Mémoire sur la conjugaison française considérée sous le rapport étymologique

Couverture
Hayez, 1845 - 83 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 34 - ... novella; per que platz a mi que aquel verbe que lor infinitiu fan fenir in -er, si cum es aver, tener, dever, sion de la segonda conjugazo, aquelh que fenissen in -ire et aquel que fenissen in -endre, si cum dire, escrire, tendre, contendre, défendre, sion tuit de la terza, aquelh que fenissen in -ir, si cum sentir, dormir, auchir, de la quarta » (Marshall éd., 1969, 106-108).
Page 12 - ... susceptible d'une grande perfection oratoire et poétique; mais, sitôt que la barbarie et l'ignorance viennent la heurter, ce magnifique édifice doit rapidement se dégrader et se détruire. Pour changer ma comparaison , c'est un instrument musical , délicat , compliqué , qui ne pouvait être touché que par un artiste , et qui se dérange ou se brise sous des mains grossières et maladroites.
Page 34 - ... au quatorzième siècles. On peut apprécier par là l'opinion qu'avaient alors des idiomes vulgaires les hommes lettrés, et ceux même qui , comme Faidit, essayaient d'en fixer les formes et d'en faire connaître les caractères principaux. On va juger par quelques cilations de ses idées à cet égard et de sa méthode. « Les huit parties que l'on trouve en grammaire, dit-il en com« mençant, on les trouve aussi en Provençal vulgaire.
Page 5 - Àmyot, pour constater l'utilité philologique des études sur le moyen âge; il est temps de suivre Fallol dans la voie de ses recherches, d'exposer le résultat de ses travaux, et d'en déduire les conséquences. Les formes grammaticales du vieux langage français n'ont pas été jusqu'ici l'objet d'un traité complet, d'un travail homogène et suivi. Soit que le sujet s'y prèle difficilement, soit que l'étal denos connaissances ne soit pas assez avancé, il n'en est pas moins vrai que nul ouvrage...
Page 9 - La première renferme des faits qui concernent la conjugaison romane en général, et qui sont communs à toutes les langues dérivées du latin; cependant . c'est principalement sur la langue française que nous les avons démontrés.
Page 5 - Soit que le sujet s'y proie difficilement, soit que l'état de nos connaissances ne soit pas assez avancé, il n'en est pas moins vrai que nul ouvrage ne mérite encore, d'une manière absolue , le titre de grammaire de la langue d'oil, ou delà langue d'oc. Il est singulier que les savants étrangers se soient plus occupés de ces matières que ceux de la France, et que leurs œuvres aient fourni plus de matériaux à Fallol que celles de ses compatriotes.
Page 34 - IRE, et aquel que fcnissen in ENDRE , si cum dire , escrire . tendre , contendre , defendre, 6) sion tuit de la terza. Aquel que fenissen in IR, si cum sentir, dormir, auzir, sion de la quarta conjugazon. Lo presens tems de l'indicatiu de la prima conjugazo se dobla en la prima persona,7) que pose dir ami, o pose dir am; chanti o chan ; plori o plor , soni o son ; brami o brain , badalhi o badalh.

Informations bibliographiques