Œuvres de Gresset [ed. by A.A. Renouard].

Couverture

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 60 - Irais-je, orateur mercenaire Du faux et de la vérité, Chargé d'une haine étrangère , Vendre aux querelles du vulgaire Ma voix et ma tranquillité , Et , dans l'antre de la Chicane...
Page xxix - D'être au collège un bel esprit mondain, Et dans le monde un homme de collège ; Gresset dévot ; longtemps petit badin, Sanctifié par ses palinodies, II prétendait avec componction Qu'il avait fait jadis des comédies, Dont à la Vierge il demandait pardon. — Gresset se trompe, il n'est pas si coupable : Un vers heureux et d'un tour agréable Ne suffit pas ; il faut une action, De l'intérêt, du comique, une fable, Des mœurs du temps un portrait véritable, Pour consommer cette œuvre du...
Page 51 - Lorsqu'on y trouve le bonheur? Lorsqu'on y vit sans spectateur Dans le silence littéraire, Loin de tout importun jaseur, Loin des froids discours du vulgaire, Et des hauts tons de la grandeur...
Page 375 - L'ombre des saules leurs lambris ; Les temples étoient des bocages , Les autels , des gazons fleuris. Les dieux descendoient sur la terre , Que ne souilloient aucuns forfaits , Dieux moins connus par le tonnerre Que par d'équitables bienfaits. Vous n'étiez point dans ces années , Vices, crimes tumultueux; Les passions n'étoient point nées , Les plaisirs étoient vertueux.
Page xxix - Gresset dans un café ; Gresset doué du double privilège D'être au collège un bel esprit mondain, Et dans le monde un homme de collège...
Page 59 - M'enchaîner encor plus long-temps? Quand j'aurai passé mon printemps Pourrai-je vivre encor pour elle? Car enfin au lyrique essor, Fait pour nos bouillantes années , Dans de plus solides journées Voudrois-je me livrer encor? Persuadé que l'harmonie Ne verse ses heureux présents Que sur le matin de la vie , Et que , sans un peu de folie , On ne rime plus à trente ans...
Page 69 - Les états de la république Chaque automne s'assembleront;, Et là notre regret unique , Nos uniques peines seront De ne pouvoir toute l'année Suivre cette loi fortunée De philosophiques loisirs, Jusqu'à ce moment où la Parque Emporte dans la même barque Nos jeux, nos cœurs, et nos plaisirs. ÉPITRE IL LES OMBRES. A MDDN JL)ES régions de Sylphirie, De ce séjour...
Page 380 - L'eût bientôt fait évanouir ; Et sans songer à la décrire Ils se contentaient d'en jouir. Des traditions étrangères En parlent sans obscurité ; Mais dans ces sources mensongères Ne cherchons point la vérité. Cherchons-la dans le cœur des hommes, Dans ces regrets trop superflus Qui disent dans ce que nous sommes Tout ce que nous ne sommes plus. Qu'un savant des fastes des âges Fasse la règle de sa foi ! Je sens de plus sûrs témoignages De la mienne au dedans de moi.
Page 374 - D'un aimable objet qui n'est plus. La terre , aussi riche que belle , Unissoit, dans ces heureux temps, Les fruits d'une automne éternelle Aux fleurs d'un éternel printemps. Tout l'univers étoit champêtre , Tous les hommes étoient bergers ; Les noms de sujet et de maître Leur étoient encore étrangers. Sous cette juste indépendance, Compagne de l'égalité , Tous dans une même abondance Goûtoient même tranquillité.
Page 15 - Quoi qu'il en soit, déjà la rame vole; Du bruit des eaux les airs ont retenti ; Un bon vent souffle, on part, on est parti. CHANT TROISIÈME LA même nef, légère et vagabonde, Qui voituroit le saint oiseau sur l'onde, Portoit aussi deux nymphes, trois dragons, Une nourrice, un moine, deux Gascons : Pour...

Informations bibliographiques