Chef-d'œuvres dramatiques de Boissy: Vie de Boissy. Catalogue des pièces de Boissy. Le François à Londres, comédie. L'époux par supercherie, comédie

Couverture
Au Bureau général des Chef-oeuvres dramatiques, rue de la Sourdière, no. 14., 1791
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 16 - ... rentrer le soir ivre; vous laissant seule toute la journée, ou réduite à la passer tristement avec d'autres femmes, aussi malheureuses que vous ; à faire des nœuds, à tourner votre rouet pour tout amusement , et à jouer de l'éevntail pour toute conversation.
Page 54 - Rosbif.) Pour vous , Monsieur , vous avez un fonds de raison admirable : mais vous négligez trop la politesse , et elle est nécessaire pour rendre un mariage heureux, puisqu'elle consiste en ces égards mutuels qui contribuent le plus au contentement de deux époux... Vous ne trouverez donc pas mauvais, Messieurs , que je préfère monsieur le Baron , qui réunit l'un et l'autre.
Page 19 - Tiens, moi qui brille, sans vanité, parmi tout ce qu'il ya de beau à Londres, je ne suis qu'un maussade auprès de lui, et je ne compte savoir vivre que du jour que je le connois. Ah ! qu'il m'a appris de choses en cinq ou six conversations, et que je me suis façonné avec lui en quatre jours de temps!
Page 3 - ... pas la peine de me faire quitter Paris, le centre du beau monde et de la politesse ; et je me serois bien passé de voir une ville aussi triste , et aussi mal élevée que Londres.
Page 33 - En des riens qui échappent , et qu'il faut saisir ; en des bagatelles qui font les agréments : un coup de tête , un air d'épaule , un geste , un souris , un regard , une expression , une inflexion de voix ; la façon de s'asseoir, de se lever, de tenir son chapeau, de prendre du tabac, de se moucher, de cracher. Par exemple, permettez-moi de vous dire que vous mettez votre chapeau en garçon marchand. Regardez-moi. C'est ainsi qu'on le porte à la cour de France. ( Le lord...
Page 10 - Oui, en France, où l'on n'aime que par air, où l'on n'aspire à être aimé que pour avoir la vanité de le dire, où l'amour n'est qu'un simple badinage, qu'une tromperie continuelle, et où celui qui trompe le mieux passe toujours pour le plus habile. Mais ce n'est pas ici de même : nous sommes de meilleure foi ; nous n'aimons uniquement que pour avoir le plaisir...
Page 10 - Poésie agréable er légere ; le fils s'esr enfoncé dans les épines de l'érudirion la plus effrayanre er la plus aride. Il a donné des preuves de l'immensiré de son savoir dans une Hisroire de Simonides , qu'il a plus ambirionné de rendre recommendable par la profondeur des recherches que par les agrémens du sryle.
Page 6 - ... même , par la persévérance qu'elle promettait, et par les fruits qu'on avait droit d'en attendre. A peu près dans le même temps où il fut admis parmi nous , il avait été chargé de la composition de la Gazette de France et de celle du Mercure ; car la fortune , lasse enfin de le persécuter, sembla vouloir, par des faveurs accumulées , le consoler, sur la fin de sa vie , des rigueurs qu'elle avait si long-temps exercées à son égard. Boissy ne garda pas long-temps la direction de...
Page 34 - J'aime les airs, les manières, les façons. LE MARQUIS. Doucement, monsieur; allons bride en main. Ne confondons point, s'il vous plaît, les uns avec les autres. Les airs sont distingués des manières, et les manières des façons. On a des manières, on fait des façons, on se donne des airs. Un homme du monde, par exemple, a des manières... Écoutez ceci, c'est la quintessence du savoir-vivre...
Page 17 - Il ne croiroit pas pouvoir faire un meilleur usage de son bien que de l'employer à se ruiner pour vous; il n'auroit pas de plus grand plaisir que de vous voir brillante et parée , attirer tous les regards , assujettir tous les cœurs ; le premier appartement, le meilleur carrosse et les plus beaux laquais seroient pour madame.

Informations bibliographiques