Poésies gasconnes: XVII. siècle. J. G. d'Astros. D'Arquier. Chants religieux. Mazarinades, et autre poésies satiriques de la Lomagne

Couverture
Tross, 1869
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Fréquemment cités

Page 334 - ... manuscrits encore inconnus de d'Astros est venu les mettre à la disposition de l'éditeur littéraire. Ce dernier s'est contenté d'annoncer le fait à la dernière page, en ajoutant : « Incessamment nous ferons connaître ces manuscrits <à nos lecteurs et leur donnerons en supplément la biographie de l'auteur du Trimfe de la lengouo gascouo et les notes qui devaient terminer ce volume . » Notre devoir à nous-même est assez clair.
Page 249 - ... demeura une heure et demi sans respirer aucunement, et deux heures entieres aprés qu'on en eût degagé le corps, sans qu'il donnat aucune marque de vie, et qu'à la seule invocation de nôtre Dame de Tudet, il revint à soy sur l'heure même : comme si jamais il n'avoit souffert aucune violence. On m'a assuré qu'on travaille incessamment pour donner au public l'histoire de cette ancienne Église, et qu'on y verra des choses qui la feront lire avec bien de la devotion et de la complaisance....
Page 193 - É DE LA BALETTO, Pa de Franco, Coulounél Generau de l'anfantarîo franceso, Goubernur é Loctenent Generau per Sa Majestat en la proubincio de Guiéno. Sic ubi fata vocant, etc., etc. A tau prés de sa fin, tout blanc, canto lou cigne, É deou Meandre dous hé retrouni lou bord. Més soun cant meloudious es l'assegurat signe Qu'et es à l'ouro de sa mort. Atau canti jou, biéil é blanc coumo lou cigne, É de la gayo Arrats héou retrouni lou bord.
Page 62 - Si nous ne nommons pas Madame, Nous en comprenons deux en un, Car n'ayant qu'un cœur et qu'une âme, Notre devoir vous est commun. Que vous puissiez, ô couple heureuse, Régner sur nous au moins cent ans, Et puis la suite généreuse De vos enfants sur nos enfants. CHLORIS. Que tout bonheur, malgré l'envie, Ne vous soit icy limité, Que d'une bonne et longue vie Et au ciel de l'éternité. -6, PEYROT. Plac' à Peyrot, francimantaillo, Anem, horo, plac' à Peyrot, Ou jou nou m'hignaré brigaillo...
Page 197 - Atau l'Ome de ben cantara coum un cinne, Coumo cantéc jouyous lou Saubadou deou moun, Puchque daouant sa mort et cantéc un bét himne, É nous héc à touts la leçoun. Atau l'ome de ben cantara coum un cigne Quan daouant soun trespas aura gran countritioun, Se couhessera plan, esperan, be qu'endigne, De sous pecats la remissioun. Atau cantaré-jou daouant ma mort ses creigne, Aumens se Diou me présto é lou cô é lou sen, Per gagna paradis. Desirats-oc, Mousseigne, E bous nou y perderats arren....
Page 327 - Cadun pot bous counfounde ambe facilitat, Més jamés nou beiran un pauc d'umilitat. Se boste mau n'es pas tout à fét incurable, Proufitats, se poudéts d'un abis caritable... Gna be en d'autes endrets que bous ressemblon plan : Leytourêses ets soun, lour poudéts da la man. Le RP Laffont, Doctrinaire, natif de Leytoure, et Recteur du collège de Moyssac, reconnaissant son portrait dans le poëme précédent, fit tout son possible pour en découvrir l'auteur.
Page 278 - JÉSUS crucificat, Dounats-me repentencio Per ploura moun pecat : Que moun cor pecadou Se horre de doulou ! (bis.) O bountat que me charmo, Moun Diu, moun Saubadou ! Bous demandi perdou : Soulatjats lou miu cor Que de tristesso mor. Aquo n'es pas per crento Ni respéct de las gens, Que moun cor se tourmento É mous éls soun goutens, Més per l'amou de bous, O JÉSUS, moun Espous.
Page 280 - Moun Diu ! misericordo A moun cor pecadou : Si boste amour m'acordo La pax é lou perdou, Jamés, tant que biuré Nou bous aufensaré. Noum parlets de richessos, D'aunous, ni de plases; Lou mounde é sas caressos Nou me seran més res : En tristessos é plours Jou finiré mous jours.
Page 197 - ... mort et cantéc un bét himne, É nous héc à touts la leçoun. Atau l'ome de ben cantara coum un cigne Quan daouant soun trespas aura gran countritioun, Se couhessera plan, esperan, be qu'endigne, De sous pecats la remissioun. Atau cantaré-jou daouant ma mort ses creigne, Aumens se Diou me présto é lou cô é lou sen, Per gagna paradis. Desirats-oc, Mousseigne, E bous nou y perderats arren. Quan jou siré pujat dessus aquero sérro Oun disoun qu'on nou bîou que de sucre é de méou, Coum...
Page 251 - ... beauté d'un lieu si agréable par son assiete et par l'antiquité d'une Église, que les Anglois ont bâtie avec tant de soin. Tous les ans, une ou deux fois, vous y allez en procession avec le oeuple de votre paroisse.

Informations bibliographiques