Petite bibliotheque des théatres: Œuvres de Poinsinet. Œuvres de Baurans

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1787
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 19 - Je m'en rapporte à vous. JULIE. Que j'aurai de plaisir à vous voir une femme De qui l'amour réponde à l'ardeur de votre ame, Et dans qui vous trouviez des vertus, des appas!
Page 10 - D'un grand coup de chapeau je lui fis mon adieu. Après que je me fus vengé de cette sorte, Quand je fus de retour, je dis qu'elle étoit morte...
Page 84 - Mathieu , votre propre frère , un homme de tête, un homme de poids? Vous ne lui avez pas demandé ses conseils? Ah! madame Abraham, cela ne vous fait point d'honneur. J'en ai honte pour vous; et je suis forcé de rabattre plus de la moitié de l'estime que je faisois de vous. M. MATHIEU, à part.
Page 86 - Je suis charmé, transporté, enchanté de ce seigneur: je suis ravi qu'il épouse ma nièce. S'être donné la peine d'aller chez moi, m'embrasser, m'appeler son oncle , vouloir que je l'appelle...
Page 66 - Je lui suis bien obligée. LE COMMA.NDEUR. Je suis sûr, par avance, du plaisir que vous ferez à nos dames, et de la joie que votre venue répandra. Mais j'aperçois madame Abraham ; sou aspect m'effarouche : je cours chez moi donner quelques ordres.
Page 54 - Monsieur le marquis inspirera la générosité à son épouse. Vous verrez vos profits croître au centuple...
Page 37 - Courage! monsieur, courage! Mais, ma foi, vous ne vous y prenez pas mal ! DAMIS, s'en allant. Que je suis malheureux ! LE MARQUIS, l'arrêtant.
Page 57 - N'est-il pas vrai que si je voulois prendre la peine de m'en mêler moi-même vous me seriez inutile , et que je serois fou de vous payer de gros gages? Vous savez que je suis le meilleur maître du monde; j'en passe partout où il vous plaît ; je signe tout ce que vous voulez , et aveuglément ; je ne chicane sur rien.
Page 35 - Il faut s'en corriger, et que notre amour cède. JULIE. Il est vrai; mais le mien est un mal sans remède, Et, pour l'amour de vous, j'en suis au désespoir!... Mais enfin le plaisir que je prends à vous voir Me fait presque oublier que dans cette journée Je dois vous affranchir d'un fâcheux hyménée. Je vais m'y préparer. CONSTANCE. Souvenez-vous, du moins, Que mon repos dépend du succès de vos soins ; Et que si vous m'aimez... JULIE, l'interrompant.

Informations bibliographiques