“Les” femmes militaires de la France: Depuis les temps les plus recules jusqu'a nos jours. Ed. illustrée de 20 portraits en pied. D'apres les originaux de la Bibliotheque Imperlale. Dessins de M. Beauchet, photographies par Pierre Petit

Couverture
Cournol, 1866 - 464 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 270 - Longueville avait , avec le beau nom d'Orléans , de la vivacité , de l'agrément , de la dépense , de la libéralité , de la justice , de la valeur , de la grandeur , et il ne fut jamais qu'un homme médiocre , parce qu'il eut toujours des idées qui furent infiniment au-dessus de sa capacité.
Page 273 - Comme sa passion l'obligea à ne mettre la politique qu'en second dans sa conduite, d'héroïne d'un grand parti elle en devint l'aventurière.
Page 273 - Elle avait une langueur dans les manières qui touchait plus que le brillant de celles qui étaient plus belles : elle en avait une même dans l'esprit qui avait ses charmes , parce qu'elle avait des réveils lumineux et surprenants.
Page 115 - IV, 34, tait la ressource des bateaux garnis de gens de trait : la plupart des fantassins de la troupe de Jeanne y avaient déjà trouvé un refuge ; mais Jeanne, qui ne reculait que pas à pas, tout en combattant, et qui ne se résignait à rentrer que la dernière , ne put gagner le bord de l'Oise. Elle fut poussée, avec ses amis, dans l'angle formé par le flanc du boulevard et par le talus de la chaussée ' . Tous les ennemis se ruaient à la fois contre elle.
Page 422 - J'appelle à moi tous les gens de courage; Dieu nous aidera à sauver notre patrie! Aucun danger, aucune fatigue ne me découragera; on me verra paraître aux premiers rassemblements. MARIE-CAROLINE Régente de France. Vendée, 25 mai 1832.
Page 142 - Chinon, il se confondit dans la foule des gentilhommes quand elle arriva. Des courtisans, qui comptaient se servir d'elle, lui avaient donné un signe pour reconnaître le roi. Elle alla droit à lui : Charles resta ébahi. Il se remit et lui dit : « Pucelle m'amie , vous soyez la trèsbien revenue, au nom de Dieu qui sait le secret qui est entre vous et moi ». A ces mots, elle perdit la tête, se jeta à genoux et cria « merci
Page 271 - Pour mériter son cœur, pour plaire à ses beaux yeux J'ai fait la guerre aux rois ; je l'aurais faite aux dieux.
Page 395 - bataille demain ; faites-moi donner une paire de » souliers : après que vous aurez vu comme je me » bats , je suis sûre que vous ne me renverrez » pas. » En effet, elle combattit sans cesse sous les yeux de M. de Lescure ; elle lui criait : « Mon général , vous ne me passerez pas ; je serai » toujours plus près des bleus que vous.
Page 388 - Je vis aussi un jour arriver à Chollet une jeune fille, grande et fort belle , qui portait deux pistolets à sa ceinture , et un sabre : elle était accompagnée de deux autres femmes armées de piques ; elle amenait à mon père un espion. On l'interrogea ; elle répondit qu'elle était de la paroisse de Tout-le-Monde, et que les femmes y faisaient la garde quand les hommes étaient à l'armée. On lui donna beaucoup d'éloges; son petit air martial la rendait encore plus jolie.
Page 119 - Elle n'accusa ni son Roi, ni ses Saintes. Mais parvenue au haut du bûcher, voyant cette grande ville, cette foule immobile et silencieuse, elle ne put s'empêcher de dire : « Ah ! Rouen , Rouen , j'ai grand'peur que tu n'aies à souffrir de ma mort!

Informations bibliographiques