Images de page
PDF
ePub

Après avoir désignél'idylle, Boileau parle
ainsi de l'élégie:
D'un ton un peu plus haut, mais pourtant sans audace,
La plaintive élégie, en longs habits de deuil,
Sait, les cheveux épars , gémir sur un cercueil:
Elle peint des amans la joie et la tristesse,
Flatte, menace, irrite, appaise une maîtresse.
Mais pour bien exprimer ces caprices heureux
C'est peu d'être poète; il faut être amoureux.

Toute la poétique de l'élégie se trouve dans ces vers. Boileau complette la leçon dans cet autre vers : Il faut que le cæ

seul parle dans l'élégie. Les idées recherchées, les expressions amTome XI.

8

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

bitieuses, les mouvemens tragiques seraient déplacés dans l'élégie; elle doit être simple et touchante. Son peu d'étendue rend moins sensible l'uniformité du ton qui règne dans son ensemble. La douleur qui se plaint est elle-même monotone : c'est peut-être cette monotonie qui fait le charme du chant élégiaque. On pourrait comparer l'élégie à la musique de ces anciennes romances qui portent dans l'ame une si douce émotion: l'air n'est composé que de quelques notes qui reviennent sans cesse, comme des soupirs et des plaintes,

L'esprit est l'antipode de l'élégie; dès qu'il se montre, plus de charme, plus d'illusion. L'élégie n'est qu'une rêverie éloquente.

Elle adopte toutes les mesures de vers: les vers libres semblent exprimer mieux l'abandon et le vague de la pensée.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Les novissima verba des anciens, ou les dernières paroles des mourans ,

formaient la plus tendre élégie. On a cité comme modèle en ce genre ces beaux vers de Phèdre:

Oh!

que ne suis-je assise à l'ombre des forêts !

On pourrait y ajouter la plupart des morceaux de Bérénice.

Il ne nous reste d'élégies grecques que celles qui se trouvent dans les tragédies. Tibulle est, parmi les Latins, celui qui a le mieux pris le ton de l'élégie. Properce a souvent trop d'érudition ; et Ovide trop d'esprit. On peut reprocher à ce dernier le même défaut dans ses héroïdes, que nous avons oublié de citer dans le discours précédent. Tout le récit de Simèthe dans la seconde idylle de Théocrite; le Gallus de Virgile, offrent des modèles d'élégies.

Nos premiers poètes français ont cultivé la poésie élégiaque; quelques-uns y mirent du naturel et du sentiment. Beaucoup de petits poèmes sur des sujets touchans sont véritablement des élégies , quoiqu'ils n'en portent pas le nom. Nous en avons placé dans ce volume quelques-uns de cette na

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

A MA SOEUR,

SUR MA CONVALESCENCE.

Toi que la voix de ma douleur
A fait voler vers moi du sein de ta patrie,
Et qui, portant encor dans ton ame attendrie

Du spectacle de mon malheur

La douloureuse rêverie,
Après mon péril même en conserves l'horreur,

Renais, rappelle la douceur
De ton allégresse chérie,

Ma Minerve, ma tendre sæur.
Mais quoi! suis-je encor fait pour nommer l'allégresse ,

Et pour enchanter les appas,
Moi qui, depuis deux mois de wortelle tristesse,
Ai yu sur ma demeure étinceler sans cesse

La faulx sanglante du trépas!

Par les songes du sombre empire, Enfans tumultueux du bizarre délire,

« PrécédentContinuer »