Recueil de noëls provençaux

Couverture
Offray ainé, 1854 - 132 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Fréquemment cités

Page 149 - II faut tous deux que nous changions d'habits, Pour te sauver je n'ai pas d'autre espoir, Prends cette robe et mon grand voile noir. Sors au plus vite Un mouchoir sur tes yeux, Et prends la fuite, Je te fais mes adieux.
Page 149 - ... Son colonel et aussi son sergent, natürlich vergeblich. Mehr Glück hat die Geliebte im folgenden Liede, welches ich aus dem Poitou habe: • Mon cher amant, soldat infortuné, Par le conseil vient d'être condamné, C'est par un coup qu'un jour il a porté Au lieutenant qui l'avait insulté. J'en deviens folle de tristesse et d'ennui, II se désole, et moi je pleure aussi. Dans la prison si je pouvais entrer, Mon coeur me dit, je pourrais le sauver; Rien ne résiste au plaisir de l'amour, J'espère...
Page 206 - De son domaine tout l'monde était parti. Que va donc faire le Sir' de Franc-Boisy? Chercha sa femme trois jours et quatre nuits. Trouva Madame dans un bal de Paris. Cordieu! Madame, que faites-vous ici? J' dans' la polka avec tous mes amis. Cordieu Madame, avez-vous un mari? Je suis, Monsieur, veuve de cinq ou six. Corrrdieu, Madame, cett

Informations bibliographiques