Images de page
PDF
ePub

- Mon Dieu ! que je suis heureuse, continua la noble veuve, de te revoir ainsi, après cinq années de séparation, encore plus jeune et plus belle, je crois, que le jour où nous nous quittámes ! - Qu'estu devenue, ma pauvre Fernande? Moi, j'ai été mariée et je suis veuve. J'avais épousé M. de Neuilly, un vieillard; ce n'était pas une spéculation, Dieu merci ! car tout son bien était placé en rentes viagères; mais tu sais comme je suis bonne, j'ai vu un dévouement à accomplir, et je l'ai réclamé. Au reste, homme de bonne maison, et, comme je le disais encore tout à l'heure, un vrai de Neuilly, preuves en main : podagre, goutteux, quinteux, avare, j'en conviens, mais trente-deux quartiers, et d'Harcourt par les femmes.

Tout en énumérant les griefs et les avantages de sa position, la prude examinait avec empressement, et avec un regard d'envie encore plus que de curiosité, la beauté gracieuse, l'air de distinction et l'élégance de son ancienne amie; puis s'adressant à Mme de Barthele:

Pardon, chère cousine, continua-t-elle, mais je ne puis vous exprimer la joie que je ressens à voir aujourd'hui une de mes plus chères compagnes de Saint-Denis.

- De Saint-Denis? répétèrent avec surprise tous les personnages présens à cette scène.

Oui, oui , de Saint-Denis; vous l'ignoriez, je le vois, poursuivit Mme de Neuilly. Eh bien! sachez que nous avons été élevées ensemble, toujours dans les mêmes classes; que Fernande et moi, nous ne nous quittions pas. C'est la fille d'un brave général mort sur le champ de bataille pendant la campagne de 1823, devant Cadix, sous les yeux de monseigneur le duc d'Angoulême, qui lui promit de veiller sur son enfant, sur sa fille unique. Là-bas, nous savions toute cette histoire que vous paraissez tous ignorer ici. Permettez donc que ce soit moi qui vous présente Mlle de...

Arrêtezl madame, s'écria Fernande. Au nom du ciel, ne prononcez pas le nom de mon père.

Il y avait un tel accent de prière dans ces paroles échappées au cour de la jeune femme, que Mme de Neuilly s'arreta.

Jusque-là Fernande, comme on l'a vu, avait gardé le silence. Son maintien annonçait même plus de résignation que d'embarras, plus de honte que de crainte; ses yeux baissés avaient évité tous les regards, et sa dignité naturelle semblait s'accroître à mesure que cette singulière rencontre amenait la révélation d'un secret qui tournait à son avantage. Mais au moment où le nom de son père avait été

C

sur le point d'être prononcé, par un geste aussi rapide que la pensée, par un cri presque involontaire, par un mouvement de profond effroi, elle avait suspendu ce nom aux lèvres de Mme de Neuilly, qui effectivement, à la prière de Fernande, s'était arrêtée.

Eh! pourquoi cela, ma chère, dit la veuve, et quel motif vous force à garder l'incognito comme une reine en voyage? Mais c'est un fort beau nom que le vôtre, et je dirai comme ce roi de Macédoine : Si je ne me nommais Alexandre, je voudrais me nommer...

Madame, dit Fernande, je vous ai suppliée et je vous supplie encore de vous arrêter; vous ne pouvez savoir quels motifs puissans me font désirer que mon nom de jeune fille reste inconnu.

- Vous avez raison, dit Mme de Neuilly; je ne puis pas deviner une pareille fantaisie, et je ne comprendrai jamais que la fille du marquis de Mormant...

Fernande jeta un cri de douleur profonde. La honte passa sur son visage comme le reflet d'une flamme ardente; puis la pâleur lui succéda, des larmes mouillèrent ses paupières et ruisselèrent sur ses joues; des sanglots gonflèrent sa poitrine et s'échappèrent en gémissemens étouffés. Enfin, avec cette douleur de l'ame plus forte que l'usage du monde, elle courba la tête, et, ouvrant ses bras comme pour indiquer la résignation devant l'impuissance de sa volonté, elle répondit :

- Vous m'avez fait bien du mal, madame. J'aurais désiré que le nom de mon père ne fût pas prononcé.

— Mais alors il fallait me dire pour quel motif tu désirais que je gardasse le silence.

C'est que nous ne sommes plus aux jours de notre enfance, madame, répondit Fernande avec un accés de mélancolie profonde; c'est que nous ne sommes plus dans cette maison de paix et d'amitié ou la pauvre orpheline fut si heureuse.

- Je crois bien que tu étais heureuse; tu étais la plus savante, la plus fetée et la plus belle de nous toutes.

- Funestes avantages ! dit Fernande en relevant la tête et en fixant un regard sévère et triste sur les trois hommes qui, en proie au plus profond étonnement, assistaient à cette étrange scène sans dire un seul mot.

- Aussi nous te prédisions un beau mariage, continua la noble veuve, et je vois que notre prédiction s'est accomplie. Une voiture élégante, car c'est à toi sans doute la voiture que j'avais remarquée en entrant dans la cour, de beaux chevaux de luxe, un train de

maison; mais il est donc riche, ce M. Duponderay, Dufonderay.Comment appelles-tu ton mari?

Ducoudray, dit tristement Fernande, en femme qui se résigne à mentir.

- Ducoudray, répéta Mme de Neuilly. Ah çà, j'espère qu'il n'a rien de substitué dans sa fortune, lui; pas de rentes viagères? Ah! c'est que c'est affreux, vois-tu, chère amie, surtout quand on a pris des habitudes de luxe; un malheur arrive, et puis plus d'hôtel, plus de voiture, plus de chevaux. Mais ce que je ne comprends point, pardon de revenir encore là-dessus, c'est de ne point se parer du nom de son père quand il est beau; il y a donc des raisons? Ah! j'y suis, pauvre petite, tu as fait un mariage d'argent? Encore une victime! ton mari est un enrichi, un homme de banque? Ah! malheureuse! je comprends tout, maintenant.

Puis, à l'indécision des physionomies, voyant qu'elle n'avait pas encore rencontré juste, elle reprit :

- Ce n'est pas cela, non. Ah! maintenant je devine; c'est à cause du somnambulisme. M. Ducoudray est comme M. de Puységur, un magnétiseur. Eh bien! je préfère le magnétisme à la banque. Et il te force à le seconder dans son charlatanisme? Ah! véritablement les hommes sont infames! Il te fait lire les yeux bandés comme M'le Pigeaire? il te fait voir l'heure aux montres des autres ? Dans quel temps vivons-nous, mon Dieu! M. de Neuilly avait place tout son bien en viager, c'est vrai, mais il n'aurait pas forcé Mlle de Pommereuse, une fille d'ancienne noblesse, à devenir somnambule, à voir ce qui se passe dans l'intérieur du corps humain, à guérir des malades; c'est une indignité, et il y a la matière à séparation. Il faut plaider, ma petite. Tiens, je me connais en procès, moi; j'en ai soutenu un de trois ans contre les héritiers de M. de Neuilly. Je t'aiderai de mes conseils, je te soutiendrai de mon crédit; puis, lorsque nous aurons envoyé cet abominable M. Ducoudray magnétiser tout seul, je te rehabiliterai dans le monde, je te présenterai comme la fille du marquis de Mormant; et, sois tranquille, sous mon patronage toutes les portes se rouvriront devant toi. N'est-ce pas, monsieur de Montgiroux? n'est-ce pas, monsieur de Rieulle ?... n'est-ce pas, monsieur .... Mais qu'avez-vous donc tous? qu'est-ce que signifient ces visages consternés ? Y a-t-il donc encore autre chose ?

En effet, on doit comprendre quelle inquiétude agitait tous les membres du conciliabule devant ce nouveau flux de paroles. D'abord

Fernande était restée stupéfaite devant la nouvelle position que lui assignait son ancienne amie. Elle avait jeté les yeux sur Mme de Barthèle, et elle avait vu celle-ci les mains jointes et dans la posture d'une suppliante. Alors elle avait compris qu'on avait eu recours à quelque nouveau subterfuge pour colorer vis-à-vis de Mme de Neuilly son introduction dans la famille; elle eut alors pitié de la duplicité à laquelle parfois sont forcés de s'abaisser les gens du monde; elle étouffa un soupir, et le souvenir de Maurice lui rendant son courage prêt à l'abandonner :

On ignorait le nom de mon père, dit-elle, c'est un secret qu'il était de mon devoir de garder; vous l'avez divulgué, madame, je ne vous en veux pas, et croyez bien que, dans le bonheur que j'éprouve à vous revoir, je vous pardonne tout le mal que vous m'avez fait.

- Ahl dit Mme de Neuilly blessée de la réponse de Fernande, ce n'est pas ce froid accueil, ce n'est pas cette réserve dédaigneuse que j'avais droit d'attendre d'une amie de dix ans.

- Il n'y a ni froideur, ni dédain dans ma conduite, madame, croyezle bien, reprit Fernande d'un ton humble et doux, et Mme de Barthèle que voici, et å qui vous pouvez vous fier, je l'espère, sous le rapport des convenances, vous dira que je ne puis ni ne dois me comporter vis-à-vis de vous autrement que je le fais.

- Je dirai, ma chère Fernande, s'écria la baronne emportée par la reconnaissance qu'elle éprouvait pour la conduite digne et dévouée de la jeune femme, je dirai que vous êtes une des plus nobles et des plus charmantes créatures que j'aie jamais vứes; voilà ce que je dirai.

- Mais en ce cas, reprit Mme de Neuilly, pourquoi ne pas me dire tout de suite, comme je l'ai fait moi-même : Voilà qui je suis, voilà ce que j'ai fait?

En ce moment, heureusement pour Fernande qui, attaquée directement et poussée à bout, ne savait plus que répondre, la cloche du déjeuner retentit. Mme de Barthéle saisit avec empressement cette occasion de rompre l'entretien.

- Vous entendez, mesdames? dit-elle, on sonne le déjeuner; à plus tard les confidences, vous aurez toute la journée pour cela.

Puis, comme en ce moment le valet entrait annonçant qu'on était servi :

Monsieur de Vaux, dit-elle, conduisez Mme Ducoudray; monsieur de Montgiroux, donnez le bras à Mme de Neuilly.

Quant à Fabien, il s'était déjà emparé du bras de Clotilde.

On passa dans la salle à manger.

Comme il y avait quatre femmes et trois hommes, deux femmes devaient être placées à coté l'une de l'autre. Mme de Barthéle fit asseoir Fernande à sa droite.

M. de Montgiroux se plaça à sa gauche. De l'autre côté de Fernande s'assit Léon de Vaux, puis Mme de Neuilly en face de la baronne, puis, à la droite de Mme de Neuilly, Fabien de Rieulle, et enfin Clotilde, qui se trouva ainsi entre Fabien et M. de Montgiroux.

Le secret de la naissance de Fernande, que l'on venait d'apprendre grace à l'indiscrétion de Mme de Neuilly, préoccupait fort tout le monde, et surtout la baronne. Mme de Barthéle ne cessait de se féliciter intérieurement sur sa pénétration, qui lui avait fait reconnaître presque du premier coup-d'ail dans Fernande toutes les habitudes d'une femme de qualité; aussi se mit-elle à lui faire les honneurs de la table avec une politesse affectée. Mme de Neuilly devait s'y méprendre, et c'était là pour Mme de Barthèle le point important.

- Ah! c'est une fille de noblesse, pensait Mme de Barthéle; eh bien ! il était impossible qu'il en fût autrement, et sans doute mon fils, en s'attachant comme il l'a fait à elle, ne l'ignorait pas; tout serait pour le mieux si Mmo de Neuilly n'était point là. Envieuse et méchante, cette femme a véritablement un mauvais génie qui la pousse partout où l'on ne voudrait pas la voir.

Ce secret n'avait pas, comme on le devine bien, produit une moindre impression sur M. de Montgiroux que sur la baronne : depuis deux heures, Fernande lui était apparue sous un jour si nouveau, qu'il voyait surgir en elle mille qualités qu'il n'y avait point encore découvertes; il lui était démontré que Léon de Vaus soupirait inutilement; il commençait à croire que Fabien n'avait jamais eu aucun droit sur elle; enfin la douleur de Maurice lui faisait douter que Maurice eût jamais été son amant. Puis, notre orgueil nous souffle toujours à l'oreille que l'on fait pour nous plus que l'on n'a fait pour les autres. A la suite de cette douce caresse de son amourpropre, de cette séduisante flatterie de sa vanité, une idée incertaine, vague, indécise, se présentait à l'esprit de M. de Montgiroux, idée folle, idée à laquelle il ne s'arrêtait pas, mais à laquelle cependant il revenait sans cesse malgré lui, celle de s'attacher sa jolie maîtresse par des liens plus sacrés. Il avait sur ce point, et dans le cas où il voudrait les invoquer, bien des antécédens pour faire excuser son entrainement, même à la chambre haute. Toutes ces idées avaient

« PrécédentContinuer »