Images de page
PDF
ePub

Volage Muse, aimable enchanteresse,
Qui, m'égarant dans de douces erreurs,
Viens tour-à-tour parsemer ma jeunesse
De jeux, d'ennuis, d'épines, et de fleursj
Si dans ce jour de loisible mollesse
Tu peux quitter les paisibles douceurs,
Vole en ces lieux; la voix de la Sagesse
M'appelle ici loin du bruyant Permesse,
Loin du vulgaire et des folles rumeurs;
Parois sans crainte aux yeux d'une déesse
Qui regle seule et ma lyre et mes mœurs:
Car ce n'est point cette pédante altiere
Dont la vertu n'est qu'une morgue fiere,
Un faux honneur guindé sur de vieux mots,
L'horreur du sage et l'idole des sots;
C'est cette nymphe au tendre caractere,
Née au portique, et formée à Cythere,
Qui, dédaignant l'orgueil des vains discours,
Brille sans fard, et rassemble près d'elle
La Vérité, la Franchise fidele,
Et la Vertu dans le char des Amours.

C'est à ses yeux, au poids de sa balance,
Muse, qu'ici, dans le sein du silence,
De l'art des vers estimant la valeur,
Je veux sur lui te dévoiler mon cœur.
Mais en ce jour quelle pompe s'apprête?

Le front paré des myrtes de Vénus, Où voles-tu? quelle brillante fête Peut t'inspirer ces transports inconnus? Sur mes destins tu t'applaudis sans doute. Mais instruis-moi : pourquoi triomphes-tu? Comptes-tu donc qu'à moi-même rendu, Au Pinde seul je vais tourner ma route, Ou qu'affranchi des liens rigoureux Qui captivoient ton enjoûment folâtre, Je vais enfin, de toi seule idolâtre, Donner l'essor aux fougues de tes jeux? Si ce projet fait l'espoir qui t'enchante, C'est t'endormir dans une vaine attente: Sous d'autres lois mon sort se voit rangé; Avec mon sort mon cœur n'a point changé. Je veux pourtant que la métamorphose Ait transformé ma raison et mes sens; Et pour un temps avec toi je suppose Que, consacrant ma voix à tes accents, J'aille t'offrir un éternel encens. Adorateur d'un fantôme frivole, A tes autels que pourrois-je obtenir? Que ferois-tu, capricieuse idole? Par le passé décidons l'avenir: Comme tes sœurs, tu paierois mes hommages Du doux espoir des dons les plus chéris. Tes sœurs! quedis-je? hélas! quels avantages En ont reçu leurs plus chers favoris?

Vaines beautés, sirenes homicides,
Dans tous les temps, par leurs accords perfides,
N'ont-elles point égaré les vaisseaux
De leurs amants endormis sur les eaux?
Ouvre à mes yeux les fastes de mémoire,
Ces monuments de disgrace et de gloire:Je lis le nom des poètes fameux;
Où sont les noms des poetes heureux?
Enfants des dieux, pourquoi leur destinée
Est-elle en proie aux tyrans infernaux?Pour eux la Parque est-elle condamnée
A ne filer que sur de noirs fuseaux?
Quoi! je les vois, victimes du génie,
Au foible prix d'un éclat passager
Vivre isolés, sans jouir de la vie,
Fuir l'univers, et mourir sans patrie,
Non moins errants que ce peuple léger
Semé par-tout, et par-tout étranger!

De ces malheurs les cygnes de la Seine
N'ont-ils point eu des gages trop certains?
Et pour trouver ces lugubres destins
Faut-il errer dans les tombeaux d'Athene,
Ou réveiller la cendre des Latins?
Faut-il d'Orphée, ou d'Ovide, ou du Tasse,
Interroger les mânes radieux,
Et reprocher leur bizarre disgrace
Au fier caprice et des rois et des dieux
Non, n'ouvrons point d'étrangeres archives;

Notre Hélicon, trop long-temps désolé,
Ne voit-il pas ses graces fugitives?
Oui, chaque jour la Muse de nos rives,
Pleurant encor son Horace exilé,
Demande aux dieux que ce phénix lyrique,
Dont la jeunesse illustra ces climats,
Revienne enfin de la rive belgique
Se reproduire et renaître en ses bras. Voilà pourtant, Muse, voilà l'histoire
Des dons fameux qu'ont procurés tes sœurs,
Vingt ans d'ennuis pour quelques jours de gloire.
Et j'envierois tes trompeuses faveurs!
J'en conviendrai, de ces dieux du Permesse
N'atteignant point les talents enchanteurs,
Et défendu par ma propre foiblesse,
Je n'aurois pas à craindre leurs malheurs.
Eh! que sait-on? un simple badinage
Mal entendu d'une prude ou d'un sot,
Peut vous jeter sur un autre rivage:
Pour perdre un sage il ne faut qu'un bigot. Cependant, Muse, à quelle folle ivresse
Veux-tu livrer mon tranquille enjoûment?
Toujours fidele à l'aimable paresse,
Et ne voulant qu'un travail d'agrément,
Jusqu'à ce jour tu chérissois la rime
Moins par fureur que par amusement;
Quel feu subit te transporte, t'anime,
Et d'un plaisir va te faire un tourment?

Hélas! je vois par quel charme séduite
Tu veux franchir la carriere des airs:
De mille objets la nouveauté t'invite;
Et leur image, autrefois interdite
A ton pinceau dans les jours de tes fers, Vient aujourd'hui te demander des vers:
Rendue enfin à la scene du monde,
Tu crois sortir d'une éclipse profonde,
Et voir éclore un nouvel univers;
Autour de toi mille sources nouvelles
A chaque instant jaillissent jusqu'aux cieux;
Pour t'enlever sur leurs brillantes ailes
Tous les plaisirs voltigent à tes yeux;
Pour t'égarer, le dieu du docte empire
T'ouvre des bois nouveaux à tes regards,
Et fait pour toi briller de toutes parts
Le brodequin, le cothurne, la lyre,
Le luth d'Euterpe, et le clairon de Mars.
Un autre dieu, plus charmant et plus tendre,
Jusqu'à ce jour absent de tes chansons,
Sous mille attraits caché pour te surprendre,
Prétend mêler des soupirs à tes sons.
De tant d'objets la pompe réunie
A chaque instant redouble ta manie;Et tu voudrois, dans tes nouveaux transports,
Sur vingt sujets essayer tes accords?
Tel dans nos champs, au lever de l'aurore,
Prenant son vol pour la premiere fois,

« PrécédentContinuer »