Histoire du village de Woippy, près Metz (ancien Département de La Moselle)

Couverture
Sidot, 1878 - 358 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 19 - ... et qu'il mette de furie ses harquebuziers en besoigne. Ce commandement faict, il endosse ses armes dorées , fait lacer son armet garny de son riche pannache de plumes jaulnes et noires ; et prand sur son harnoys sa casaque de toille d'or à broderie de feuilles moresques de velour noir, et sort de la ville , en la garde de Dieu , monté sur son cheval Yvoy , en très-sumptueux et magnificque équippaige, laissant la charge de la ville et de tout son gouvernement à M.
Page 16 - France, ayant passé ses deux années en cest estat : et pour luy servir d'escorte, M. de* Vieilleville le fist accompaigner de la meilleure part de sa cavallerie, et de grand nombre de harquebuziers à cheval. Dequoy adverty le comte de Mesgue jour et demy devant ce partement, pour se revanger aulcunement de tant d'incursions que ceux de Metz avoient faictes sur ses limites et plus avant...
Page 21 - Couchent le boys : mettent leurs lances en arrêt. avec ses harquebuziers, qui leur donnent en flanc. Le chevalier de La Roque vient de l'autre costé à toutes brides, qui les estonne ; car il les charge bien rudement et à l'improviste. Eux , mal advisez et peu guerriers , avoient laissé leurs gens de pied bien loing...
Page 18 - MONSIEUR de Vieilleville , fort fasché de ces rapports qui tendoient tous à une retraicte, print une terrible resolution ; car il fist desmonter environ soixantedix harquebuzes à crocq de dessus leurs chevalets , et les fist porter par ses gardes, qui estoient grands et puissants hommes, et d'aultres qu'il fist...
Page 19 - ... en diligence, faisant battre aux tambours la charge et l'allarme, et qu'il mette de furie ses harquebuziers en besoigne. Ce commandement faict, il endosse ses armes dorées, fait lacer son armet garny de son riche pannache de plumes jaulnes et noires; et prand sur son harnoys sa casaque de toille d'or à broderie de feuilles moresques de velour noir, et sort de la ville, en la garde de Dieu , monté sur son cheval Yvoy, en...
Page 20 - Et sur ceste resolution, ils baissent les visieres, couchent le boys ('), et attaquent ce gros hôt, qui faict le semblable de son costé en esperance de les renverser tout aussi-tost , car la partie estoit mal faicte de dix contre un. Mais les mousquetaires, dequoy l'ennemy ne se doubloitpas, tirent; et aultant de coups aultant d'hommes et de chevaux par terre ; qui les espouvanta merveilleusement.
Page 17 - Dompchamp, soubs la faveur de trois ou quatre pieces de campaigne qui y sont, et les y attendre; au moins il verra leur contenance et l'ordre qu'il vouldra tenir pour le combat, et qu'ils pourront estre arrivez dedans trois heures , car ils ne marchent que le pas pour surattenclre leurs gens de pied : cependant il le supplie de luy commander son intention là-dessus.
Page 21 - Roque vient de l'antre costé à toutes brides, qui les estonne ; car il les charge bien rudement et à l'improviste. Eux, mal advisez et peu guerriers , avoient laissé leurs gens de pied bien loing derrière, comme par mocquerie et mespris de nostre trouppe, disants que ce n'estoit que une poignée de gens, et qu'il n'estoit besoing de tant de forces pour les deffaire. Si bien que , pressez par le devant de nostre cavallerie, et de tous costez par Croze et Lancque, aussi que les trois cents corselets...
Page 18 - ... il n'y avoit ordre d'attendre de si grandes forces, et qu'il luy pleust luy commander sur ce sa volonté, mais bientost, car devant trois heures il les auroit sur les bras. CHAPITRE XV. Victoire de M. de Vieilleville sur les troupes du comte de Mesgue.
Page 21 - ... gens de pied; mais ils furent poursuivis si furieusement, qu'ils les rompent eulx-mesmes au lieu d'en tirer du secours. Il se trouva ung grand nombre de chevaux des leurs sans maistres, que nos soldats prindrent pour courir après ce bataillon de fantachins. Mais M. de Vieilleville avec son...

Informations bibliographiques