L'Esprit des journaux, françois et étrangers, Numéro 4

Couverture
Valade, 1783
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 222 - ... l'exemple funeste de mes camarades, leurs séductions et leurs instances m'ayant engagé dans leurs parties, le démon du jeu s'empara si bien de moi , que tous les devoirs qui m'empêchaient de me livrera cette nouvelle passion me devinrent dès lors insupportables. A peine pouvais-je me résoudre à dérober quelques heures au jeu pour les donner au repos. Au milieu du plus profond sommeil , je voyais en songe des monceaux d'or et d'argent; les cartes se déployaient dans mon imagination ,...
Page 222 - J'avois à peine achevé le cours de mes exercices , lorfque mes parens m'acheterent une lieutenance dans le régiment que j'ai l'honneur de commander aujourd'hui. Le goût que j'avois témoigné pour l'étude, dès ma plus tendre enfance , leur faifoit...
Page 222 - ... ravissant dont j'étais autrefois pénétré : l'amitié même n'avait plus d'accès dans mon ame. Je ne me trouvais bien qu'auprès de ceux qui n'aspiraient qu'à me dépouiller. L'idée de mes parens...
Page 301 - Je vais vider le sac devant vous, afin que vous n'imaginiez pas que je garde quelque chose. (Il tire un portrait.) Voici d'abord votre portrait : il n'a pas changé comme vous ; il est toujours joli ; il vous ressemblait encore ce matin, mais il ne vous ressemble plus. Le voilà, madame.
Page 371 - Woffington, sortant de jouer un rôle en homme, dit, en rentrant au foyer : « En vérité , la moitié du parterre vient de me prendre pour un homme. — A quoi cela sert-il?
Page 93 - Gléen , qui commandoil l'aile droite des Bavarois , ya été fait prisonnier ; M. le duc , par le plus grand bonheur du monde, après avoir eu deux chevaux tués sous lui , et un peu blessé au bras , s'en vint du côté où j'élois un peu devant que le côté où il avoit résolu de se tenir fût rompu.
Page 98 - Roi aimer fon fujet , plus pour le mérite qu'il connoiffoit en lui , que pour les fervices qu'il en recevoit. Cet honneur , MESSIEURS , ne diminua point fa modeftie. A ce mot , je ne fais quel remords m'arrête. Je crains de publier ici des louanges qu'il a fi fouvent rejetées , & d'offenfer après fa mort une vertu qu'il a tant aimée pendant fa vie.
Page 225 - Je vous en vois pénétré : mes biens, mon sang, tout ce que je possède est a vous. Tenez, continua-t-il, en jetant sa bourse sur la table, prenez ce qui vous est nécessaire pour vos recrues. Le reste vous servira pour jouer si vous voulez Jouer ? jamais , jamais , lui répondisje en le serrant étroitement contre mon cœur.
Page 98 - Qui fit jamais de si grandes choses? qui les dit avec plus de retenue ? Remportoit-il quelque avantage, à l'entendre, ce n'étoit pas qu'il fût habile , mais l'ennemi s'étoit trompé. Rendoit-il compte d'une bataille , il n'oublioit rien , sinon que c'étoit lui qui l'avoit gagnée. Racontoit-il...
Page 109 - Mais laiflbns les Poetes , paflbns au cercle des Politiques. Nous en avons au moins trois millions dans le Royaume, tous en état de gouverner, & cependant l'Angleterre eft dans la plus mauvaife fituation. J'entrai l'autre jour dans un Gaffe, feulement pour y apprendre ce que devenoit ma pauvre Nation.

Informations bibliographiques