OEuvres de Descartes, publiées, Volume 6

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 66 - ... établissant un ordre entre toutes les pensées qui peuvent entrer en l'esprit humain , de même qu'il y en a un naturellement établi entre les nombres...
Page 308 - ... comprendre, c'est embrasser de la pensée ; mais pour savoir une chose il suffit de la toucher de la pensée.
Page 67 - ... l'invention de cette langue dépend de la vraie philosophie; car il est impossible autrement de dénombrer toutes les pensées des hommes, et de les mettre par ordre...
Page 299 - Je crois qu'il est à propos que je » vous dise que ma géométrie est telle que je n'y souhaite rien davantage et que » j'ai seulement tâché par la dioptrique et par les météores de persuader que » ma méthode est meilleure que l'ordinaire, mais que je prétends l'avoir
Page 243 - Je sais bien qu'on pourroit dire que tout ce que les inquisiteurs de Rome ont décidé n'est pas incontinent article de foi pour cela, et qu'il faut premièrement que le concile y ait passé; mais je ne suis point si amoureux de mes pensées que de me vouloir servir de telles exceptions pour avoir moyen de les maintenir; et le désir que j'ai de vivre...
Page 138 - ... seulement d'en parler ; car, comme on peut voir de ce que j'en dis, elle consiste plus en pratique qu'en théorie: et je nomme les traités suivants des essais de cette méthode...
Page 203 - ... meurtres. Que si vous craignez les hivers du septentrion, dites-moi quelles ombres, quel éventail, quelles fontaines vous pourraient si bien préserver à Rome des incommodités de la chaleur comme un poêle et un grand feu vous exempteront ici d'avoir froid.
Page 67 - ... et ce qui est le principal, qui aiderait au jugement, lui représentant si distinctement toutes choses qu'il lui serait presque impossible de se tromper ; au lieu que, tout au rebours, les mots que nous avons n'ont quasi que des significations confuses, auxquelles l'esprit des hommes s'étant accoutumé de longue main, cela est cause qu'ils n'entendent presque rien parfaitement.
Page 67 - Or je tiens que cette langue est possible, et qu'on peut trouver la science de qui elle dépend, par le moyen de laquelle les paysans pourraient mieux juger de la vérité des choses , que ne font maintenant les philosophes.
Page 109 - Que les vérités mathématiques, lesquelles vous nommez éternelles, ont été établies de Dieu et en dépendent entièrement, aussi bien que tout le reste des créatures.

Informations bibliographiques