Le comte de Vergennes: son ambassade en Suède 1771-1774

Couverture
E. Plon, Nourrit et cie., 1898 - 468 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 144 - Je sais bien qu'on lui reproche quelque bagatelle au sujet de son mari'; mais ce sont des affaires de famille dont je ne me mêle pas: et d'ailleurs il n'est pas mal qu'on ait une faute à réparer; cela engage à faire de grands efforts pour forcer le public à l'estime et à l'admiration...
Page 304 - Je vous l'ai déjà dit. étranger et inaccessible à toutes les passions qui perpétuent les funestes discordes, je regarderai comme le plus beau jour de ma vie celui où je verrai...
Page 304 - Berlin j'ai joui de sa présence ; je crains bien que les suites de cette affaire n'entraînent Votre Majesté dans une situation pire que celle qu'elle vient de quitter, et que ce ne soit l'époque du plus grand malheur qui peut arriver à la Suède. Vous savez, sire, que j'ai des engagements avec la Russie ; je les ai contractés longtemps avant l'entreprise que vous venez de faire ; l'honneur et la bonne foi m'empêchent également de les rompre, et j'avoue à Votre Majesté que je suis au désespoir...
Page 304 - ... arriver à la Suède. Vous savez, sire, que j'ai des engagements avec la Russie ; je les ai contractés longtemps avant l'entreprise que vous venez de faire ; l'honneur et la bonne foi m'empêchent également de les rompre, et j'avoue à Votre Majesté que je suis au désespoir de voir que c'est elle qui m'oblige à prendre parti contre elle, moi qui l'aime et lui souhaite tous les avantages compatibles avec mes engagements ; elle me met le poignard au cœur en me jetant dans un embarras cruel,...
Page 125 - Né et élevé parmi vous, j'ai appris, dès ma tendre jeunesse, à aimer la patrie, à regarder comme mon plus grand bonheur d'être suédois, et comme ma plus grande gloire d'être le premier citoyen d'un peuple libre. Tous mes désirs seront remplis , si les résolutions que vous allez prendre contribuent à affermir la félicité, la gloire et l'indépendance de la Suède.
Page 425 - De tels sacrifices ne nous coûteroiu rien, dès qu'ils .pourront tourner au soulagement de nos sujets, leur bonheur fera notre gloire, et le bien que nous pourrons leur faire sera la plus douce récompense de nos soins et de nos travaux.
Page 310 - ... qui pourrait se servir de la Suède contre leurs intérêts. Je suis convaincu en mon particulier des sentiments du roi votre fils, je suis assuré qu'il n'a aucun dessein formé contre aucune puissance ; mais avec le gouvernement d'à présent, la Suède deviendra, si elle conserve la paix pendant dix ans, puissance prépondérante. Jugez, ma chère sœur, avec équité, et dites ensuite si c'est caprice de la part du voisin formidable si, pour éviter qu'une puissance qui tout à l'heure ne...
Page 112 - L'idéal de l'amour au temps de Louis XV n'est plus rien que le Désir, et l'Amour est la Volupté. Volupté! c'est le mot du dix-huitième siècle; c'est son secret, son charme, son âme. Il respire la volupté, il la dégage. La volupté est l'air dont il se nourrit et qui l'anime. Elle est son atmosphère et son souffle. Elle est son élément et son inspiration , sa vie et son génie. Elle circule dans son cœur, dans ses veines, dans sa tête. Elle répand l'enchantement dans ses goûts, dans...
Page 420 - Dieu, qu'il vous ait, très haut, très excellent et très puissant Prince, notre très cher et très aimé bon frère et neveu, en sa sainte et .digne garde.

Informations bibliographiques