailles, Et des honneurs guerriers le Soldat amoureux Voudroit avoir peri dans ces combats famcux.

Ne cessez donc jamais d'étaler ses merveilles,
Mille exploits à la fois sollicitent vos veilles.
Au milieu du tumulte dor du bruit des combats,
Hátez-vous, les lauriers que moisonnent for bras,
Et tous ces faits divers dont sa gloire s'augmente,
Préparent à vos soins une charge pesante.
Craignez que l'Artisan surpris, embarassé,
Ne tombe sous le faix dont il se sent pressé.
LOVIS, qui va toujours de victoire en victoire,
Remet entre vos mains tout l'amas de sa gloire. ·
Ce dépôt qui dédaigne un éloge emprunté,
Pour briller, n'a besoin que de votre équité.
O trop heureux témoins de sa gloire immortelle!
Qu'occupe un même soin, qu'anime un même zele;
Sçavez vous qu'en gravant sur cet or ses exploits,
Vous consacrez son nom de le vôtre à la fois?

Que ne puis-je courir dans vos sçavantes lices,
Er mêler mes travaux à vos doux exercices!
Quel esprit, quelle ardeur animeroient mes Vers!
De quel ton publiant vos oracles divers ,
Au dernier avenir ma voix forte do sublime,
Feroit elle éclater le beau feu qui m'anime:
Mais l'accès fortuné de ces auguftes lieux
s'ouvre à peu de Mortels favorisez des Cieux.
Le Travail afsidu, la Prudence éclairée,
La Vertu, le Mérite en défendent l'entrée.

Cependant n'allez pas, Troupe de beaux Espries,
'Avec un fier dédain regarder ces Ecrits
Que doit à nos travaux la premiere des Villes.
S'il en est à vos yeux de foibles, d'inutiles,
Qui du promt voyageur n'arrêtent point les pas,
Celebres Ecrivains, ne les épargnez pas,
Que ces inscriptions en lettres d'or gravées,
Soient détruites par vous auffi-tôt qu'improuvées :
Et que le Marbre même indigné contre nous
Témoigne, en febrilant, fa peine de son courroux.

EADEM REGIÆ NUMISMATUM ET INSCRIPTIONUM

ACADEMIÆ.
Vt Latinè infcribat publica monumenta.

ХСу.

. ,
Amissos flebat linguæ Latialis honores.
Hanc labem intulerat cultis gens afpera Musis
Irrumpens Latio ; visi dedilcere morem
Paularim Ausonidæ; tener urbem barbarus hostis,
Cessit amor Musarum, Italis pelluntur ab oris,
Neglectæque jacent nullis cultoribus Artes.

Verùm ubi Cæsaribus, longo promiflus ab ævo
Succeslit Lodoicus, & æquat Marte triumphos ,
Quales attoniti cupiant vidisse Quirites.
Ingenuæ rediêre Arces, rediêre Camænæ ,
Romano fas ore loqui, linguæque cadentis
Surgit priscus honos ; videas jam emergere lectos
Franca è gente viros , * quibus omnis cura tueri
Heroum facta egregia , & cælare metallis.
Bellica laus velit, & Francorum gloria poscat.
Tantis præfidibus pofito squallore , sitúque ,
Se Roma agnoscit, densáque in nocte sepulti
Ecce reviviscunt , quos aurea protulit ætas ,
Magni Oratores , tumulisque excita profundis
Turba Poëtarum , tanto servire parata
Principi, in occursum studiis fe ardentibus urgeta
Et pudor est tacuifle diù, & celafle repostas
Romanæ tot opes linguæ, quas fponte recludit
Principis in magni laudes , nimiùmque superba,
Si per vos , doči ô Proceres, gens culta , politi
Et sermonis amans Francum prodire lub ax em

Illi contigerit, Lopoïco & plaudere Magno.

Jamdudum Elyfiis ducentes oria campis
Audierant (Manes placidos ea fama subibat , )
Ingentem Lodorcum armis, pietate secunduin
Nulli, & confilio , quo vindice territus Error
Sub fpecubus se-se abdiderat, dum tollit ad astra
Relligio caput , & Francos dar jura per omnes.

Perculfi tantâ pietatis imagine, Regi
Et citharas, & plectra dicant, lituofque , lyráfque,
Bellantûmque tubas, vobísque volumina pandunt,
Qui servatis adhuc veteris vestigia Romæ.
Quin inscribendis semper magis apta * triumphis,
Roma lubens offert patrii sermonis honores.
Arripite ; ( hoc furto vates lætamur in ipso )
Aufonidum fpoliis Francos ornate triumphos.

* A D CAROL UM PER A L T U M

VIR. ACADEMICU M. Quòd Latini Poëta non fint in honore apud Aulicos.

XCVI.

,

Obruitur quantis noster Apollo malis ! Deferimur! Latiosque premit nox alta Poëtas,

Nullus honos Latiis , gratia nulla modis, Arentes jam sponte cadunt de vertice lauri ;

* L'on étoit d'accord qu'il Perrault de l'Académie avoit falloit des Inscriptions : mais beaucoup de crédit sur l'esprit pour sçavoir , li elles seroient de ce Ministre ; c'est à lui à qui Latines ou Françoises, les sen on adressa des Vers de part & timens étoient partagés. M. d'autre : M. de Santcul lui é. Colbert étoit d'avis qu'on les crivit ces Vers. mît en François : & comme M.

E

« PrécédentContinuer »