Origine de tous les cultes, ou Religion universelle...

Couverture
Rosier, 1835 - 10 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 205 - Or je vons dis, que désormais je ne boirai point de ce fruit de la vigne, jusqu'à ce jour auquel je le boirai nouveau avec vous dans le Royaume de mon Père.
Page 100 - Ce jeune homme, peint dans d'autres monumens avec des ailes, quelquefois aussi sans ailes , appuie son genou sur un taureau atterré , et pendant qu'il lui tient le mufle de la main gauche, il lui plonge de la droite un poignard dans le cou.
Page 71 - Au milieu de la place de la ville, des deux côtés de ce fleuve, était l'arbre de vie, qui porte douze fruits, et donne son fruit chaque mois; et les feuilles de cet arbre sont pour guérir les nations.
Page 3 - ... projet d'Ernestine, conçoit l'horrible dessein de mettre la fille aux mains avec le père. Effectivement, tous deux arrivent au rendez-vous ; ils s'attaquent et se battent avec vigueur, quand un jeune homme accourt les séparer : c'est l'amant d'Ernestine que l'honnête Fabrice a tiré de prison ; le premier usage qu'il a fait de sa liberté a été de se battre avec Oxtiern qu'il a tué. Il épouse sa maîtresse après l'avoir vengée.
Page 90 - Dieu-jour nouveau-né, entre les bras de la constellation sous laquelle il naissait; et toutes les images de la vierge céleste , proposées à la vénération des peuples, la représentèrent comme dans la sphère, allaitant l'enfant mystique qui devait détruire le mal , confondre le prince des ténèbres , régénérer la Nature et régner sur l'Univers.
Page 233 - Ne te borne pas à respirer l'air qui nous environne, mais commence aussi à ne plus avoir d'autres pensées que celles que nous inspire l'intelligence qui nous porte dans son sein. Car cette souveraine intelligence , répandue partout , et qui se communique à tout homme qui sait l'attirer, est pour lui ce que l'air ne cesse d'être pour tout ce qui a la faculté de respirer. (Marc-Aur. , ch. III, art. I ) le plus sacré.
Page 143 - Au milieu de la place de la ville, sur les deux rivages du fleuve, était l'arbre de vie, qui porte douze fruits et donne son fruit chaque mois , et les feuilles de l'arbre servent à guérir les nations.
Page 226 - ... nés pour former un ensemble, d'où dépend la beauté « de l'univers. Il n'ya qu'un seul monde qui comprend « tout ; un seul Dieu qui est partout ; une seule matière « éternelle ; une seule loi, qui est la raison commune à
Page 114 - ... célestes. Le statuaire s'est mis à sa place , entre le cancer et la balance : on l'y voit représenté avec le tablier, le marteau et le ciseau à la main , taillant et sculptant la pierre. Pourquoi cette singularité...

Informations bibliographiques