La revanche du nationalisme: Néopopulistes et xénophobes à l'assaut de l'Europe

Couverture
Presses Universitaires de France, 18 mars 2015 - 324 pages

Et si, derrière la « poussée des populismes » en Europe, se cachait une puissante vague nationaliste ? Au cours des trois dernières décennies, des mobilisations nationalistes et identitaires ont donné naissance à des formations politiques perturbatrices, désormais solidement installées. Pierre-André Taguieff ne voit pas en elles l’expression d’une « fièvre populiste » ni l’indice d’un « retour du fascisme », mais le surgissement d’un nouveau type de contestation des démocraties représentatives et pluralistes. Cette vague nationale-populiste s’est radicalisée sous les effets conjugués d’une opposition virulente à la construction européenne, d’une diabolisation croissante de l’immigration et d’une hantise de « l’islamisation ». S’y ajoute une profonde méfiance vis-à-vis de la mondialisation, dont les élites transnationales seraient les agents et seuls bénéficiaires.
Ce faisceau de peurs, d’hostilités et de rejets explique pourquoi le thème majeur du discours nationaliste est aujourd’hui celui de l’identité collective menacée. Son efficacité symbolique, traduite par des scores électoraux impressionnants, tient au triple fait que l’État-nation est en crise, que les systèmes représentatifs produisent une insatisfaction croissante et que, dans les opinions publiques, l’islam est synonyme de menace.
Ce n’est pas le moindre des paradoxes de ces partis nationalistes et xénophobes que de partir à l’assaut d’une Europe dont ils récusent le processus de construction.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

La revanche du nationalisme: Néopopulistes et xénophobes à l'assaut de l'Europe

Avis d'utilisateur  - virgidoc2 - Babelio

La rigueur intellectuelle de Taguieff ainsi que ses nombreuses références à de nombreux spécialistes offrent un éclairage précis sur le discours nationaliste donjt le principal thème actuel porte sur ... Consulter l'avis complet

À propos de l'auteur (2015)

Loin d’avoir disparu, la haine des Juifs est entrée dans un nouveau régime en se fixant sur Israël, cible d’une guerre médiatique de haute intensité. L’antisionisme radical, dont l’objectif est la destruction de l’État juif, représente en effet la dernière figure historique prise par la judéophobie. À ce titre, négatrice du droit à l’existence d’une nation, elle constitue l’une des principales formes contemporaines du racisme. Pour comprendre comment s’est accomplie la mondialisation de cette nouvelle configuration antijuive, l’auteur dissèque le nouveau discours de propagande des ennemis déclarés d’Israël tel qu’il s’est développé au cours des années 2000-2010. La nouvelle vision antijuive, qui consiste à « nazifier » les « sionistes » en tant qu’« agresseurs » et à « judaïser » corrélativement les Palestiniens en tant que « victimes », permet d’accuser les « sionistes » de « génocide » ou de « palestinocide ». Ce discours de propagande est replacé dans son contexte international, marqué par une menace islamiste centrée sur l’appel au jihad contre les Juifs.Analysant divers matériaux symboliques exploités par la nouvelle propagande antijuive — images ou discours —, P.-A. Taguieff donne à comprendre comment et pourquoi la haine des Juifs, plus d’un demi-siècle après la Shoah, a pu renaître sous les habits neufs de l’« antiracisme » et de l’« anticolonialisme » et, grâce aux médias, se diffuser en recueillant l’assentiment d’individus parfois convaincus d’être étrangers à tout préjugé antijuif.

Informations bibliographiques