Images de page
PDF
ePub

sous aucun prétexte, de la pointe du sabre ; et il doit leur déclarer que l'honneur les y engage.

9° Les témoins invitent leur ami à se dépouiller de ses vêtemens, et les combattans se mettent nus jusqu'à la ceinture. Cependant, il leur est facultatif de garder des bretelles, s'ils y sont accoutumés.

10° Les témoins présentent les armes à choisir à celui des champions qui a été désigné par le sort pour en faire choix ; et, en présentant la dernière, ils doivent leur recommander d'attendre le signal.

11° Deux témoins adversaires se placent de chaque côté des combattans, et le signal se donne par ce mot : Allez!

12° Lorsque le signal est donné, les combattans se portent des coups de taille, en évitant de blesser leur adversaire d'un coup de pointe, ce qui serait un véritable assassinat , puisqu'il ne pouvait être en garde contre ce coup. Se grandir, se baisser, avancer, reculer, tourner, faire des voltes et porter tous les coups de taille, en ne s'arrêtant qu'à la voix des témoins, sont dans les règles de ce combat.

13° Les témoins doivent toujours arrêter les combattans au premier sang, afin de savoir si le blessé peut continuer le combat; ses témoins en sont juges. Il est même d'usage pour ce duel de le terminer à la première blessure.

14° Si l'un des combattans est tué ou blessé hors des règles du combat, les témoins doivent se reporter aux art. 20 et 21 du 4e chapitre.

మం

DES DUELS

EXCEPTIONNELS.

CHAPITRE VIII.

DES DUELS EXCEPTIONNELS.

Ce n'est qu'à regret que nous parlons ici des duels exceptionnels, et c'est dans l'espoir de les rendre plus rares que nous recommandons aux témoins de ne permettre d'y avoir recours que dans des cas jusqu'ici imprévus, exceptionnels eux-mêmes, et si rares qu'ils doivent être scrupuleusement appréciés par eux. Si donc la nécessité, les commande, ils doivent, sans avoir égard aux règles écrites qui ne sont ici que comme renseignemens, faire un procès-verbal qui

« PrécédentContinuer »