Histoire de la civilisation en Europe, depuis la chute de l'Empire romain jusqu'à la Révolution française, Volume 1

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 235 - La nation des Francs , illustre , ayant Dieu pour fondateur, forte sous les armes, ferme dans les traités de paix, profonde en conseil, noble et saine de corps, d'une blancheur et d'une beauté singulière, hardie, agile et rude au combat; depuis peu...
Page 152 - S'il doit l'être par son génie, il ne l'est pas moins par son emploi. Ce n'est point magistrature, ce n'est point souveraineté. Cet emploi, qui constitue la république, n'entre point dans sa constitution ; c'est une fonction particulière et supérieure qui n'a rien de commun avec l'empire humain...
Page 236 - ... en nombre, mais brave et forte, secoua de sa tête le dur joug des Romains, et qui, après avoir reconnu la sainteté du baptême, orna somptueusement d'or et de pierres précieuses les corps des saints martyrs que les Romains avaient brûlés par le feu, massacrés , mutilés par le fer, ou fait déchirer par les bêtes.
Page 236 - ... de la paix et la félicité! que le Seigneur Jésus-Christ dirige dans les voies de la piété les règnes de ceux qui gouvernent! car cette nation est celle qui, petite en nombre, mais brave et forte, secoua de sa tête...
Page 270 - ... des juges délégués, qu'aucun comte romain ou bourguignon ne s'arroge de juger une cause en l'absence du juge dont elle relève, afin que ceux qui ont recours à la loi ne puissent être incertains sur la juridiction. Il nous a plu de confirmer cette série de nos ordonnances par la Subscription des comtes, afin que la règle qui a été écrite par notre volonté et celle de tous, gardée par la postérité, ait la solidité d'un pacte éternel. (Suivent les signatures de trente-deux comtes...
Page 368 - J'ai vu des personnes, de l'un et de l'autre sexe, en qui le cerveau avait été altéré par trop d'abstinence, surtout parmi celles qui habitaient dans des cellules froides et humides ; elles ne savaient plus ce qu'elles faisaient, ni comment se conduire, ni ce qu'il fallait dire ou taire1.
Page 280 - ... la régularité de la nôtre ; c'est la vie sauvage, son indépendance, sa nouveauté , ses aventures. Autres étaient les impressions des Barbares ; c'est la civilisation qui les frappait , qui leur semblait grande et merveilleuse : les monuments de l'activité romaine, ces cités, ces routes , ces aqueducs, ces arènes, toute cette société si régulière, si prévoyante , si variée dans sa fixité, c'était là le sujet de leur étonnement, de leur admiration. Vainqueurs, ils se sentaient...
Page 41 - ... quand ils n'étaient pas mariés , une concubine , quod sine his esse non passent, dit le texte. Quand ils sortaient de charge, ils étaient toujours obligés de rendre les mulets , les chevaux , le muletier et le cuisinier. Si l'empereur était content de leur administration , ils gardaient le reste ; sinon ils étaient obligés de le rendre au quadruple.
Page 308 - ... qui l'ont reconnue et acceptée sont unis; union qui n'a rien d'accidentel ni d'arbitraire , car la vérité ne dépend ni des accidents des choses, ni de l'incertitude des hommes ; rien de passager, car la vérité est éternelle ; rien de borné, car la vérité est complète et infinie. Comme de la vérité, l'unité sera donc le caractère essentiel de la société qui n'aura que la vérité pour objet, c'està-dire de la société purement spirituelle. Il n'ya pas, il ne peut y avoir deux...
Page 260 - Buconia, s'endormit à midi dans sa tente ; son fils envoya contre lui des assassins et le fit tuer, dans l'espoir qu'il posséderait son royaume. Mais, par le jugement de Dieu, il tomba dans la fosse qu'il avait méchamment creusée pour son père.

Informations bibliographiques