Images de page
PDF
ePub

Les chants vantés des bergeries;
C'est qu'il n'est plus de vrais bergers.

Dès qu'une frivole harmonie,
Asservissant mes libres sons,
Eut de la moderne*' Ausonie
Banni mes premieres chansons,
De ces plaines dégénérées,
France, je vins dans tes contrées:
J'espérois mieux de tes leçons.

Alcidor** sut calmer ma peine
Par ses airs naïfs et touchants;
Galantes Nymphes de Touraine,
Il charmoit vos aimables champs:
Mourant, il laissa sa musette
Au jeune amant de Timarete*'.
Dont l'Orne admira les doux chants.

Mais quand le paisible Elysée
Posséda Racan et Segrais,
Lorsque leur flûte fut brisée,

*' On reproche les concetti et les pensées trop recherchées aux bergers italiens de Guarini, de Bonarelli, du cavalier Marini, etc.

** Acteur des Bergeries de M. le marquis de Racan, né en Touraine.

* » Bergere des Idylles de M. de Segrais, né à Caen.

[ocr errors]

L'Idylle perdit ses attraits:A peine la muse fleurie
D'un nouveau berger de Neustrie*
En sauva-t-elle quelques traits.

Bientôt Flore vit disparoître
Cette heureuse naïveté
Qui de mon empire champêtre
Faisoit la premiere beauté:
N'entendant plus aucun Tityre,
N'ayant rien d'aimable à redire,
L'écho se tut épouvanté.

La bergere, outrant sa parure,
N'eut plus que de faux agréments;
Le berger, quittant la nature,
N'eut plus que de faux sentiments;
Et ce qu'on appelle l'églogue
Ne fut plus qu'un froid dialogue
D'acteurs dérobés aux romans.

Leur voix contrainte ou doucereuse
Mit les Dryades aux abois;
Leur guitare trop langoureuse
Endormit les oiseaux des bois;
Les Amours en prirent la fuite,

* M. de Fontenelle.

Et vinrent pleurer à ma suite
La perte des premiers hautbois.

Tendres Muses de cet empire,
Oh! si, sortant de chez les morts,
Virgile, pour qui je soupire,
Ranimoit sa voix sur vos bords,
S'il quittoit sa langue étrangere,
Parlant la vôtre pour vous plaire,
Vous trouveriez mes vrais accords!

A ces mots la déesse agile
Fuit au travers des bois naissants...
Viens donc, parois, heureux Virgile;
De vingt siecles reçois l'encens:
Chez les Nymphes de ce rivage,
Berger françois, gagne un suffrage
Qui manque encore à tes accents.

Sous quelque langue qu'elle chante,
Ta muse aura ton air charmant:
Telle qu'une beauté touchante
Qui plaît sous tout habillement;
Tout lui sied bien, rien ne l'efface;
Pour elle une nouvelle grace
Naît d'un nouvel ajustement.

Viens sur les Tyrcis de Mantoue

Réformer ceux de ce séjour;
Rends-nous ce goût qu'Euterpe avoue:
Guidé par toi, l'enfant Amour
Ne viendra plus dans nos montagnes
Parler aux Nymphes des campagnes
Comme il parle aux Nymphes de cour.

Affranchis leglogue captive,
Tire-la des chaînes de l'art;
Qu'elle soit tendre, mais naïve,
Belle sans soin, vive sans fard;
Que dans des routes naturelles
Elle cueille des fleurs nouvelles,
Sans les chercher trop à l'écart.

En industrieuse bergere Qu'elle dépeigne les forêts, Mais sur une toile légere, Sans des coloris indiscrets;Et que jamais le trop d'étude N'y contraigne aucune attitude, Ni ne charge trop les portraits.

La nature sur chaque image
Doit guider les traits du pinceau;
Tout doit y peindre un paysage,
Des jeux, des fêtes sous l'ormeau:
L'œil est choqué s'il voit reluire

Les palais, l'or, et le porphyre,
Où l'on ne doit voir qu'un hameau.

Il veut des grottes, des fontaines,
Des pampres, des sillons dorés,
Des prés fleuris, de vertes plaines,
Des bois, des lointains azurés;
Sur ce mélange de spectacles
Ses regards volent sans obstacles,
Agréablement égarés.

Là, dans leur course fugitive,
Des ruisseaux lui semblent plus beaux
Que ces ondes que l'art captive
Dans un dédale de canaux,
Et qu'avec faste et violence
Une sirene au ciel élance,
fait retomber en berceaux.

Sur cette scene tout inculte,
Mais par là plus charmante aux yeux,
On aime à voir, loin du tumulte y
Un peuple de bergers heureux;
Le cœur, sur l'aile de l'Idylle,
Porté loin du bruit de la ville,
Vient être berger avec eux.

Là ses passions en silence

« PrécédentContinuer »