Nouvelle encyclopédie poétique: ou, Choix de poésies dans tous les genres, Volume 14

Couverture
Capelle (M., Pierre Adolphe)
Ferra, 1818
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 51 - Combien j'ai douce souvenance Du joli lieu de ma naissance ! Ma sœur, qu'ils étaient beaux les jours De France ! O mon pays, sois mes amours Toujours ! Te souvient-il que notre mère, Au foyer de notre chaumière, Nous pressait sur son cœur joyeux, Ma chère ; Et nous baisions ses blancs cheveux Tous deux. Ma sœur, te souvient-il encore Du château que baignait la Dore...
Page 351 - Oh! oh! oh! oh! ah! ah! ah! ah! Quel bon petit roi c'était là ! La la...
Page 52 - Où l'airain sonnait le retour Du jour? Te souvient-il du lac tranquille Qu'effleurait l'hirondelle agile ; Du vent qui courbait le roseau Mobile, Et du soleil couchant sur l'eau, Si beau?
Page 78 - Dors, mon enfant, clos ta paupière; Tes cris me déchirent le cœur. Dors, mon enfant; ta pauvre mère A bien assez de sa douleur.
Page 350 - Il faisait ses quatre repas Dans son palais de chaume, Et sur un âne, pas à pas, Parcourait son royaume. Joyeux, simple et croyant le bien, Pour toute garde il n'avait rien Qu'un chien. Oh! oh! oh! oh!
Page 131 - Félicité passée Qui ne peux revenir : Tourment de ma pensée, Que n'ai-je, en te perdant, perdu le souvenir!
Page 45 - L'églantine est la fleur que j'aime, La violette est ma couleur, Dans le souci tu vois l'emblème Des chagrins de mon triste cœur. Ces trois fleurs, que ma bouche presse, Seront humides de mes pleurs ; Qu'elles te rappellent sans cesse Et nos amours et nos douleurs. » Elle dit, et par la fenêtre Jette les fleurs à son amant.
Page 350 - II était un roi d'Yvetot Peu connu dans l'histoire, Se levant tard, se couchant tôt, Dormant fort bien sans gloire, Et couronné par Jeanneton D'un simple bonnet de coton, Dit-on.
Page 135 - Que j'aime à voir les hirondelles . A ma fenêtre tous les ans, Venir m'apporter des nouvelles De l'approche du doux printemps! Le même nid, me disent-elles, Va revoir les mêmes amours ; Ce n'est qu'à des amants fidèles A vous annoncer les beaux jours. Lorsque les premières gelées Font tomber les feuilles des bois, Les hirondelles rassemblées S'appellent toutes sur les toits : Partons , partons , se disent-elles ; Fuyons la neige et les autans : Point d'hiver pour les cœurs fidèles...
Page 137 - Ah ! s'il est dans votre village Un berger sensible et charmant, Qu'on chérisse au premier moment, Qu'on aime ensuite davantage, C'est mon ami : rendez-le moi ; J'ai son amour : il a ma foi. Si par sa voix tendre et plaintive II charme l'écho de vos bois , Si les accents de son hautbois Rendent la bergère pensive, C'est encor lui : rendez-le moi ; J'ai son amour : il a ma foi.

Informations bibliographiques