Bibliotheque des mémoires relatifs a l'histoire de France, Volume 10

Couverture
Firmin-Didot, 1876
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 233 - ... j'ai donné ordre aux troupes de s'éloigner de Paris et de Versailles. Je vous autorise et vous invite même à faire connaître mes dispositions à la capitale.
Page 372 - Alors le roi, coupant sa volaille et ayant ordonné à Molière de s'asseoir, lui sert une aile, en prend en même temps une pour lui , et ordonne...
Page 53 - Sophie était d'une rare laideur ; je n'ai jamais vu personne avoir l'air si effarouché ; elle marchait d'une vitesse extrême, et, pour reconnaître, sans les regarder, les gens qui se rangeaient sur son passage, elle avait pris l'habitude de voir de côté, à la manière des lièvres. Cette princesse était d'une si grande timidité, qu'il était possible de la voir tous les jours, pendant des années, sans l'entendre prononcer un seul mot.
Page 214 - Ce n'est ni l'écriture de la reine, ni sa signature: comment un prince de la maison de Rohan, et un grand aumônier de France, at-il pu croire que la reine signait Marie-Antoinette de France? Personne n'ignore que les reines ne signent que leur nom de baptême.
Page 328 - Elisabeth après son dîner, il était obligé de prononcer les mots indispensables à ce jeu. La reine le tira de cette position si funeste dans un état de crise où chaque minute amenait la nécessité d'agir, en se jetant à ses pieds, en employant tantôt des images faites pour l'effrayer, tantôt les expressions de sa tendresse pour lui. Elle réclamait aussi celle qu'il devait à sa famille, et alla jusqu'à lui dire que , s'il fallait périr, ce devait être avec honneur et sans attendre...
Page 209 - ... de nouveau à la reine ; ce fut en ma présence. Je me souviens que la reine lui dit que si réellement le marché n'était pas onéreux le roi pouvait faire cette acquisition et conserver ce collier pour les époques des mariages de ses enfants; mais qu'elle ne s'en parerait jamais . ne voulant pas qu'on pût lui reprocher dans le monde d'avoir désiré un objet d'un prix aussi excessif. Le roi lui répondit...
Page 234 - Cet odieux couple s'éloigna de moi, et je rentrai dans le palais, me soutenant à peine. Je crus devoir rendre compte à la reine du dialogue de ces deux inconnus; elle m'en fit raconter les détails devant le roi. Vers les quatre heures...
Page 270 - Elle avait acqais la preuve que ce ministre était devenu son plus cruel ennemi, et qu'il se servait pour noircir son caractère des moyens les plus vils et les plus criminels. Je puis attester que j'ai vu dans les mains de la reine un manuscrit des mémoires infâmes de la femme Lamotte , 1 qu'on lui avait apporté de Londres , et qui était corrigé, de la main même de M.
Page 98 - Un jour d'hiver , il arriva que la reine , déjà toute déshabillée, était au moment de passer sa chemise ; je la tenais toute dépliée ; la dame d'honneur entre , se hâte d'ôter ses gants et prend la chemise. On gratte à la porte , on ouvre : c'est...
Page 159 - Les princes de la famille, les princes du sang, le chancelier, les ministres suffisent bien pour attester la légitimité d'un prince héréditaire. La reine revint des portes de la mort : elle ne s'était point senti saigner, et demanda, après avoir été replacée dans son lit, pourquoi elle avait une bande de linge à la jambe. Le bonheur qui succéda à ce moment d'alarmes fut aussi excessif que sincère. On s'embrassait , on pleurait de joie. Le comte d'Esterhazy et le prince de Poix, à qui...

Informations bibliographiques