Pensées théologiques, relatives aux erreurs du temps

Couverture
S'Terstevens, 1774 - 359 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 37 - Un prince qui aime la religion & qui la » Craint, eft un lion qui cède à la main qui le flatte *
Page 35 - Si l'athéisme ne fait pas verser le sang des hommes, c'est moins par amour pour la paix que par" indifférence pour le bien : comme que tout aille, peu importe au prétendu sage, pourvu qu'il reste en repos dans son cabinet.
Page 157 - Rendez donc à chacun ce qui lui est dû : le tribut à qui vous devez le tribut, les impôts à qui vous devez les impôts, la crainte à qui vous TOME 111. devez la crainte, l'honneur à qui vous devez l'honneur.
Page 86 - Quand Platon peint son juste imaginaire couvert de tout l'opprobre du crime, et digne de tous les prix de la vertu, il peint trait pour trait JésusChrist : la ressemblance est si frappante, que tous les Pères l'ont sentie, et qu'il n'est pas possible de s'y tromper.
Page 19 - ... d'en douter. Une si choquante dissonance dans l'harmonie universelle me ferait chercher à la résoudre. Je me dirais : « Tout ne finit pas pour nous avec la vie, tout rentre dans l'ordre à la mort.
Page 344 - ... prétendu , n'ignorant rien , ne prouvant rien , fe moquant les uns des autres ; & ce point commun à tous, me parut le feul fur lequel ils ont tous raifon.
Page 66 - Religion , plus ils penferoient devoir à la Patrie. Les principes du Chriftianifme bien gravés dans le cœur , feroient infiniment plus forts que ce faux honneur des Monarchies , ces vertus humaines des Républiques , & cette crainte fervile des Etats defpotiques.
Page 35 - C'est mal raisonner contre la religion, de rassembler dans un grand ouvrage une longue énumération des maux qu'elle a produits, si l'on ne fait de même celle des biens qu'elle a faits. Si...
Page 350 - Matéria-? lifte , d'un Athée , a befoin d'être bien connue pour être crue. On peut dire des Incrédules , bien plus encore qu'on ne l'a dit des Princes , qu'ils ont un cœur à prouver. Les cœurs , les bons cœurs , feuls dignes de ce nom ^ font...
Page 22 - Je suis capable de la pensée dès que je la produis ; je ne cesse pas d'en être capable, si je ne la produis pas toujours. Le feu cesse-t-il d'être ardent parce que vous arrêtez son activité? Nous ne jugeons pas 'des facultés du corps humain par les muets, les sourds, les aveugles, les boiteux; et on veut juger de l'âme par des gens grossiers, stupides, idiots ! 'Une telle manière de raisonner, disait Porphyre, est une insulte faite à la nature humaine 2.

Informations bibliographiques