Images de page
PDF
ePub

dons de Dien. Vierges du Seigneur , ne vous laissez donc voir à ceux du dehors qu'en des occasions courtes et rares, pour les édifier , pour rentrer vous - mêmes aussitôt après, avec plus de goût, dans la vie cachée. Il ne se montrait que pour faire sentir JesusChrist par des bienfaits miraculeux : encore même craignait-il ses propres miracles, et il n'osait les faire à Clairvaux, de peur d'attirer dans sa solitude le concours des peuples. L'amour de son désert lui fit refuser l'évêché de Rheims et de Milan. Loin donc, filles de Bernard, loin ces songes flatteurs qui pourraient enchanter vos sens. Loin cette figure maudite qui passe ; ce monde , fantôme de gloire qui va s'évanouir. Enfin si l'on a vu Bernard sortir plusieurs fois de Clairvaux, c'est par les ordres exprès du pape, et pour les plus pressans besoins de l'église. Alors c'était Jean sorti du désert pour rendre témoignage au Sauveur, et pour instruire sans crainte les rois. Il est temps, mes frères, de vous le faire voir dans ce travail apostolique.

SECOND POINT. * Dans le douzième siècle de l'église , Dien irrité contre les hommes avait frappé de sa verge de fer les pasteurs de son peuple. Le troupeau languissait loin des pâturages à la merci des loups dévorans. L'antipape Anaelet allume un feu qui court de royaume en rovaume, et rien ne peut l'éteindre. Innacent II, choisi pour ses vertus, succombe et se sauve à Pise. Les nations flottantes ne savent où est le vrai pasteur. L'église de France, assemblée à Etampes, ne voit que Bernard qui en puisse décider, et elle attend que Dieu parlera par sa bouche. En effet, eclairee par lui , elle tend les bras et ouvre son sein au vrai pontife fugitif. Aussitút je vois Bernard ranimer par la vigueur de ses conseils le pape et les eardinaux ; ramener à l'inité, par ses douces insinuations, le rui # Ingieterre ; arrêter par l'autorité de sa vertu l'empereur Clotaire qui veut profiter iu trouble pour renouveler sa pretention des investitures ; engager meme ce prince à amener Innocent à Rome, pour detroner le superbe Anaclet; faire tenir un concile à Pise, où tout l'Occident, d'une seule voix, excomnunia l'antipape ; enfin vaincre la ville de Vilan obstinée dans le schisine, en deployant sur elle par ses miracles toute la vertu du Très-haut. Ainsi parle, ainsi agit 1.1omme de Dieu , quand Dieu l'envoie.

Et toi, fier due d'Aquitaine, qui soutiens encore de tes puissantes mains le schisme penchant à sa ruine, tu seras toi - mème, comme un nouveau Saul, abattu et pros. terné pour être converti. Ta frémis, tu ne respires contre les saints que sang et que car.

nage.

En vain tu fuis la conférence de l'homme de Dieu ; en vain tu persécutes les pasteurs; tu tomberas. Arrête, voici Bernard qui vient à toi avec l'eucharistie dans ses mains. Je vois son visage enflammé, j'entends sa voix terrible. Ecoutons, mes frères, ce qu'il lui dit.

« Toute l'église vous a conjuré, et vous » avez rejeté ses larmes. Voici le fils de la » Vierge, chef de l'église que vous outragez. » Le voici votre juge, devant qui tout fléchit » le genou, dans le ciel, sur la terre et jus » qu'aux enfers. Le voici votre juge, qui » tient votre ame dans ses mains : le mépri» serez-vous aussi » ? A ce coup froudroyant, le persécuteur tombe aux pieds de Bernard, et l'on ne peut le relever; ce lion rugissant devient un agneau.

Håtons-nous, mes frères, de suivre notre saint Bernard, comme un éclair , perce de l'orient jusqu'à l'occident. Le voilà déjà jusqu'aux extrémités de l'Italie. En passant à Rome, il a donné le coup mortel au schisme naissant. Les justes y sont consolés, les égarés reviennent sur leurs pas, l'édifice d'orgueil et de confusion est sapé par les fondemens. Roger, roi de Sicile, par lequel le schisme respire encore, veut faire conférer å Salerne Bernard avec Pierre de Pise, pra fond jurisconsulte et grand orateur, attaché au parti d'Anaclet. Discours insinuans et

[ocr errors][merged small]

persuasífs de la sagesse humaine, vous ne pouvez rien contre la vérité de Dieu. Leprince endurci comme Pharaon sera vaincu dans une bataille, selon la prédiction de Bernard; et Pierre de Pise; frappé par la voix de l'homme de Dieu, viendra humble et tremblant aux pieds du vrai pasteur qu'il a mé

connu.

C'en est fait, mes frères, c'en est fait ; les dernières étincelles d'une flamme qui avait volé dans toute l'Europe, s'éteignent : tout est fait un seul pasteur, un seul troupeau ; et Bernard , qui avait travaillé sept ans à la réunion, partit de Rome cinq jours après qu'elle fut consommée pour rentrer dans sa solitude.

Elle ne put, mes frères, le posséder longtemps ; car puissance lui fut donnée sur les ceurs pour devenir l'ange de paix. Joignezvous à moi pour le considérer, tantôt annonçant à Louis-le-Gros, avec toute l'autorité d'un prophète, la destinée de sa famille et de sa couronne, pour réconcilier avec lui les évêques ; tantôt mettant ses religieux en prières, et entrant dans le camp de Louisle-Jeune, pour faire tomber de ses mains le glaive déjà tourné contre Thibaut comte de Champagne; tantôt ne promettant à la reine qu'elle aurait un fils, qu’à condition qu'elle ferait conclure une paix; enfin sauvant la ville de Metz de l'embrasement d'une guerre qui allait la réduire en cendres.

Mais que dirai-je de cette croisade qu'il publia pour secourir les chrétiens d’orient, et dont la fin fut si malheureuse : entreprise néanınoins autorisée par les ordres du pape, par le desir des princes, et par tant de signes miraculeux ? () Dieu terrible dans vos conseils sur les enfans des hommes ! il est donc vrai qu'après leur avoir inspiré un dessein, vous les rejetez de devant votre face; soit qu'ils se rendent eux-mêmes dans la suite indignes d'êtres les instrumens de votre providence, ou que vous ne leur ayez mis vousmême dans le cœur cette entreprise, que pour les faire passer par une confusion salutaire ! Quoi qu'il en soit, mes frères, au moment où la France consternée apprit la défaite entière des croisés, Bernard dit ces paroles: J'aime mieux que le murmure des hommes se tourne contre moi

que

contre Dieu. Ensuite tenant dans ses mains un enfant aveugle qu'on lui présentait:0 Dieu , s'écria-t-il, s'il est vrai que votre esprit m'ait inspiré de précher la croisade, montrez-le en éclairant cet enfant aveugle. A peine le saint eut prié, que l'enfant s'écria : Je vois.

Mais quelle victoire de l'église se présente à moi ? Où sont-ils ces vains philosophes , curieux des secrets d'une sagesse toute ter. restres ! Dieu n'a-t-il pas convaincu de folie cette sagesse présomptueuse ? Taisez-vous,

« PrécédentContinuer »