Histoire du Consulat et de l'Empire, Volume 3

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 332 - N'y at-il pas des motifs particuliers qui doivent plus fortement nous attacher à Napoléon Ier, notre Empereur? R. — • Oui : car il est celui que Dieu a suscité dans les circonstances difficiles pour rétablir le culte public de la religion sainte de nos pères, et pour en être le protecteur.
Page 332 - Dieu même, et se rendraient dignes de la damnation éternelle. D. — Les devoirs dont nous sommes tenus envers notre empereur nous lieront-ils également envers ses successeurs légitimes, dans l'ordre établi par les constitutions de l'empire ? R.
Page 163 - Sainteté de me donner une nouvelle preuve de l'intérêt qu'elle prend à ma destinée, et à celle de cette grande nation, dans une des circonstances les plus importantes qu'offrent les annales du monde. Je la prie de venir donner, au plus éminent degré, le caractère de la religion à la cérémonie du sacre et du couronnement du premier empereur des Français.
Page 390 - Prusse que restera ce déshonneur, c'est au chef de son conseil militaire, c'est au général à qui , dans ces circonstances difficiles, il avait remis le soin des affaires; c'est enfin le duc de Brunswick que la France et la Prusse peuvent accuser seul de la guerre. La frénésie dont ce vieux général a donné l'exemple a autorisé une jeunesse turbulente et entraîné le roi contre sa propre pensée et son intime conviction. Toutefois, monsieur, dites aux habitants du pays de Brunswick qu'ils...
Page 332 - R. Oui, car il est celui que Dieu a suscité dans les circonstances difficiles pour rétablir le culte public de la religion sainte de nos pères, et pour en être le protecteur. Il a ramené et conservé l'ordre public par sa sagesse profonde et active ; il défend l'État par son bras puissant ; il est devenu l'Oint du Seigneur par la consécration qu'il a reçue du souverain pontife, chef de l'Église universelle. — D. Ou» doit-on penser de ceux qui manqueraient à leur devoir envers notre...
Page 389 - Brunswick n'eût jamais dû se permettre un tel outrage. Lorsqu'on a blanchi sous les armes , on doit respecter l'honneur militaire , et ce n'est pas d'ailleurs dans les plaines de Champagne que ce général a pu acquérir le droit de traiter les drapeaux français avec un tel mépris.
Page 175 - États, et plus conforme aux habitudes de la France. Tout le système social, ébranlé par les opinions inconstantes de l'homme, s'appuya de nouveau sur une doctrine immuable comme Dieu même. C'est la Religion qui...
Page 376 - Soldats, dit l'empereur, l'armée prussienne est coupée comme celle de Mack à Ulm, il ya aujourd'hui un an. Cette armée ne combat plus que pour se faire jour et pour regagner ses communications. Si un corps se laissait percer, il serait perdu d'honneur...
Page 274 - beaucoup que, sortant d'ici avec 29 vaisseaux, je puisse » être considéré comme pouvant lutter contre un nombre de «vaisseaux approchant; je ne crains pas de le dire, à vous, »je serais bien fâché d'en rencontrer vingt. Nous avons une » tactique navale surannée ; nous ne savons que nous mettre » en ligne , et c'est justement ce que demande l'ennemi... Je » n'ai ni le moyen ni le temps d'en adopter une autre , avec «les commandants auxquels sont confiés les vaisseaux des
Page 177 - Puissent- elles céder pour jamais à la double influence de la religion et de la politique réunies. Ce vœu, sans doute , ne sera point trompé ; jamais en France la politique n'eut tant de génie, et jamais le trône pontifical n'offrit au monde chrétien un modèle plus respectable et plus touchant...

Informations bibliographiques