Images de page
PDF
ePub
[graphic]

Il étoit là maintes filles savantes
Qui mot pour mot portoient dans leurs cerveaux
Tous les noëls anciens et nouveaux.
Instruit, formé par leurs leçons fréquentes,
Bientôt l'éleve égala ses régentes;
De leur ton même adroit imitateur,
Il exprimoit la pieuse lenteur,
Les saints soupirs, les notes languissantes,
Du chant des soeurs, colombes gémissantes:
Finalement Ver-Vert savoit par cœur
Tout ce que sait une mere de chœur.

Trop resserré dans les bornes d'un cloître,
Un tel mérite au loin se fit connoître;
Dans tout Nevers, du matin jusqu'au soir,
Il n'étoit bruit que des scenes mignonnes
Du perroquet des bienheureuses nonnes;
De Moulins même on venoit pour le voir.
Le beau Ver-Vert ne bougeoit du parloir.
Sœur Mélanie, en guimpe toujours fine,
Portoit l'oiseau: d'abord aux spectateurs
Elle en faisoit admirer les couleurs,
Les agréments, la douceur enfantine;
Son air heureux ne manquoit point les cœurs;
Mais la beauté du tendre néophyte
N'étoit encor que le moindre mérite;
On oublioit ces attraits enchanteurs
Dès que sa voix frappoit les auditeurs.
Orné, rempli de saintes gentillesses

Que lui dictoient les plus jeunes professes, L'illustre oiseau commencoit son récit;A chaque instant de nouvelles finesses, Des charmes neufs varioient son débit. Eloge unique et difficile à croire Pour tout parleur qui dit publiquement, Nul ne dormoit dans tout son auditoire:Quel orateur en pourroit dire autant? On l'écoutoit, on vantoit sa mémoire:Lui cependant, stylé parfaitement, Bien convaincu du néant de la gloire, Se rengorgeoit toujours dévotement, Et triomphoit toujours modestement. Quand il avoit débité sa science, Serrant le bec, et parlant en cadence, 11 s'inclinoit d'un air sanctifié, Et laissoit là son monde édifié. Il n'avoit dit que des phrases gentilles, Que des douceurs, excepté quelques mots De médisance, et tels propos de filles Que par hasard il apprenoit aux grilles, Ou que nos sœurs traitoient dans leur enclos.

Ainsi vivoit dans ce nid délectable, En maître, en saint, en sage véritable, Pere Ver-Vert, cher à plus d'une Hébé, Gras comme un moine, et non moins vénérable, Beau comme un cœur, savant comme un abbé, Toujours aimé, comme toujours aimable,

Civilisé, musqué, pincé, rangé;
Heureux enfin s'il n'eût pas voyagé.

Mais vint ce temps d'affligeante mémoire,
Ce temps critique où s'éclipse sa gloire.
O crime! ô honte! ô cruel souvenir!
Fatal voyage! aux yeux de l'avenir
Que ne peut-on en dérober l'histoire!
Ah' qu'un grand nom est un bien dangereux!
Un sort caché fut toujours plus heureux.
Sur cet exemple on peut ici m'en croire;
Trop de talents, trop de succès flatteurs,
Traînent souvent la ruine des mœurs.

Ton nom, Ver-Vert, tes prouesses brillantes, Ne furent point bornés à ces climats; La renommée annonça tes appas, Et vint porter ta gloire jusqu'à Nantes. Là, comme on sait, la Visitation A son bercail de révérendes meres, Qui, comme ailleurs, dans cette nation A tout savoir ne sont pas les dernieres; Par quoi bientôt, apprenant des premieres Ce qu'on disoit du perroquet vanté, Desir leur vint d'en voir la vérité. Desir de fille est un feu qui dévore, Desir de nonne est cent fois pire encore. Déja les cœurs s'envolent à Nevers; Voilà d'abord vingt têtes à l'envers Pour un oiseau. L'on écrit tout à l'heure

« PrécédentContinuer »