Images de page
PDF
ePub

CHANT QUATRIEME.

On voit enfin, on ne peut se repaître
Assez les yeux des beautés de l'oiseau:
C'étoit raison, car le frippon, pour être
Moins bon garçon, n'en étoit pas moins beau;
Cet œil guerrier et cet air petit-maître
Lui prêtoient même un agrément nouveau.
Faut-il, grand dieu! que sur le front d'un traître
Brillent ainsi les plus tendres attraits!
Que ne peut-on distinguer et connoître
Les cœurs pervers à de difformes traits!
Pour admirer les charmes qu'il rassemble -
Toutes les sœurs parlent toutes ensemble:
En entendant cet essaim bourdonner
On eût à peine entendu Dieu tonner.
Lui cependant, parmi tout ce vacarme,
Sans daigner dire un mot de piété,
Rouloit les yeux d'un air de jeune carme.
Premier grief: cet air trop effronté
Fut un scandale à la communauté.
En second lieu, quand la mere prieure
D'un air auguste, en fille intérieure,
Voulut parler à l'oiseau libertin,

Pour premiers mots, et pour toute réponse,

Nonchalamment, et d'un air de dedain,

Sans bien songer aux horreurs qu'il prononce,

Mon gars répond avec un ton faquin:

« Par la corbleu! que les nonnes sont folles »!

L'histoire dit qu'il avoit en chemin

D'un de la troupe entendu ces paroles.

A ce début la sœur Saint-Augustin,

D'un air sucré, voulant le faire taire,

En lui disant: Fi donc, mon très cher frere!

Le très cher frere, indocile et mutin,

Vous la rima très richement en tain.

Vive Jésus! il est sorcier, ma mere!

Reprend la sœur. Juste Dieu! quel coquin!

Quoi! c'est donc là ce perroquet divin?

Ici Ver-Vert, en vrai gibier de Greve,

L'apostropha d'un La peste te creve!

Chacune vint pour brider le caquet

Du grenadier; chacune eut son paquet:

Turlupinant les jeunes précieuses,

Il imitoit leur courroux babillard;

Plus déchaîné sur les vieilles grondeuses,

Il bafouoit leur sermon nasillard.

Ce fut bien pis quand, d'un ton de corsaire, Las, excédé de leurs fades propos, Bouffi de rage, écumant de colere, Il entonna tous les horribles mots

I Qu'il avoit su rapporter des bateaux,

■r

Jurant, sacrant d'une voix dissolue,
Faisant passer tout l'enfer en revue;Les B, les F, voltigeoient sur son bec.
Les jeunes sœurs crurent qu'il parloit grec.
« Jour de Dieu !... mor !... mille pipes de diables ! »
Toute la grille, à ces mots effroyables,
Tremble d'horreur; les nonnettes sans voix
Font, en fuyant, mille signes de croix:Toutes, pensant être à la fin du monde,
Courent en poste aux caves du couvent;Et sur son nez la mere Cunégonde
Se laissant choir, perd sa derniere dent.
Ouvrant à peine un sépulcral organe:Pere éternel! dit la sœur Bibiane,
Miséricorde! ah! qui nous a donné
Cet antechrist, ce démon incarné?Mon doux sauveur! en quelle conscience
Peut-il ainsi jurer comme un damné?
Est-ce donc là l'esprit et la science
De ce Ver-Vert si chéri, si prôné?Qu'il soit banni! qu'il soit remis en route!
0 dieu d'amour! reprend la sœur Ecoute,
Quelles horreurs! chez nos sœurs de Nevers
Quoi! parle-t-on ce langage pervers?Quoi! c'est ainsi qu'on forme la jeunesse!Quel hérétique! ô divine sagesse!Qu'il n'entre point! avec ce Lucifer
En garnison nous aurions tout l'enfer.

« PrécédentContinuer »