Œuvres anatomiques, physiologiques et medicales de Galien, Volume 1

Couverture
J.B. Baillière, 1854
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 69 - Le sang épais et chaud donne la force, le sang ténu et froid rend les sensations plus déliées ; la même différence existe pour les fluides qui correspondent au sang. Voilà pourquoi les abeilles et d'autres animaux semblables sont naturellement plus sensés que beaucoup d'animaux qui ont du sang; et parmi les animaux qui ont du sang, ceux qui l'ont froid et ténu sont plus intelligents que ceux qui sont dans une disposition contraire. Les meilleurs sont ceux qui ont le sang à la fois chaud,...
Page 449 - Invectives contre ceux qui ont émis à cet égard des opinions erronée» et déplus malveillantes pour la nature. — Cf. aussi liv. XV, chap. vi. Telles sont donc les parties du cœur qui existent dans les êtres déjà formés. Chez ceux qui sont encore dans le sein maternel, on voit certaines anastomoses des vaisseaux du cœur. J'avais promis a tant occupé les anatomistes anciens. « L'existence d'un os ou de deux au plus, dans la cloison qui sépare les deux ventricules pré» de l'origine...
Page 98 - ... on digère difficilement les aliments solides auxquels on n'est pas habitué, lors même qu'ils ne sont pas mauvais; il en est de même pour les boissons. On s'étonnera peu de tous les effets que produisent , quand on en mange contre son habitude , ou...
Page 7 - Car il n'est pas besoin, je pense, d'établir par une démonstration qu'il faut de la philosophie pour exercer honorablement la médecine , lorsqu'on voit que tant de gens cupides sont plutôt des vendeurs de drogues que de véritables médecins, et pratiquent dans un but tout opposé à celui vers lequel l'art doit tendre naturellement. Maintenant disputerez-vous sur les mots, déraisonnerez-vous au point de dire, qu'être maître de soi-même, tempérant et contempteur des richesses, constitue...
Page 168 - ... admirable. En effet , leur nombre et les positions qu'ils prennent, leur grandeur et leur connexion les uns avec les autres, démontrent, comme il a été dit (I, v, vi, x, xn, xiv, xv, xxm), qu'ils sont si utilement construits en vue des fonctions de tout le membre, qu'on ne saurait imaginer une structure meilleure. Puisque le précédent livre se terminait au mouvement des doigts, après avoir fait connaître d'abord l'usage de chacun d'eux, et ensuite les tendons qui opèrent les mouvements...
Page 357 - Dans quelques mammifères la bile arrive directement du foie dans la v(sicule biliaire au moyen de rameaux fins du canal hépatique qui sortent du foie ou de la partie de ce canal qui est hors du viscère. Ces rameaux aboutissent à différents points du corps de la vésicule , ou à son col. On le trouve plus particulièrement dans le bœuf, le bélier et aussi chez le loup et le chien ( voy. Cuvier, Anat.
Page 13 - ... quel état d'abaissement social et de servitude domestique , la femme était réduite dans l'antiquité. Les Flores sententiarum , et bien d'autres livre», sont remplis d'épigrammes violentes contre la femme. La réhabilitation de cette plus belle partie du genre humain par le christianisme ne l'a pas encore mise à l'abri des plus injustes attaques. 1 Le portrait de la Fortune et de ses adorateurs, par Pline (II, v, 7, texte de Sillig, 1851), est tracé avec de si vives couleurs, que je cède...
Page 92 - ... à toutes les théories sur la vision, nous contesterait la faculté de voir. Il apparaît donc avec évidence que la considération des habitudes est d'un très-grand secours pour la découverte des moyens de traitement ; aussi Hippocrate at-il écrit dans ses Aphorismes (II, 49) : « Les individus habitués à supporter' des travaux qui leur sont familiers , les supportent plus aisément , quoique débiles ou vieux, que les gens [forts et jeunes] qui n'y sont pas habitués. » Dans le traité...
Page 31 - Tiens vers mon temple fortuné , ô Lycurgue , [agréable à Jupiter et à tous les dieux qui occupent les demeures de l'Olympe] ; je ne sais si je dois t'appeler un Dieu ou un homme, mais je crois plutôt , ô Lycurgue , que tu es un Dieu ' . » Le même oracle ne rendit pas un honneur moins grand à la mémoire d'Arcliiloque.
Page 576 - Platon (VII, in et suiv.), vous puiserez dans ces souvenirs une nouvelle confirmation de nos observations actuelles, et vous découvrirez aisément l'utilité de ce plexus. En effet , quand la nature veut élaborer parfaitement une matière, elle lui ménage un long séjour dans les organes de coction. Nous avons déjà démontré ce fait en maints endroits ; pour le moment, citons les circonvolutions variqueuses [du cordon spermatique] où elle prépare le sang et le pneuma propre à la production...

Informations bibliographiques