Bulletin de la Commission historique du déparatement du Nord, Volume 10

Couverture
1868
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 101 - Tous les renseignements que renferme cette notice ont été puisés dans les documents originaux, conservés aux Archives départementales du Nord . I. LA CHAMBRE DES COMPTES ET LE BUREAU DES FINANCES DE LILLE. La Chambre des Comptes de Lille , instituée en 1385 par Philippe-le-Hardi , duc de Bourgogne et comte de Flandre , était l'un des dépôts d'archives les plus importants de la France. Denis Godefroy écrivait en novembre 1668 à l'illustre chancelier Séguier qu'il trouvait les richesses...
Page 263 - ... tourbillons dans les airs, la victime ne se retourne plus, c'en est fait....! Les cendres du bûcher fumaient encore , et le bourreau s'apprêtait déjà à les jetter au vent, ainsi que l'exigeait une sentence cruelle , quand on vit accourir sur la place un jeune homme égaré, que ses vêtemens , malgré leur désordre , font reconnaître pour un guerrier espagnol ; ses traits décomposés, des yeux hagards , un teint have, sa démarche chancelante , tout annonce qu'il supporte en ce moment...
Page 471 - ... l'aspect assez agréable. Le génie (ou genre) des habitans n'est pas vif. Leur humeur est particulière et réservée; ils ne s'appliquent pas beaucoup aux sciences, encore moins aux belles-lettres; leur premier attachement est au commerce à quoy ils s'adonnent entièrement et réussissent fort bien. Ils agissent fidèlement dans les affaires et ne se communiquent pas aux étrangers; au contraire, ils s'en défient.
Page 17 - Les Travaux historiques de la ville de Paris. Étude critique sur les deux premiers volumes de la collection. In-8. Libr. internationale. 50 c. Extrait de la Revue du XIX
Page 248 - ... toutes les affections de mon cœur, toutes mes pensées. Je vous donne toutes les parties de mon corps, toutes les gouttes de mon sang, tous mes nerfs, tous mes ossemens, toutes mes veines....
Page 12 - Bulletin de la Société d'archéologie, sciences, arts et belles-lettres de la Mayenne. Année 1865. — 23° Bibliothèque de l'école des chartes. Juillet, août 1866.
Page 18 - Anglais , [.eut donner une idée de celte méthode : « Les historiens antérieurs à M. Michelet ne paraissent point avoir soupçonné l'existence d'un complot qu'auraient tramé les Anglais , de 14*24 à 1426 , au plus fort de la guerre de cent ans, contre la liberté et la vie du duc de Bourgogne, leur utile mais redoutable allié. » Malheureusement , lorsque le célèbre professeur du collège de France attira l'attention du public sur ce point, aussi obscur qu'intéressant, des annales européennes,...
Page 510 - Dûgué de Bagnols, en 1698 (1). * Les manufactures que l'on y fait, sont celles des bas des moucades ou moquettes et des faïences et si on voulait, on les ferait fleurir surtout pour celle des bas, dont on tire tous les ans une assez grande quantité pour les envoyer en Espagne et aux Indes. - Les moucades ou moquettes y sont assez bonnes et recherchées ; mais les faïences ne le sont pas, quoiqu'elles soient faites de la même terre que celles que font les Hollandais et que l'on tire du village...
Page 547 - Monuments historiques du Pas-de-Calais. AUTUN. — Société éduenne des lettres, sciences et arts. AUXERRE. — Société des Sciences historiques et naturelles de l'Yonne.
Page 493 - La ville de Lille est celle qui fait mouvoir toutes les autres et qui est pour ainsy dire l'âme du commerce de tout le pays, à cause que la richesse de ses habitans la met en état de faire de grandes entreprises.

Informations bibliographiques