Histoire naturelle, générale et particulière, Volume 2 ;Volume 18

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 442 - Marianes , est de se noircir les dents avec des herbes , et de se blanchir les cheveux à force de les laver avec certaines eaux préparées. A la Chine et au Japon , c'est une beauté que d'avoir le visage large , les yeux petits et couverts , le nez camus et large , les pieds extrêmement petits, le ventre fort gros, etc.
Page 192 - ... monstruosité particulière qu'on voudra supposer. Il se peut donc naturellement et sans que l'imagination de la mère y ait eu part, qu'il soit né un enfant dont les membres étoient rompus : il se peut même que cela soit arrivé plus d'une fois , et il se, peut enfin encore plus naturellement, qu'une femme qui devoit accoucher de cet enfant , ait été au spectacle de la roue, et qu'on ait attribué à ce qu'elle y avoit vu et à son imagination frappée , le défaut de conformation de son...
Page 345 - ... de l'électricité, etc. ; mais , malgré leur évidence et leur universalité , comme elles agissent à l'intérieur, comme nous ne pouvons les atteindre que par le raisonnement ; comme , en un mot , elles échappent à nos yeux, nous avons peine à les admettre...
Page 36 - ... pendant lequel les molécules organiques se trouvent en liberté dans la matière des corps morts et décomposés, dès qu'elles ne sont point absorbées par le moule intérieur des êtres organisés qui composent les espèces ordinaires de la nature vivante ou végétante.
Page 411 - ... la forme du nez , de la bouche et des autres traits , ne fait pas plus à la forme de l'âme , au naturel de la personne , que la grandeur ou la grosseur des membres ne fait à la pensée.
Page 190 - Comme nos sensations ne ressemblent point aux objets qui les causent, il est impossible que le desir, la frayeur, l'horreur, qu'aucune passion , en un mot, aucune émotion intérieure, puissent produire des représentations réelles de ces mêmes objets, et l'enfant étant à cet égard aussi indépendant de la mère qui le porte que l'œuf l'est de la poule qui le couve, je croirai tout aussi volontiers ou...
Page 38 - ... et forment, comme dans la putréfaction, des corps organisés; c'est là l'origine des ténias, des ascarides, des douves et de tous les autres vers qui naissent dans le foie, dans l'estomac, les intestins et jusque dans le sinus des veines de plusieurs animaux ; c'est aussi l'origine de tous les vers qui leur percent la peau...
Page 348 - Ces signes de puberté sont communs aux deux sexes, mais il y en a de particuliers à chacun : l'éruption des menstrues, l'accroissement du sein, pour les femmes ; la barbe et l'émission de la liqueur séminale pour les hommes. Il est vrai que ces...
Page 250 - L'homme rend par un signe extérieur ce qui se passe au dedans de lui, il communique sa pensée par la parole. Ce signe est commun à toute l'espèce humaine : l'homme sauvage parle comme l'homme policé, et tous deux parlent naturellement, et parlent pour se faire entendre.
Page 142 - ... et la perfection extérieure de l'animal , que pour la nécessité de son existence et l'exercice des fonctions essentielles à la vie. Ces deux espèces de parties différentes se développent successivement , et sont déjà toutes presque également apparentes lorsque le fœtus sort du sein de la mère ; mais il ya encore d'autres parties , comme les dents , que la Nature semble mettre en réserve pour ne \ les faire paroître qu'au bout de plusieurs années ; il y en a , comme les corps glanduleux...

Informations bibliographiques