L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volume 2

Couverture
1783
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 28 - M"**, (l'abbé de Voisenon) représentée pour la première fois par les comédiens italiens ordinaires du Roi, le 15 février 1762.
Page 227 - Le chapitre des Pois dure toujours; l'impatience d'en manger, le plaisir d'en avoir mangé et la joie d'en manger encore sont les trois points que nos princes traitent depuis quatre jours. Il ya des dames qui, après avoir...
Page 241 - KOyers (i). C'est ainsi qu'ils sont qualifiés dans les anciens Statuts des métiers de Paris. La rue de la capitale où ils s'établirent fut appellée de même , en vieux langage , la rue aux Oues (2) ; aujourd'hui par corruption...
Page 259 - Mesenfants, vous vous marierez un jour : si vous avez le bonheur, comme moi, de trouver une honnête femme, souvenez-vous qu'il faut toujours la croire plus que vos propres yeux ; sans cela , point de bon ménage.
Page 165 - Il femble à trois gredins , dans leur petit cerveau, Que pour être imprimés, & reliés en veau, Les voilà dans l'Etat d'importantes...
Page 92 - J iisques à leurs vertus, tout me devient contraire. Encor, dans mes chagrins, s'il me restait leur mère ! Mon roi , m'en croirez-vous , ayons dans la douleur La fermeté de lhomme et celle du malheur. Dans les modestes champs laissés par mes ancêtres , Fuyons l'indigne aspect des ingrats et des traîtres : Leur asile innocent convient aux cœurs blessés ; Leur sol pour deux vieillards sera fertile assez. Là , rien n'est imposteur. La terre, avec usure, Par des trésors certains...
Page 227 - Colbert, imprimée en i695 , dit en termes exprès , que c'est une chose étonnante de voir des personnes assez voluptueuses pour acheter les pois verds cinquante écus le litron. Cette sorte de faste se répandit particulièrement à la Cour , comme on le voit par une lettre de Madame de Main tenon , datée de l'année i696.
Page 92 - Oui, cher Kent, contre moi je devrais m'indigner, Si ton offre un moment avait pu m'étonner; Mais (je t'ouvre mon cœur), quand je perds Volnérille , Régane dans ces lieux m'offre encore une fille. Il est vrai qu'alarmé par mon premier malheur, J'ai craint de la trouver trop semblable à sa sœur : Voilà par quel motif, injurieux peut-être, Je me suis devant elle abstenu de paraître ; Mais j'ai senti mon ame , et même ma raison , Désavouer bientôt ce pénible soupcon.
Page 51 - Quoi de plus intéreffant , dit-il a »» que de voir deux êtres faits l'un pour « l'autre , céder à la voix de la nature, '» fuivre le penchant qui les entraîne , '> & par un échange réciproque de leurs » fenfations , confondre leur exiftence »> pour en multiplier la durée ? Jaloux *> de foulager l'un dans l'autre les mal...
Page 226 - ... Dictionnaire de Commerce , l'histoire d'un privilège fort singulier dont jouissoit à Paris le Bourreau. Quiconque apportoit à la halle des herbages ou des légumes verds , étoit obligé de lui payer un droit. L'Exécuteur venoit le percevoir lui-même , accompagné de ses valets ; et à mesure qu'on le payoit , les valets marquoient le dos du payeur avec de la craie. On a supprimé ce droit , dit l'auteur; mais le Bourreau a été dédommagé d'une autre manière. Il ya encore beaucoup de...

Informations bibliographiques