Revue du Lyonnais

Couverture
L. Boitel, 1869
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 391 - ... c'est que le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec la République et l'Empire, avec vos libertés et vos gloires, et que le drapeau rouge n'a fait que le tour du Champ de Mars, traîné dans le sang du peuple.
Page 224 - Messum far promendum hieme in pistrino ad torrendum, quod ad cibatum expeditum esse velis ; quod ad sationem, tum promendum, cum segetes maturae sunt ad accipiendum. Item quae pertinent ad sationem, suo quoque tempore promenda. Quae vendenda videndum, quae quoque tempore oporteat promi ; alia enim, quae manere non possunt, antequam se...
Page 84 - Avez-vous vu de nos garçons La foule, aux noces conviée, La célébrer dans leurs chansons? Et ces compagnons du jeune âge Qui m'ont suivi dans les combats, Ont-ils revu tous le village? De tant d'amis...
Page 497 - Ingénieur, mécanicien, la fabrication des étoffes de soie lui dut de nombreux perfectionnements. Habile dessinateur, ses talents portèrent à la maturité l'art que le génie de Jean Revel avait fait sortir de l'enfance. Citoyen vertueux, son zèle pour la prospérité des fabriques lyonnaises ne s'est point ralenti, il a voulu que ses derniers ouvrages devinssent la propriété de tous, et il les a fait transporter dans cet édifice, où il a terminé sa carrière, le XIII février MDCCC1II.
Page 122 - Porte d'or, au lion de sable, armé et lampassé. de gueules ; à la bande componée d'hermine et de gueules de 6 pièces brochant sur le tout.
Page 382 - ... priez bien fort, d'autant qu'il me semble estre fort raisonnable, ou de leur bailler ladite ruette et vieilles murailles, ou pour le moins leur rendre leur directe et rente des maisons qui se mouvoient d'elles, * qui ont esté occupées pour faire lesd. fossez que l'on remplist à présent, et seroit contre toute raison que vous eussiez le leur et de ce vous approprier, et parce que j'ay estée advertie que aulcuns veuillent dire que leur baillant les d. murailles, ce seroit difformer la place...
Page 84 - Depuis trois ans je vous conjure De m'apporter un souvenir Du vallon où ma vie obscure Se berçait d'un doux avenir. Au détour d'une eau qui chemine A flots purs, sous de frais lilas, Vous avez vu notre chaumine: De ce vallon ne me parlez-vous pas?
Page 127 - Beni, dans le diocèse de Bayeux, il fut successivement élève du collège de Navarre et de celui des jésuites de Caen. Il s'y rendit très-habile dans les mathématiques et la gymnastique ; mais sa vocation l'appelant à la vie religieuse, il résolut d'entrer dans l'ordre des Chartreux. Ses parents combattirent ce dessein, et lui firent épouser la fille du comte de Granville. Il entreprit alors de parcourir la carrière militaire, et servit dans les guerres de Lorraine, avec une distinction...
Page 151 - Jamais on ne dira de moi: c'est une mère! Et jamais un enfant ne me dira: maman! C'en est fini pour moi du céleste roman Que toute jeune fille à mon âge imagine... Ma vie, a dix-huit ans, compte tout un passé.
Page 216 - De electione locorum suhih-ium, nous indique la meilleure orientation à donner aux greniers publics. Après avoir expliqué qu'une ville exposée au midi et au couchant ne peut être saine, parce que dans les lieux tournés au midi le soleil durant l'été est fort chaud et que le passage du chaud au froid altère singulièrement la santé de ceux qui s'exposent à cette transition, il poursuit ainsi : Ideo etiam granaria, etc — « C'est pourquoi les greniers dans lesquels le soleil « donne tout...

Informations bibliographiques