Images de page
PDF
ePub

l'occasion de l'année jubilaire de la mere supérieure. On avoit choisi, pour remplir le rôle du jeune roi Joas, une jolie et fraîche nonnette; mais le malheur avoit voulu qu'une maladie qui lui étoit survenue subitement l'enlevât au moment où l'on devoit jouer la piece. Une vieille mere Cunégonde, qui ce jour-là perdoit sa derniere dent, vouloit remplacer la jeune religieuse. Grande réclamation de la part des novices. La cause étoit portée devant le sanhédrin embéguiné. Il y étoit décidé qu'on ne devoit pas contredire la révérende douairiere , de peur que son mécontentement ne troublât la fête; et elle l'emportoit sur tout le noviciat.

On pouvoit appliquer à cet épisode le vers du Lutrin vivant:

Tableau grotesque et digne de Callot.

Dans le premier des quatre chants du Gazetin1, le héros du poëme, raffolant de jour

(i) Ce mot qui signifie proprement une petite gazette, un naux, et les réunissant tous à grands frais, est représenté rongé de goutte, de rhumatismes, et assiégé de tous les maux qui font le triste cortege de la vieillesse. Cet homme a surtout en horreur les vents coulis: chaises longues, bergeres, fauteuils à larges oreilles, tous les moyens usités ont été employés tour-àtour. Enfin il s'avise de faire démonter la caisse de sa chaise de poste, et de l'établir au coin de son feu: là, tranquille avec ses cheres gazettes entassées les unes sur les autres, il se livre à son goût favori, et brave le souffle des vents.

Ses commensaux sont une niece à la fleur de l'âge, un domestique assez entendu, et un jeune chien. Le caractere de ces trois compagnons, les soins que les deux premiers prodiguent au vieillard, leur assiduité surtout à lui lire les papiers, et les jeux, les bonds, les caresses du petit chien, rem

bulletin de nouvelles , est employé par Gresset pour désigner un homme maniaque de ces sortes d'écrits, et en faisant sa lecture continuelle.

plissent tout le second chant, et la plus grande partie du troisieme.

Au quatrieme, le Gazetin est encore dans son lit; on l'a mis sur son séant. Il est environ neuf heures du matin ; les nouvelles étrangeres sont déjà arrivées. La niece et le domestique sont sortis, le petit chien reste seul dans la chambre; il grimpe sur le lit, bondit, aboie, fait cent tours, cent gentillesses qui réjouissent le bon homme: mais sa joie est bientôt troublée; le chien saute sur les gazettes , en disperse, en fait voltiger les feuilles, et travaille si bien des ongles et des dents, que le lit n'offre bientôt plus que de tristes débris ; il s'acharne principalement sur la gazette de Hollande, et la met en pieces. Le nouvelliste impotent, presque immobile, prodigue vainement au perturbateur de ses plaisirs les noms les plus doux, les signes les plus flatteurs: à la fin il se fâche, il tonne, il crie au secours ; et c'est au plus fort de son désespoir qu'on lui apporte la gazette de France, qui appaise sa colere, et le console de ses pertes.

On croyoit que le prince Henri de Prusse conservoit un manuscrit des deux chants de l'Ouvroir, etc., envoyé, disoit - on , à Frédéric II par l'auteur, en lui demandant la permission de lui dédier Ver-Vert. En 1796, l'Institut, s'étant occupé de l'examen de plusieurs manuscrits de Gresset, crut devoir en écrire au prince Henri , qui s'empressa de répondre, et de témoigner tous ses - regréts de n'avoir point le manuscrit qu'on espéroit retrouver auprès de lui.

On a dit et imprimé que ces deux chants avoient été furtivement imprimés en Hollande. Si le fait étoit vrai, il n'eût pas tardé à être bien connu du public; et si peu qu'il eût été tiré d'exemplaires d'une édition, même clandestine, il en seroit resté assez pour servir au moins à conserver l'ouvrage, et à le multiplier par des réimpressions ultérieures.

Dans sa lettre sur la comédie, Gresset promettait une édition de ses Œuvres, faite avec le plus grand soin, et d'après les principes religieux qui lui dicterent sa rétractation. Cette édition n'a jamais été faite, et on doit le regretter; parceque les mutilations que trop de scrupule auroit commandées à l'auteur, eussent été pour le public facilement réparées par les éditions précédentes; et on n'auroit pu que gagner à la publication d'une édition à laquelle auroit présidé le goût sévere et délicat de Gresset. Soit esprit de religion , soit amour du repos, qui, après tout, est bien préférable à une célébrité orageuse, Gresset, loin de conserver la volonté de réimprimer ses ouvrages, étoit au contraire devenu sur ses vers d'une telle indifférence qu'il a laissé imprimer et circuler vingt éditions de ses Œuvres Téputées complettes, toutes plus ou moins imparfaites, et auxquelles il n'a jamais eu la moindre part. Il paroît même certain que, peu avant sa mort, Gresset détruisit lui-même les manuscrits que depuis long-temps il avoit préparés et corrigés pour la nouvelle édition annoncée dans sa lettre de l'année 1759.

« PrécédentContinuer »