Images de page
PDF
ePub

A LA

VIE DEVOTE

DE SAINT
FRANCOIS DE SALES,
EVEQUE ET PRINCE

DE GENÊ VE;
Fondateur de l'Ordre de la Visi-

tation de Sainte Marie.

NOUVELLE EDITION.

Par le R.P.J.B.de la Compagnie de Jesus
A L'USAGE DES PERSONNES

pen accoûtumées au vieux langage.

[ocr errors]

A LYON,

༢༩
Chez ANDRÉ MOLIN, Imprimeur-

Libraire , ruë Belle-Cordiere.

39991

M. DCCXX.
AVEC APPROBATION ET PRIVILEGE,

[ocr errors][merged small]

AVERTISSEMENT Sur l'Edition nouvelle de ce

Livre,

'ON voyoit avec douleur

perir prelque entre les mains L

des Fideles le feul Livre del

pieré, qui a été composé en nórre langue par un Saint, l’INIR ODUCTION A LA VIE DEVOTE, ouvrage qui depuis près d'un liecle a été également cher & utile à toute la France. L'estimè s'en est conservée jusqu'à nos tems , & deux choses y ont contribué, le zele prudent des directeurs,qui en ont toûjours conseillé la lecture ; & l’Approbation universelle des personnes avancées en âge, qui en avoient pris une haure idée dès leurs prémieres années Mais si nous considerons les fideles qui sont entre deux âges, nous ne trouverons parmi eux que l'estime de ce Livre , sans presque aucun usage : Età l'égard de ce que l'on peut appeller le

[ocr errors]

jeune monde de l'un & de l'autre sexe à peine inême y est-il connu.

C'eft un malheureux effet de la deli. caresse de notre siécle sur les i ivres de dévotion , qui ne sont pas

raisonnablemenc bien écrits

& par consequent sur ceux, ausquels les grands changemens de la langue ont fait perdre cet agrément : Il elt vrai , & l'onpeut ajoûter, que cette délicatesse sert à beaucoup de gens , pour excuser leur indévotion. Cependant-il ne faut blâmer ni la délica else du siécle , ni son indévo. tion

par cet endroit là : D'autant quela raison de ne rebüter la pieté de personne far le dégoût d'un mauvais ciile ; & principalement de ne pas mettre entre les mains de la Jeunesse, des Livres qui puissent lui apprendre à parler mal François, aura toujours sone poids & son authorité. Quoi qu'il en soit, on étoit dans la nécessité, ou de laisser perir cer excellent Livre , ou de l'accommo, der aux û'ages presens de la langue ; pour condescendre à la délicarelle du liécle ; & ne lailler aucune excule à son indémotion,

Hé pourquoi souffrir patiemment , que cet admirable ouvrage nous de vienne inutile ? Pourquoi nous priver,

[ocr errors]
[ocr errors]

d'un bien , que la divine Providence nous a voulu rendre propre ? Pourquoi les Nations étrangeres , riches de nôtre bien par la traduction de ce saint Livre en leurs langues, nous reprocheront-elles nôtre négligence à le faire valoir pour nous mêmes ? Pourquoi la Piecé recevra-t-elle avec plaisir cane de traductions des Livres étrangers , renouvellées & retouchées à proportion des changemens considerables de nô. tre langue , & n'osera t-on toucher à celui-ci ?

L'on dira peut être que le respect qu'on doit à l'ouvrage d'un Saint , demande qu'on n'y rouche pas plus qu'à fes Reliques : Mais je répons à cela ; Le respect infini qu'on doit à la Sainte Ecriture , empeche - c. il qu'on ne la donne en François aux Fideles pour s'en édifier & qu'on n'en renouvelle les anciennes traductions ? Pechera-t-on plus contre la veneration dûë a Saint François de Sales, en changeant quelques termes & expressions de son Introduction, qu'en la traduisant en unc langue étrangere ? Et vaur-il mieux qu'il parle Italien à Rome & Alle mand à Vienne,ou Espagnol à Madrid, que de parler comme nous parlons.

á lij en

[ocr errors]

madsikrant en

« PrécédentContinuer »