Images de page
PDF
ePub

comme par la main, chez un oncle plein de votre esprit. D'abord elle ne s'y engagea que par complaisance, car alors, éblouie par l'espérance d'un époux mortel; elle marchait d'un pas présomptueux sur un sentier bordé de précipices. Là, elle prit, sans savoir ce qu'elle fesait, vous seul le saviez, Seigneur, vous qui le lui fesiez faire; elle prit les épitres de saint Jérôme; elle lut, et sentit la vérité; elle l'aima, elle ne s'aina plus elle-mème, et des torrens de larmes amères coulèrent de mes yeux.

Qu'est-ce qui vous trouble, Thérèse ? de quoi pleurez-vous ? Hélas ! je pleure de n'avoir pas pleuré assez tôt, je m'afflige de ces déplorables plaisirs qui ont enivré mon cour. Les ris du siècle me semblent une folie, et je dis à la joie : Pourquoi m'avezvous trompée ?

Pour se punir d'avoir trop aimé le monde, elle se condamne à ne le voir jamais. En un moment tous ses liens se brisent, et elle se jette dans un cloitre. Alors, dit-elle, je sentis tous mes os qui allaient se détacher les uns des autres, et j'étais comme une personne qui rend l'esprit. C'est que dans ce combat la nature était encore forte et mon amour faible. N'importe; elle demeura immobile dans la maison de Dieu, et elle y prit l'habit. Tandis que tous les assistans admiraient sa joie et son courage,

elle sentait son ame nager dans l'amertume.

4 amprenez donc continue-t-elle, par mon eremple, à n'écouter jamais les craintes de la nature liche, et à ne vous défier pas des bontés de Dieu quand il vous inspire quelque haut dessein.

Ce sacrifice si douloureux fut beni den hant, et la manne céleste coula sur elle dans le désert. A peine lisait-elle deux lignes pour se nourrir de la parole celeste de la foi, que l'esprit, se saisissant d'elle, livrait ses sens et les puissances de son ame pour l'enlever hors de sa lecture.

Elle vovait d'une vue fixe Jesus seul et Jesus crucilie. Sa mémoire se perdait dans ce grand objet, son entendement ne pouvait agir, et ne fesait que s'étomer en présence de Dieu, abime d'amour et de lumière, elle ne pom ait ni rappeler ses idées, ni raisonner sur ses mystères; nulle image sensible ne se présentait ordinairement à elle, seulement elle aimait, elle admirait en silence : elle était suspendue, dit-elle, et comme hors d'elle

même. O hommes dédaigneux et incrédules , qui osez tout mesurer à vos courtes spéculations ; à rous qui corrompez les vérités mêmes que Dieu nous fait connaitre, et qui blasphémez les mysteres intérieurs que vous ignorez; taisez-vons, esprits impies et superbes ; apprenez ici que nul ne peut sonder les profon

deurs de l'esprit de Dieu, si ce n'est l'esprit de Dieu même.

A cette oraison éminente furent ajoutées les plus rudes croix. Plusieurs maladies mortelles vinrent fondre sur ce corps exténué; elle ressemble à l'homme de douleurs, et elle est écrasée comme lui dans l'infirmité. Pendant une paralysie de trois ans, où l'on croit à toute heure qu'elle va expirer, elle lit le cominentaire de saint Grégoire sur le livre de Job, dont elle représente la patience , et dont elle souffre toutes les peines.

A ce coup, ne croiriez-vous pas que le vieil homme va succomber, et que la grace s'affermit déjà sur les ruines de la nature ? Tremblez, ames faibles, tremblez encore une fois , mes frères. Thérèse ne s'élève si haut, que pour faire une plus grande châte; et cet aigle qui fendait les airs pour s'élever jusqu'aux nues, et dont le vol était si rapide , s'appesantit peu-à-peu vers la terre. D'abord ce n'est qu'une conversation innocente; mais la plus innocente conversation cesse de l'étre dès qu'elle dissipe et qu'elle amollit, et une vierge, épouse du Sauveur, ne doit penser qu'à ce qui peut plaire à l'époux, pour être sainte de corps et d'esprit. () insensible enrazement dans une vie lâche, qu'on craint

jours trop tard, combien êtes-vous plus raindre que les vices les plus grossiers ! érèse, qui dans sa ferveur ne pouvait se

[graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

séricorde, ni mon oraison ! Mais à ce coup l'esprit qui gémit dans les enfans de Dieu par des gémissemens ineffables, s'éteint en elle. Le voilà tombé cet astre qui brillait au plus haut des cieux. Un an entier se passe , sans qu'elle se rapproche de Dieu. O époux des ames, voici ce que vous avez dit par

la bouche d'un de vos prophètes, et je ne puis le répéter sans tressaillir de joie : L'épouse qui, parmi les hommes, a abandonné son époux, reverra-t-elle encore son époux revenir à elle ? Non, non, elle lui est infidèle, son coeur est corrompu. Et néanmoins, ajoutez-vous, Seigneur; 0 vierge d’Israël , ô mon épouse, quoique tu aies livré ton cour aux créatures , quoique tu sois ingrate et infidèle, quoique je sois jaloux, reviens, et je te recevrai.

Thérèse lut les confessions de saint Augustin, où Dieu a donné, pour la suite de tous les siècles, une source inépuisable de consolations aux ames les plus pécheresses. Accourez-y avec Thérèse vous tous qui sentez aujourd'hui la plaie de votre cour. Augustin , tiré des profondeurs de l'abîme, ne peut néanmoins entièrement apaiser la crainte de Thérèse. L'exemple d'aucun saint, disait-elle, ne doit me rassurer; car je ne puis en trouver aucun dont les infidélités aient été aussi fréquentes que les miennes. Le voilà, mes frères, le fruit de ses châtes qui nous ont tant de fois étonnés. Vous le coin

« PrécédentContinuer »