Travaux de l'Académie nationale de Reims, Volumes 103 à 104

Couverture
F. Michaud., 1899
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 192 - Le grand-duché de Luxembourg étant neutralisé, aux termes de l'article précédent, le maintien ou l'établissement de places fortes sur son territoire devient sans nécessité comme sans objet. En conséquence, il est convenu d'un commun accord que la ville de Luxembourg, considérée par le passé, sous le rapport militaire, comme forteresse fédérale, cessera d'être une ville fortifiée. SM le roi grand-duc se réserve d'entretenir dans cette ville le nombre de troupes nécessaires pour y...
Page 192 - Ce principe est et demeure placé sous la sanction de la garantie collective des puissances signataires du présent traité, à l'exception de la Belgique, qui est elle-même un État neutre.
Page 99 - Ensemble il ôta son anneau de sa main et le mit en celle de Joseph ; il le fit revêtir d'une robe de fin lin, et lui mit au cou un collier d'or.
Page 188 - ... place forte. Durant cette opération,. il n'y restera que le nombre de troupes nécessaire pour veiller à la sûreté du matériel de guerre et pour en effectuer l'expédition , qui s'achèvera dans le plus bref délai possible.
Page 139 - ... des institutions qui y furent en vigueur, la seigneurie, la justice, l'impôt, le régime municipal, l'instruction, l'assistance publique, etc., sans négliger les principales industries du pays, les moyens de transport, les usages, les traditions, les changements survenus dans les mœurs, etc.
Page 191 - Grande-Bretagne et d'Irlande, le Roi de Prusse et l'Empereur de toutes les Russies, à réunir Leurs Représentants en Conférence à Londres afin de s'entendre, avec les Plénipotentiaires de SM le Roi Grand-Duc, sur les nouveaux arrangements à prendre dans l'intérêt général de la paix.
Page 138 - Ces pourparlers, d'ailleurs, n'avaient encore pris aucun caractère officiel lorsque, consulté par le roi des Pays-Bas sur ses dispositions, le cabinet de Berlin a invoqué les stipulations du traité de 1839. Fidèles aux principes qui ont constamment dirigé notre politique, nous n'avons jamais compris la possibilité de cette acquisition de territoire que sous trois conditions : le consentement libre du grand-duc, l'examen loyal des intérêts des grandes puissances, le vœu des populations manifesté...
Page 71 - Reims, l'un des auteurs de la réédition de l'Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, par l'abbé Lebeuf; — P.
Page 150 - Congrès des Sociétés savantes. — Discours prononcés à la séance générale du Congrès, le samedi 5 avril 1902, par M.
Page 179 - ... fait observer que le Traité de 1839, bien qu'il place le territoire du Luxembourg sous la garantie des Puissances, n'en garantit pas la neutralité. Or, la différence entre cette garantie et celle accordée à la Belgique est très-importante, et il émet l'espoir de voir donner par les Puissances à la neutralité du Luxembourg la même garantie dont jouit celle de la Belgique.

Informations bibliographiques