Images de page
PDF
ePub

* AD ILLUSTRISSIMUM VIRUM

D.P. BELLEVRÆUM

PRO DEFENSIONE

F A B U L A R U M. Cui subdit excufationem & palmam libenter com

ceffam Fr.... cedit.

EL E G I A.

CIII.

E
RGO sacra novæ mutabunt carmina leges ,

Et suus Antiquis præripietur honos ?
Tot Vatum monumenta , tot & decora alta peribunt?

Musarum tot opes auferet una dies ?
Ah ! tantum prohibe facinus , Pater optime Vatum ,

Non aliâ fueris tu mihi lege Deus.
Vos tantum prohibête nefas, prohibête Camænæ ,

Non aliâ dicam vos racione Deas.
Ecquis erit vestros posthàc qui curet honores,

Irrita li nullam Numina fertis opem?
Non ita: tot veterum præclara inventa manebunt ,

Et quod facravit Fabuła prilca, melos.
Numen habent Mufæ, vos fontes numen habetis,

Sunt etiam & fylvis, arboribusque Deæ.
Et nemora , & montes, valléfque, & inhospita laxaian

Ipsáque cum rivis flumina Numen habent. Nuper multa gemens in littore flebat Amyntas,

Et fato raptum læpe vocabat Hylam.

* La dispute sur les Fables M. de Bellievre: s'étant éleyée ; Monsieur de Cette Piece a paru en 16703. Santcul prit leur défense, & j'en rapporte les différentes. Iem fit cette Ficce qu'il adrella à qons,

Flebant & rupes, fontéfque & littora fiebant ;

Flere etiam vila est conscia Nympha loci.
Et montes doluifle , annolaque tobora circum

Corticibus ruptis ingemuiffe ferunt.
Quid non Pierides , quid non finxêre Poëtæ !

Vidimus argura moenia structa lyrå..
Vidimus auritas motare cacumina Quercus ,

Et cursus Amnes sustinuiffe fuos.
Dant Vates vultus varios , varió que colores,

Eque solo ducunt quæ super aftra ferant.
Surda vocant, immota movent, mentem omnibus addunt;

Artis opus fummum, mille placere modis.
Obscuris vera involvunt , celantque docendo ;'

Sublustri & nebulâ fplendidiora tegunt.
Sol veluti (a)rutilis quando fulgoribus ardet ,

Nubibus obvol vi, quà videatur , amat.
Maxima sunt, plerumque regit quæ Fabula, & illis

E tenebris fulget pulchriùs orta dies.
Lector amat veros dubiâ sub imagine sensus,

Quæfita que diu cernere gaudet opes.
Quin etiam humanis divina affingimus ora,

Et sunt, quæ proprio nomine fponte carent. Ignem Mulciberum, Cererem frumenta vocabo,

Et pluvium , in terras dum caditunda, Jovem Si Venetas describam arces, molimine magno

Non homines dicam , fed pofuiffe Deos , Illic Adriacis surgat Neptunus ab undis,

(6) Atque novæ admirans hærear Urbis opus. Quod fi bella canam , Jani Mars limina vellat,

Et bellatores ducat in arma Deos. Mulciber Ærnæis recoquat fornacibus arma ,

Thracibus, aut rigidis arma tremenda Geris.
Tum scelerum inventrix lacera Discordia palla

Advocer infernas ex Acheronte Deas.
Mox Amnes trepidare, imis pallêre fub antris,

Dum Bellona furens impia bella movet.
Si decora hæc tollas , fine vi, fine ponderecarmen

(a) Rutilis, &c. ) aliter, nimio jubaris fulgore coruscans.

(6) Atque novæ] Alites,

Et magna.

Lectori feflo tædia mille feret. Quid memorem Flores ? fi numina Floribus ablunt,

Cur pallent Vio!æ , cur Hyacinthe rubes ? Cur fibi cognatos Anemone deperit Euros ?

Unde color Calthis, & color unde Rofis ? Non histerra putris det Floribus, unde rubescant,

Sed Pueri, aut Veneris sanguine tingat Amor.
Vos fine Pomona nusquam forebitis horti,

Et mæsti, nili Pan pafcat, abîte greges.
Sunt hæc magna quidem veterum myfteria Vatum,

Temporibus fecis quæ violare nefas.
Ergo tui, BELEVRÆE , canam fi gaudia Ruris ,

Alloquar & Nymphas, sylvicola que Deos:
Et Charites aderunt, zonis de more solutis ,

Alterno terram concutiéntque pede.
Illuc Pastores , illæc mihi Rustica turba ,

Et pariter veniant Dique Deæque loci.
Faunicum Satyris, clavam, thyrsumque relinquant,

Tympana cum æraque pulsa sonent :
Pampineâ incomptos redimiti fronde capillos ,

Lascivis celebrent orgia læta modis.
Jam madidi vino media inter pocula, libent,

Et tibi magna Pales, & tibi Bacche pater.
Mænades hic ululent fparfis fine lege capillis,

Et fuget attonitos turba proterva viros.
Tum Lector gaudebit , amat nam mille figuras,

Se quoque festivis credet adeffe choris :
Quin etiam arridens, jam tum mihi plaudit Apollo,

Plaudit Apollinei docta caterva chori:
Et Nymphæ properant alacres ambire poëtam,

Et viridi lauro tempora nostra tegunt.
Ruris & iple mihi Dominus quoque plaudit amico

Numine, & inccptis annuit usque meis.
Exuler ergo procul sacris gens invida Musis

Et placuifle tibi fit, BELAVRÆJ, fatis.

NE IMPIETATI MIHI ASCRIBAS QUOD QUÆDAM EX ANTIQUORUM SUPERSTITIONE HOMO CHRISTIĄ. NUS VERSIBUS MEIS INSPERSERIM;

HÆC STYLI EXERCENDI CAUSA LUSI, QUO APTIOR FIER EM AD E A-SCRIBENDA QUÆ SPECTANT AD RELIGIONEM. HÆC AUTEM , CANDIDE LECTOR, NOLIM TE NESCISSE.

D E F E N S E DES FABLES

DANS LA PO ËSI E. IMITATION DU LATIN

Par P. CORNEILLE.

CIII.

v'on fait d'injure à l'Art de lui voler la Fable!

C'est interdire aux Vers ce qu'ils ont d'agreable ,
Anéantir leur pompe, éteindre leur vigueur ,
Et hazarder la Muse à secher de l'angueur.

O vous qui pretendez qu'à force d'injustices
Le viei ufage cede à de nouveaux caprices,
Donnez-nous par pitié du moins quelques beautez,
Qui puissent remplacer ce que vous nous êtez;
Et ne nous livrez pas aux tons mélancoliques.
D'un style estropié par de vaines Critiques.

Quoi? bannir des Enfers Proserpine der Pluton!
Dire toujours le Diable , de jamais Alecton!
Sacrifier Hécate do Diane à la Lune ,
Et dans son propre fein noyer le vieux Neptune!
on Berger chantera ses déplaisirs secrets,
Sans que le trists Echo repete ses regrets!
Les bois autour de lui n'auront point de Dryades,
L'Airfera sans Zephyrs, les Fleuves.fans Naïadesy,

[ocr errors]
[ocr errors]

Et par nos délicats les Faunes afsommer
Rentreront au neant dont un les a formez !

Pourras-tu , Dieu des Vers, endurer ce blafpheme, Toi qui fis tous cès Dieux , qui fis Jupiter-même ? Pourras-tu refpe&ter ces nouveaux Souverains, Jusqu'à laisser perir l'ouvrage de tes mains?

O! digne de perir, fs jamais tu l'endures!
D'un si mortel affront sauve tes creatures,
Comfons leurs ennemis, insulte à leurs tyrans,
Fay nous, en dépit d'eux, garder nos premiers rangs;
Et retirant ton feu de leurs veines glacées,
Laisse leurs vers sans force, de leurs rimes forcées.
La Fable en nos écrits, disent-ils , n'est pas bien,
La gloire des Payens deshonore un Chrétien.
L'Eglise toutefois que l'Esprit faiøt gouverne,
Dans les Hymnes facrez nous chante encor l'Averne,
Et par le vieil abus le Tartare inventé
N'y deshonore point un Dieu ressuscité.
Ces rigides Censeurs ont-ils plus d'esprit qu'elle ,
Et font-ils dans l'Eglise une Eglife nouvelle ?

Quittons cet avantage , don ne confondens pas
Avec des droits fi saints de prophanes appas.
L'oeil se peut-il fixer sur la Verité nue ?
Elle a trop de brillant pour arrêter la vue ;
Et telle qu'un éclair qui ne fait qu'éblouir ,
Elle échape aussi-tôt qu'on préfume en jouir.
La Fable qui la couvre , alume, presle,

irrite
L'ingenieuse ardeur d'en voir tout le merite ,
L'art d'en montrer le prix consiste à le cacher,
Et sa beauté redouble à se faire chercher.

Ostez Pan dgn sa Flüte, adieu les Pâturages; Ostez Pomone do Flore, adieu les Jardinages ; Des Rofes des Lys le plus superbe éclat Sans la Fable en nos Vers n'aura rien que de plat. Qu'on y peigne en Sgavant une plante nourrie Des impures vapeurs d'une terre pourrie , Le portrait plaira-t-il, s'il n'a pour agrément Les larmes d'une Amante, ou le sang d'un Amant ? Qu'aura de beau la Guerre, à moins qu'on y crayonne, Ici le Char de Mars, celui de Bellone ;

« PrécédentContinuer »